Alexander Zverev aurait-il trouvé un nouveau souffle ? Une chose est sûre, l’Allemand a livré jeudi à Pékin l'une de ses prestations les plus abouties de la saison. Victime de ce réveil, Félix Auger-Aliassime n’a rien pu faire, éparpillé (6-3, 6-1) en à peine plus d’une heure (62 minutes précisément) aux quatre coins du court. Lancé dans la course au Masters, le 6e joueur mondial (mais seulement 10e à la Race) retrouvera l’Américain Sam Querrey, tombeur de Diego Schwartzman (7-6, 6-7, 6-3), vendredi pour une place dans le dernier carré.
Cela fait bien longtemps qu’on n’avait plus vu Alexander Zverev aussi serein sur un court. A croire que les encouragements conjugués (et fleuris) de Rafael Nadal et de Roger Federer, qui l’incitaient à rester positif dans son attitude lors de la Laver Cup, ont porté leurs fruits. Ou peut-être ne s’agit-il que d’une histoire de mariage des styles de jeu. Toujours est-il que, comme à Monte-Carlo voici près de six mois, il n’y a pas eu match entre l’Allemand et un Félix Auger-Aliassime apparu rapidement presque résigné.
ATP Rosmalen
Medvedev s'en sort face à Mannarino et redevient n°1 mondial
11/06/2022 À 17:01

Zverev a retrouvé de la constance

A sa décharge, le Canadien de 19 ans est tombé sur un adversaire particulièrement solide. Zverev a soigné son pourcentage de premières balles (69 % et 93 % de réussite derrière !) pour se mettre à l’abri sur ses mises en jeu. Une stratégie plus que payante puisque la tête de série numéro 2 du tournoi n’a pas concédé la moindre balle de break durant ce match à sens unique. Particulièrement appliqué dans ses déplacements et son petit jeu de jambes, l’Allemand a mis une pression énorme sur son jeune rival d’entrée.
Si Auger-Aliassime a sauvé in extremis son premier jeu de service, il n’a donc fait que repousser l’échéance. De l’autre côté du filet, Zverev ne lui a rien donné à l’échange, prenant rapidement confiance et faisant preuve d’une agressivité quasiment inédite cette saison pour lui. Il a ainsi frappé pas moins de 21 coups gagnants pour 8 minuscules fautes directes dans le match. Comme un symbole, c’est sur une amortie de revers gagnante jouée en avançant après plusieurs frappes impressionnantes qu’il a enlevé le premier set (6-3), ravissant par la même occasion une deuxième fois le service adverse.
Imperturbable, le numéro 6 mondial n’a connu aucune baisse de régime, une autre rareté pour lui en 2019. Et il s’est même offert le luxe d’aller chercher assez fréquemment les points au filet, avec réussite. Totalement dépassé par la longueur de balle adverse, Auger-Aliassime n’a jamais été en mesure d’enrayer la belle mécanique de Zverev. Ce dernier le sait, il doit enchaîner les bonnes performances pour espérer avoir une chance de défendre son titre à l’O2 Arena de Londres. Ce début de tournée asiatique a de quoi lui donner quelques légitimes espoirs, à condition de rester sur cette dynamique.
Roland-Garros
Nadal, la voie royale vers le 22e Grand Chelem ? "J'ai un peu d'expérience…"
02/06/2022 À 22:24
Roland-Garros
La tradition ou la révolution
02/06/2022 À 22:22