Il a accroché son bandeau au filet, embrassé la bande et tiré un trait sans doute définitif sur 16 ans d'une carrière folle. Puis, il est sorti du court, a étreint sa mère sous les acclamations de son public, de son peuple. Cette fois, c'est quasiment certain, c'en est fini pour Juan Martin Del Potro, ému aux larmes cette nuit, pour son dernier tour de piste, chez lui, à Buenos Aires. Après deux ans et huit mois d'absence sur le circuit, sa défaite (6-1, 6-3) face à son pote Federico Delbonis, celui qui l'accompagna lors du sacre inoubliable en Coupe Davis de l'Argentine en 2016, sera sa dernière.
Rongé par un genou droit qui l'a contraint à quatre opérations, Del Potro, 33 ans, arrête les frais. Il voulait prendre sa retraite sur le court, pas devant les micros et il se souviendra longtemps de l'émotion qui l'a étreint au moment de la balle de match ou de l'ovation sublime du court Guillermo Villas. Pour le vainqueur de l'US Open 2009, il n'y avait certainement pas de meilleur endroit pour tirer le rideau et c'est ainsi qu'il fallait accueillir sa réapparition, "un adieu plus qu'un retour", comme il l'avait expliqué.
ATP Kitzbühel
La jolie perf' : Rinderknech n'a fait qu'une bouchée de Delbonis
27/07/2021 À 11:30

Juan Martin del Potro

Crédit: Getty Images

C'est un moment que je n'aurais jamais voulu voir arriver
"Aujourd'hui, j'ai donné tout ce que j'avais, jusqu'au dernier point. Je suis heureux parce que mon dernier match, probablement, a eu lieu sur un court et pas en donnant une conférence de presse, a-t-il expliqué au public qui l'a acclamé. A vrai dire, c'est un moment que je n'aurais jamais voulu voir arriver. Ma santé m'amène à devoir prendre une décision. Je n'ai pas autant de force que ce que beaucoup de gens pensent. Je pense avoir réalisé tous mes rêves en matière de tennis. Aujourd'hui, je souhaite pouvoir dormir sans douleur".

Juan Martin Del Potro lors de ce qui ressemble à son dernier match en carrière à Buenos Aires

Crédit: Getty Images

Del Po' a longtemps incarné l'homme capable de se dresser face au Big Four (Federer, Nadal, Djokovic, Murray) après avoir remporté l'US Open à 20 ans en 2009 grâce à son fantastique coup droit. Mais dès le mois de janvier 2010, son poignet l'a mis au supplice et hors du circuit durant huit mois. La suite fut parfois brillante (deux médailles olympiques, une Coupe Davis en 2016) mais toujours en pointillés. Aujourd'hui, sa priorité n'est plus le tennis mais retrouver une vie normale sans douleur. "Je veux vivre en paix, a simplement avoué la Tour de Tandil. Je rêve de laisser tout ce cauchemar derrière moi. Je rêve d'avoir mon corps pour faire ce que je veux. Si j'y parviens, je serai très heureux."

Émotion garantie : il y a 5 ans, Del Potro éliminait Nadal à l'issue d'un "must" de demi-finale

Mais il aime trop ça pour se montrer totalement définitif même si l'émotion de la soirée en dit long. "Je vais toujours laisser la porte ouverte, mais si j'ai joué mon dernier match aujourd'hui, je suis content. Aujourd'hui, c'est un arrêt complet et le tennis est laissé de côté." A 33 ans et après des années de galère, l'issue semble inéluctable mais le point final, s'il y a eu lieu cette nuit, fut une jolie façon de clore la carrière d'un joueur qu'on n'est pas prêt d'oublier.
ATP Hambourg
Quatre balles de match manquées et des regrets : Paire chute contre Delbonis
16/07/2021 À 18:46
ATP Rome
Une sensation de taille : le géant Opelka en demies sans perdre un set
14/05/2021 À 09:53