Miami n'avait plus vu ça depuis 16 ans. A 19 printemps, Jannik Sinner est devenu le plus jeune joueur à rallier la finale du Masters 1000 floridien depuis 2005 et un certain Rafael Nadal (18 ans à l'époque). Mais plus que la statistique marquante, c'est la manière dont l'Italien y est parvenu vendredi qui a parfois laissé sans voix.
Il s'est ainsi permis le luxe de renverser le 12e joueur mondial Roberto Bautista Agut (5-7, 6-4, 6-4) en 2h28 de jeu, et ce en remontant un break de retard dans la troisième manche. A nouveau, il a impressionné par sa capacité à rester calme dans les moments critiques. Pour aller chercher le titre dimanche, il lui faudra se défaire de Hubert Hurkacz.
ATP Miami
Hurkacz : "J'espère pouvoir inspirer les jeunes en Pologne comme quand Iga a gagné Roland"
04/04/2021 À 22:29
Jannik Sinner va peut-être bientôt hanter les nuits de Roberto Bautista Agut. En deux semaines, l'Espagnol s'est sûrement vu deux fois gagner, avant que son jeune adversaire ne le coiffe au poteau à chaque fois. En Floride vendredi, comme à Dubaï lors de leur précédent duel, l'Italien a semblé au bord du gouffre et bien d'autres se seraient résignés à sa place. Mais il n'est pas fait du même bois que la plupart de ses collègues, comme l'affirmait sa précédente victime Alexander Bublik, et il l'a encore montré vendredi.

Un mental d'acier et une conclusion d'anthologie

Il serait bien tentant d'insister sur la remontée finale de Sinner, mené 3-1 dans l'ultime acte, avant de rafler cinq des six derniers jeux. Mais l'intéressé avait déjà marqué au fer rouge Bautista Agut quelques jeux plus tôt. Alors en tête 7-5, 3-3, 0/40 sur le service adverse, l'Espagnol semblait en posture idéale pour aller chercher sa deuxième finale en Masters 1000. Pas éblouissant, mais plus solide sur la longueur des échanges, il était sur le point de vaincre la patience adverse, mais une erreur de jugement sur sa première occasion - il croyait le revers adverse trop croisé alors qu'il avait accroché la ligne - et la rébellion de son rival en ont décidé autrement.
Dans ce 7e jeu du deuxième set, Sinner a sauvé en tout quatre balles de break grâce à autant de coups gagnants ou presque. Son audace sous pression, aussi bien en revers croisé, long de ligne, qu'en attaque de coup droit et au filet, a été déterminante. Elle lui a permis de remettre les compteurs à zéro après un premier acte où un soupçon de précipitation lui avait coûté cher dans le money time. Dans des conditions très venteuses, il aura certes commis beaucoup d'erreurs (53 fautes directes contre 39 à Bautista Agut) mais aura aussi fait l'essentiel du jeu (37 coups gagnants à 12), ouvrant les angles quand son rival tentait de le neutraliser en jouant beaucoup long au centre.
En début de troisième manche, l'Espagnol a toutefois réagi, retrouvant de l'agressivité pour marquer 13 points consécutifs et faire le break. Mais ses nouvelles intentions n'ont pas duré, éteintes par la puissance et l'esprit d'initiative adverses. Une fois revenu à hauteur, Sinner a définitivement lâché les chevaux avec une conclusion digne des plus grands : un break blanc d'anthologie où il a envoyé notamment trois missiles en revers croisé dont un sur balle de match. Le voilà virtuellement 21e au classement mondial et en cas de victoire finale, il débarquera dans le Top 15 (14e). Décidément, ce jeune a de l'avenir.
ATP Miami
Hurkacz, machine à broyer des membres du Top 10
04/04/2021 À 20:47
ATP Miami
Malgré les éclairs de Sinner, Hurkacz est resté sur son nuage : le résume de la finale
04/04/2021 À 19:53