Il est resté sur son nuage. Après avoir sorti le grand jeu face au numéro 1 mondial Novak Djokovic en demi-finale, Alexander Zverev a pris dimanche une éclatante revanche en finale du Masters sur Daniil Medvedev. Battu en phase de poule par le Russe et lors de leurs cinq derniers duels sur le circuit, le champion olympique a livré une prestation quasi-parfaite pour l'emporter en deux sets (6-4, 6-4) et 1h15 de jeu. Sacré pour la deuxième fois de sa jeune carrière Maître parmi les maîtres, l'Allemand finit également l'année avec le plus grand nombre de titres (6 en… 6 finales) et de victoires (59) sur le circuit.
Leur affrontement dans le groupe rouge voici quelques jours avait tenu toutes ses promesses, avec un succès au bout du suspense et du tie-break décisif 8 points à 6 de Daniil Medvedev. Cette fois, l'affaire n'a pas fait un pli et c'est bien Alexander Zverev qui a levé les bras au ciel, extatique. Un scénario à sens unique d'autant plus inattendu que la dynamique entre les deux joueurs n'était pas franchement en faveur de l'Allemand, qui a terrassé celui qui ressemblait de plus en plus à sa bête noire. Et pour ce faire, il a pu compter sur les mêmes armes qui l'avaient porté contre Novak Djokovic.
Open d'Australie
Medvedev "pas fatigué" vs Tsitsipas "dans la zone" : deux hommes pour une guerre froide
IL Y A 15 HEURES

Un ace sur seconde pour parachever son chef d'oeuvre : Zverev a eu tout bon jusqu'au bout

Un service de feu et de l'audace : la recette du succès de Zverev

Le grand Sascha s'est avant tout appuyé sur un service de tout premier ordre. A l'image de cet ace slicé sur seconde balle pour conclure l'affaire, Zverev a fait parler la poudre avec 74 % de premières balles et 83 % de points gagnés derrière. Pourtant incontestablement l'un des meilleurs relanceurs du circuit, Medvedev n'a ainsi pas eu la moindre occasion à se mettre sous la dent sur l'engagement adverse, complètement étouffé par la puissance adverse. Avec les balles rapides de Turin, le contraste a été saisissant avec leur duel à Bercy lors duquel le Russe avait fait craquer l'Allemand dans la filière longue.
Mais à Paris, sur un indoor lent, Zverev n'avait pas caché sa fatigue dans le sillage de son titre à Vienne. Et avant le Masters, il avait pu se reposer quelques jours et refaire du jus pour tout donner dans ce tournoi des Maîtres. Ce net regain d'énergie a été criant dimanche, alors même qu'il sortait d'une demi-finale disputée face à Djokovic et avait eu moins de temps pour récupérer que Medvedev. La confiance accumulée, sa détermination et les conditions de jeu ont fait la différence.
Breaké rapidement dans chaque manche - à 1-1 dans la première et d'entrée dans la seconde -, le numéro 2 mondial a aussi payé un pourcentage trop faible de premières balles (59 %) qui l'a contraint à subir à l'échange. Submergé par l'agressivité adverse et privé du rythme qu'il aime tant, Medvedev n'a même pas réussi à imposer sa patte lors des rares longs échanges. Complètement dans sa bulle, impressionnant de justesse et de prise d'initiative, Zverev l'a écoeuré. L'Allemand n'a plus grand-chose à voir avec le joueur stéréotypé et passif qu'il fut il n'y a pas si longtemps. Ce dernier week-end ne peut que le conforter dans sa progression et le rendre encore plus ambitieux en vue de 2022.

Alexander Zverev

Crédit: Getty Images

Open d'Australie
Medvedev a fait peur à Cervara : "Ce n’est pas possible qu’il ait renversé tout ça… pour ça"
IL Y A 15 HEURES
Open d'Australie
Auger-Aliassime avertit la concurrence : "Un bon message que j'envoie à mes adversaires"
HIER À 15:55