C'est l'une des énigmes de ce début de saison. Entre résultats décevants, blessures à répétition voire même déprime, Dominic Thiem traîne son spleen depuis le début de l'année 2021. Une première partie de saison compliquée, mais que l'Autrichien compte bien oublier comme il l'explique dans un entretien sans langue de bois pour le quotidien autrichien Der Standard.

Thiem, pourquoi cette impasse ?

Le contexte, toujours le contexte

ATP Madrid
Thiem renverse Isner et retrouve les demi-finales
IL Y A UN JOUR
Alors que sa brillante seconde partie de saison 2020, couronnée de son premier sacre en Grand Chelem, avait donné le la, l'Autrichien semble accuser le contrecoup de la pandémie de coronavirus. A commencer par son organisation. "J'ai toujours eu une vie bien planifiée. Chaque jour, chaque semaine, chaque mois est bien organisé. Tout ça a disparu pour le moment…"
Et le brutal confinement imposé aux habitants de Melbourne pendant l'Open d'Australie 2021 a sans doute été l'un des éléments qui a révélé le mal-être du joueur au grand jour. "Je joue l'un des matchs les plus mémorables de ma vie contre le héros local Kyrgios où je suis mené deux sets à zéro. L'atmosphère à Melbourne était incroyable, même si les gens ne m'ont pas soutenu. Et soudain, il y a eu un confinement local. C'était comme un accident nucléaire. Le lendemain contre Dimitrov, il y avait une chaleur extrême sur l'heure de midi et j'étais seul. Je n'ai pas réussi à faire face à la situation", analyse le joueur.
Mais le numéro quatre mondial refuse de faire porter l'entière responsabilité à la situation sanitaire. "Si j'avais remporté l'US Open dans des conditions normales, les choses auraient continué normalement, mais je serais probablement aussi dans l'état dans lequel je suis maintenant." Le finaliste du Masters 2020 n'a d'ailleurs pas manqué de saluer les joueurs qui ont performé durant cette période. "Il y a des gars qui peuvent tirer avantage de cette "bulle" comme Evans ou Bublik. C'est super pour eux, ils se concentrent exclusivement sur le tennis."

Henin : "Face au jeu atypique d’Evans, Tsitsipas n’est pas tombé dans le piège de la précipitation"

Le spleen de Thiem

Ne penser qu'au tennis, c'est sans doute la différence entre le Thiem 2020 et celui de 2021 pour l'instant. Et le sacre à New York a laissé des traces chez le joueur, à n'en pas douter. "Quand vous avez un grand objectif, la quête d'une vie, que vous sacrifiez tout pour et que vous y parvenez, les choses ne reviennent pas à la normale tout de suite. Le problème du tennis, c'est que tout va très vite et qu'il continue semaine après semaine."
Gêné par des blessures au genou ces derniers mois, Thiem concède qu'il a eu de gros passages à vide. Sans pour autant tomber dans la dépression. "Il y a un certain vide, mais ce n'est pas non plus un drame. (...) J'ai à peine suivi le tournoi de tennis de Monte Carlo…" Fan de football, il a également confié ne pas "avoir regardé la Ligue des Champions la semaine passée", une "tragédie" pour lui.

Retour d'enfer, 7-6 au 5e, rebondissements à gogo et sacre de Thiem : Le résumé dune finale épique

Patience et longueur de temps

En panne d'énergie, Thiem a d'ailleurs assumé ce manque de forme lors de ses dernières sorties. "Si vous n'êtes pas en forme à 100%, vous perdez. Pour moi, c'était le cas cette année à l'Open d'Australie et surtout à Doha et Dubaï. Les adversaires sont très forts, le niveau est élevé et vous perdez au premier ou au deuxième tour..."
Le temps, c'est visiblement le meilleur allié de l'Autrichien pour rebondir. Une prise de recul nécessaire pour ce dernier. "Il ne faut pas brusquer un retour. Si j'étais allé à Belgrade avec une douleur au genou, j'aurais encore perdu dans le premier tour. Et puis vous vous retrouvez dans une spirale négative. Je dois éviter ça donc je pense que c'est mieux que je reste à la maison. Je ne suis ni le premier, ni le dernier à le faire."
Si le vainqueur du dernier US Open a encore repoussé son retour sur les courts cette semaine, il espère reprendre la compétition à Madrid et Rome, avant sa principale échéance de la saison. "Roland-Garros est mon grand objectif. Bien sûr, j'aurais moins de préparation (que les autres). Je n'ai pas eu de matchs contre les meilleurs joueurs depuis longtemps. Je ne sais pas où j'en suis… J'espère revenir à Madrid et à Rome." Sans oublier une pensée pour les prochains Jeux olympiques de Tokyo, en juillet prochain. "Une médaille aux Jeux olympiques d'été de Tokyo serait un rêve absolu."
Qu'on se le dise, le joueur de 27 ans a des projets et des ambitions plein la tête et annonce la couleur pour les prochaines semaines. "Je ne laisserai pas le plaisir du tennis m'être enlevé. Parce qu'à un moment donné, la normalité reviendra." Et Thiem revivra.

"Je n’arrive pas à comprendre la polémique sur le changement de dates de Roland-Garros"

ATP Madrid
Retour gagnant pour Thiem
04/05/2021 À 18:56
ATP Monte-Carlo
Thiem, pourquoi cette impasse ?
12/04/2021 À 18:38