Allez dire à Jannik Sinner que c'était un match sans enjeu. Techniquement, du strict point de vue de la logique comptable de ce Masters 2021, ce n'était pas faux. Daniil Medvedev était non seulement déjà qualifié pour les demi-finales mais en prime assuré de la première place du groupe rouge. Sinner, lui, ne pouvait plus espérer accrocher une place dans le dernier carré. Mais quand on joue face au numéro 2 mondial, qui est affublé depuis le mois de septembre d'un statut de vainqueur en Grand Chelem, et que l'on évolue à domicile, devant un public dévoué à sa cause, l'enjeu est là. Différent, mais bien présent.
Il n'est qu'à voir la réaction du jeune Italien après la balle de match. Totalement dépité, il a à peine écouté les compliments que Medvedev lui adressait. Il était ailleurs. Jannik Sinner a encaissé jeudi soir une de ces défaites (6-0, 6-7, 7-6) qui font mal aux gencives sur le coup mais qui peuvent s'avérer bénéfique sur le long terme. Remplaçant au début de ce Masters, le protégé de Riccardo Piatti a remplacé au pied levé son compatriote Matteo Berrettini, blessé. Bilan, une victoire contre Hubert Hurkacz et deux balles de match contre Daniil Medvedev, après avoir pris la marée dans le premier set.

Jannik Sinner très déçu après sa défaite contre Daniil Medvedev.

Crédit: Getty Images

ATP Finals
Djokovic indébordable, Berrettini et Tsitsipas as du passing : Le Top 5 du Masters
22/11/2021 À 14:53

Le benjamin du Top 10 est aussi celui du Top 30

Au final, cette expérience imprévue lui aura donné l'envie d'y revenir et la confirmation que sa place était bien là. Jeudi soir, même sans beaucoup de recul, Jannik Sinner était donc certain de ne pas avoir perdu son temps. "Avoir joué ici va beaucoup m'apporter, estimait-il à chaud. Il y a eu beaucoup de bonnes choses, c'était super. Affronter ces grands joueurs, c'est un vrai plaisir." Même si le résultat est identique (une défaite), perdre de la sorte en ayant surmonté ce "bagel" initial contre Medvedev a démontré une certaine force de caractère.
Comme tout le monde s'est déjà bien habitué à lui puisqu'il bourlingue depuis déjà un petit moment (pour rappel, il est entré dans le Top 10 à tout juste 18 ans), il est tentant d'oublier que Sinner n'a encore que 20 ans. Il a achevé cette saison au Masters et dans le Top 10. Ce n'est pas rien. Sinner n'est d'ailleurs pas seulement le benjamin du Top 10. Il est aussi celui du Top… 30, ce qui met mieux en lumière ses temps de passage. "C'est vraiment une très bonne année pour moi, aucun doute, juge l'Italien du nord. Jouer ici, c'était une belle conclusion. Il y a eu des moments forts, beaucoup même, et je pense que j'ai grandi en tant que joueur et en tant que personne. J'ai commencé l'année 37e et je termine dans le Top 10."

Une pluie de coups gagnants devant un public en folie : l'entrée magistrale de Sinner

Je ne veux pas me précipiter
Jannik Sinner poursuit sa progression à la fois spectaculaire et constante. 551e fin 2018. 78e fin 2019. 37e fin 2020. 10e fin 2021. Cette saison, il a disputé sa première finale de Masters 1000, perdue à Miami contre Hubert Hurkacz. Il a décroché trois titres de plus, dont son premier ATP 500, à Washington, pour doubler son total. Six tournois à son palmarès à 20 ans. Mais il y a encore de la marge pour faire mieux. Dans les grands tournois, notamment. Alors qu'il avait atteint les quarts de finale à Roland-Garros en 2020, il n'a cette année pas dépassé les huitièmes en Grand Chelem, avec même deux sorties de route dès le premier tour à Melbourne et Wimbledon où, c'est vrai, le tirage ne l'avait pas épargné avec Shapovalov et Fucsovics d'entrée.
"Je sais parfaitement ce que je dois améliorer, mon équipe le sait aussi, donc la prochaine saison va être intéressante", suggère-t-il. Sa priorité reste d'avancer, en termes de jeu, de résultats et de classements, mais sans faire n'importe quoi, sans jouer les stakhanovistes en enquillant les tournois dans tous les sens. Ce qui intéresse Jannik Sinner, c'est d'arriver là où il veut aller. Pas forcément d'y aller le plus vite possible : "Je ne veux pas me précipiter, c'est ça l'objectif principal. Je n'ai que 20 ans, 21 ans la saison prochaine et je veux jouer de très nombreuses années sur le circuit." Désormais bien installé près des sommets, il lui reste beaucoup de choses à peaufiner. Mais la base est tellement solide...

Jannik Sinner

Crédit: Getty Images

ATP Finals
Zverev, un service qui fait trembler ses adversaires : les stats à retenir du Masters
21/11/2021 À 23:37
ATP Finals
Djokovic ne dramatise pas : "Ça reste une année phénoménale"
21/11/2021 À 21:57