Novak Djokovic a égalé samedi soir, à Cincinnati, le record de titres en Masters 1000 jusqu'ici détenu par le seul Rafael Nadal (35). Mais à deux jours du début de l'US Open, c'est dans un tout autre combat que le Serbe s'est lancé. Face à l'Espagnol et au conseil des joueurs de l'ATP. Offrir plus d’indépendance et de pouvoir aux membres masculins du circuit : voilà la volonté de l'homme invaincu en 2020, qui souhaite créer une nouvelle association indépendante de joueurs. Une information d'abord donnée par le New York Times, puis confirmée par l'intéressé après sa victoire face à Milos Raonic.
"Ce n’est pas une idée nouvelle, c’est un projet de beaucoup de joueurs depuis plus de 20 ans. Légalement, on a tout à fait le droit de former l’association des joueurs. Ce n’est pas une union. On n’appelle pas au boycott, on ne crée pas un circuit parallèle, a-t-il justifié. On essaye d’avoir la majorité des joueurs, on sait que ça ne sera sans doute pas le cas aujourd’hui mais on doit commencer quelque part. J’adorerais pouvoir compter sur Roger et Rafa, mais je les comprends. Selon moi, c'est le bon moment". Une prise de position claire, et désormais assumée publiquement. Risquée, aussi.
ATP Genève
Sur sa lancée, Gasquet fonce en demie
IL Y A UNE HEURE
Parce que face à lui se dresse des monstres sacrés du tennis mondial. A commencer par Rafael Nadal et Roger Federer. "Le monde vit une situation difficile et compliquée. Personnellement, je crois que c'est le moment de rester calme et de travailler tous ensemble dans la même direction. C'est le temps de l'unité et non de la séparation, a écrit l’Espagnol sur Twitter avant même la prise de parole de Djokovic. Ce sont des moments où de grandes choses peuvent être accomplies, à partir du moment où le monde du tennis est uni. Nous tous, joueurs, tournois, instances devons travailler ensemble. Nous avons un gros problème et la séparation et la désunion ne sont certainement pas la solution."
Un tweet repris par Roger Federer presque dans la foulée : "Je suis d’accord avec Rafael Nadal. Ce sont des temps incertains et difficiles, mais je crois qu’il est essentiel de rester unis en tant que joueurs et, en tant que sport, de tracer la meilleure voie possible". Un signe de plus qui laissait peu de place au doute : les choses s’agitent très sérieusement en coulisses. L’Espagnol et le Suisse ont d'ailleurs récemment réintégré le Board des joueurs de l'ATP, tandis que Djokovic aurait d'ores et déjà démissionné de son poste de président du conseil des joueurs.
Un conseil qui s'est également exprimé de manière collective dans un mail relayé par le journaliste américain Jon Wertheim, signé par Kevin Anderson, Roger Federer, Jurgen Melzer, Rafael Nadal, Sam Querrey et Bruno Soares, et adressé aux joueurs ATP. "Nous voudrions envoyer un message disant que nous n’approuvons pas la création d’une nouvelle association de joueurs (…) Un nouvelle association ne peut pas co-exister avec l’ATP, est-il annoncé clairement. Notre objectif est de vous notifier de notre position et de nous assurer que tout le monde comprenne bien ce que cela implique".
Au coeur d'un mail cash, le conseil demande tous simplement du temps, six mois après la mise en place de la nouvelle gouvernance : "Veuillez vous rappeler que la nouvelle gouvernance a été mise en place cette année et qu’avec la pandémie de Covid-19, il y a eu de nombreuses difficultés imprévues". Ce communiqué pose ensuite une liste de questions aux défenseurs de cette idée : "Pouvez-vous nous donner une liste claire des droits additionnels que cette association va nous donner ? Si le but est de représenter l’intérêt de tous les joueurs, pourquoi beaucoup de joueurs ne sont pas inclus ?"
La conclusion, elle, reste dans le ton d'une prise de parole directe : "Nous ne sommes pas contre l’idée de revoir la structure et la gouvernance du tennis (…) Nous sommes contre cette proposition car nous ne voyons pas comment cela bénéficiera aux joueurs, et que cela remet sérieusement en question nos vies sur le circuit et notre sécurité". Outre le Djoker, tous ne sont pas de cet avis, puisque Vasek Pospisil porte également ce projet. Andy Murray, lui, ne serait pas totalement contre et voudrait se laisser du temps.

Le fantôme de Djoko puis le retour du Djoker : le résumé de Djokovic-Raonic

Roland-Garros
Un tirage explosif : Djokovic, Nadal et Alcaraz dans la même moitié de tableau
IL Y A 2 HEURES
Roland-Garros
Un match de qualifications suspecté d'avoir été truqué
IL Y A 2 HEURES