Panoramic

ATP - Bilan Top 10 2014 : Nishikori, celui qui a rivalisé avec le Big Four

Nishikori, celui qui a rivalisé avec le Big Four

Le 02/12/2014 à 09:44Mis à jour Le 02/12/2014 à 11:36

Suite de notre bilan de la saison 2014 avec la surprise du Top 5 mondial : Kei Nishikori. Finaliste de l'US Open et demi-finaliste du Masters, le Japonais, protégé de Michael Chang, a explosé sur la scène ATP cette année.

Ce vent nouveau qui venait du Japon

Le joueur qui a surpris tout le monde, c’est lui. Kei Nishikori. A 24 ans, le Japonais a connu en 2014, et de très loin, la meilleure saison de sa carrière. Jugez plutôt : il a commencé la saison à la 17e place pour la finir sur la cinquième marche du classement ATP. Plus qu’une progression, c’est une ascension exceptionnelle pour cet ancien pensionnaire de l’académie floridienne de Bollettieri. L'une des raisons de son explosion dans les hautes sphères de l’ATP tient en un nom : Michael Chang, ancien numéro deux mondial et vainqueur de Roland-Garros en 1989, enrôlé à temps plein en début de saison.

Les objectifs étaient clairs : entrer dans le Top 10 et jouer au moins une demi-finale de Grand Chelem. Mission largement accomplie, Nishikori ayant décroché sa place au Masters, parmi les huit meilleurs de l’année, et atteint la finale de l’US Open. Il a joué cinq autres finales, pour quatre titres décrochés à Memphis, Barcelone, Kuala Lumpur et Tokyo. "Nous avons beaucoup travaillé son côté mental, qui a considérablement changé depuis, expliquait Chang à NY. Et ça se voit : il joue maintenant avec beaucoup plus de conviction." Il ne lui reste plus qu’un premier titre majeur pour toquer à la porte du Big Four.

Fiche Kei Nishikori saison 2014

Les trois stats à retenir

0. Son nombre de défaite en cinq sets cette saison. Il a remporté ses deux premiers entre Melbourne (face à Matosevic au 1er tour) et Wimbledon (face à Bolelli au 3e tour), et ses deux suivants à l’US Open face à Raonic et Wawrinka. Deux victoires au forceps, 6-4 au cinquième set, qui lui ont permis de réaliser son meilleur parcours en Grand Chelem à New York.

10. Son nombre de victoires sur les joueurs du Top 10 cette saison. Il a dominé Djokovic, Federer, Wawrinka, Murray, Raonic et Ferrer au moins une fois en 2014. Seul Nadal lui a résisté.

12. Nishikori a gagné douze places entre le début et la fin de saison. Après Marin Cilic, c’est la deuxième plus belle progression du Top 20 mondial en 2014. Il le doit à ses quatre titres ATP remportés, sa finale à l’US Open mais également à 18 victoires supplémentaires remportés entre 2013 (36/19) et 2014 (54/14).

Kei Nishikori est passé tout près de l'exploit contre Rafael Nadal à Madrid

Kei Nishikori est passé tout près de l'exploit contre Rafael Nadal à MadridAFP

La victoire la plus savoureuse

Quoi de mieux pour marquer les esprits qu’une victoire sur le numéro un mondial dans un tournoi du Grand Chelem ? C’est le cadeau que Nishikori s’est offert cette année en dominant Novak Djokovic en demi-finale de l’US Open. Un succès en quatre sets d’autant plus marquant que le Serbe restait sur quatre finales de suite à New York. Un souvenir inoubliable et une promesse pour l’avenir, même si le Japonais n’est pas parvenu à concrétiser cela en finale face à Marin Cilic.

La défaite qui fait mal

Parce que c'était une finale de Grand Chelem, l'une des défaites qui l’a marqué cette saison restera celle de Flushing Meadows. Après un parcours magnifique où il a éliminé Raonic, puis Wawrinka, vainqueur à Melbourne en janvier, et surtout Djokovic, numéro un mondial après sa victoire à Wimbledon, Nishikori a buté sur un Marin Cilic aussi surprenant qu’exceptionnel en trois sets. Une finale majeure qu’il a certes ratée, mais qu'il regrettera longtemps.

Mais peut-être que celle perdue sur la terre battue de Madrid au mois de mai l'aura-t-elle marqué davantage... Il n’est pas passé loin de réaliser le coup le plus fumant de la saison sur ocre face à Rafael Nadal. Après avoir remporté le premier set 6-2, le Japonais s’est blessé dans le deuxième set, avant d’abandonner dans le troisième acte. Sans ce coup du sort, il aurait pu accrocher le futur nonuple vainqueur de Roland-Garros à son palmarès pour la première fois de sa carrière.

Comment se présente 2015

Quels objectifs va lui proposer Michael Chang cette année ? Une première victoire en Grand Chelem, peut-être. Revenir le plus souvent possible dans le dernier carré des tournois majeurs, pour sûr. Après une année pareille, l’Américain restera en tout cas à ses côtés pour poursuivre sa progression. Une première bonne nouvelle. Mais après une entrée fracassante dans le Top 5 mondial, c’est la marche supérieure qu’il devra gravir, la moins évidente. En compagnie des trois ténors que sont Federer, Nadal et Djokovic, peut-il, avec plus d’expérience et un physique qui tient la route toute la saison, devenir durablement un nouvel élément incontournable au point de former une sorte de nouveau Big four ?

Michael Chang et Kei Nishikori à l'US Open

Michael Chang et Kei Nishikori à l'US OpenAFP

0
0