Getty Images

Un gros trou d'air, mais Nadal conclut pour l'Espagne

Un gros trou d'air, mais Nadal conclut pour l'Espagne

Le 04/01/2020 à 14:16Mis à jour Le 04/01/2020 à 14:57

ATP CUP - En battant Nikoloz Basilashvili 6-3, 7-5, samedi à Perth, Rafael Nadal a assuré le succès de l'Espagne face à la Géorgie à l'issue du second match de simple dans le groupe B. Mais le n°1 mondial a bien peiné pour conclure. Il avait deux breaks d'avance dans la seconde manche et s'est fait rejoindre à 5-5 avant de reprendre le dessus.

Le numéro 1 mondial commence 2020 comme il a terminé 2019 : les bras levés avec le maillot espagnol sur le dos. A peine plus d’un mois après avoir offert la victoire à son pays en Coupe Davis, Rafael Nadal a repris la compétition avec bonheur samedi à Perth. En s’imposant en deux sets (6-3, 7-5) contre Nikoloz Basilashvili, il a bien terminé le travail initié par Roberto Bautista Agut, vainqueur écrasant (6-0, 6-0) en ouverture du 679e mondial Aleksandre Metreveli. Victorieuse de la Géorgie, l’Espagne soigne ainsi son entrée dans cette nouvelle ATP Cup en partageant la tête du groupe B avec le Japon.

Contre un adversaire qu’il a l’habitude de martyriser – il mène 3-0 dans leurs duels et lui a infligé un cinglant 6-1, 6-0 à Rome en mai dernier –, Nadal pouvait aborder cette première en 2020 avec confiance. Mais Basilashvili ne s’est pas présenté sur le court en victime expiatoire. Pied au plancher, il a d’entrée frappé dans tout ce qui bougeait avec pas mal de réussite, s’octroyant un break initial qu’il n’a, malheureusement pour lui, pas su confirmer.

Nadal a de la marge

Déjà très en jambes, le Majorquin a attendu son heure pour faire la différence, et à 4-3 en sa faveur, il s’est détaché à la suite d’une série de passings inspirés. Une fois en tête, Nadal a pris confiance et s’est rapidement échappé dans le second acte, avec un double break à la clé (6-3, 5-2). Mais Basilashvili n’a pas baissé la tête : agressif et prenant sa chance avec courage, il a refait une partie de son retard. Puis, il a profité d’une réelle crispation du numéro 1 mondial pour revenir à hauteur.

Encore loin de son meilleur niveau, Nadal a joué trop court par séquences et n’a pas servi aussi bien qu’en fin de saison dernière (63 % "seulement" de premières balles). La balle n’est pas vraiment sortie de sa raquette comme il le désirait et l’Espagnol l’a bien montré. Mais malgré sa frustration, il a su faire l’effort mental nécessaire pour rafler la mise en remportant les deux derniers jeux.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313