De l’extrême nervosité à la sérénité du devoir accompli, Novak Djokovic est passé par toutes les émotions la semaine dernière à Rome. Après sa sortie précoce à Monte-Carlo (huitième de finale) et sa défaite surprise en demi-finale chez lui à Belgrade après un gros combat face à Aslan Karatsev, le numéro 1 mondial avait des raisons de se poser des questions en débarquant dans la capitale italienne. Et sa colère contre l’arbitre lors de son 2e tour perturbé par la pluie contre Taylor Fritz l’avait bien montré. Tout comme son jet de raquette face à Stefanos Tsitsipas en quart. Mais dimanche, au soir de sa finale perdue contre Rafael Nadal en finale (7-5, 1-6, 6-3), il était apaisé.
Le constat peut paraître surprenant quand on connaît l’animal qui était tenant du titre (et 5 fois champion), qui plus est. Djokovic, comme tout compétiteur de son envergure, et peut-être même un peu plus, hait par-dessus tout la défaite. Sûrement même plus qu’il n’aime la victoire. Mais l’intéressé est aussi capable de prendre du recul, conscient du chemin parcouru.
ATP Rome
Smash dunk, passing, amortie rétro... Le top 5 du Masters 1000 de Rome
17/05/2021 À 11:39

Un bras de fer remporté contre un Djoko remonté : Nadal a fait le plein de confiance avant Roland

Rassuré tennistiquement, mentalement et surtout physiquement

"J'étais heureux d’affronter Rafa car c'est le défi ultime sur terre battue, encore plus en finale. Il n'y a rien de mieux avant Roland-Garros. J’aurais pu sortir en quarts de finale. Je suis content de mon état d'esprit et de mon envie de gagner. Je pense que j'ai bien joué aujourd'hui (dimanche). Bien sûr, je suis déçu d'avoir perdu, mais je suis satisfait de mon niveau. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas senti comme ça sur terre battue. Il a mieux joué les points importants, mais nous étions très proches", a-t-il analysé avec justesse et lucidité en conférence de presse.
Stefanos Tsitsipas aurait en effet pu mettre fin bien plus tôt à l’aventure romaine du numéro 1 mondial. Si la pluie n’avait pas entraîné le report de la fin de leur match, du vendredi soir au samedi matin, dans des conditions beaucoup plus sèches et rapides, peut-être aurait-il pris la porte en deux sets avec des doutes plein la tête. Au lieu de cela, Djokovic s’est offert la victoire référence qu’il recherchait contre le champion de Monte-Carlo et finaliste de Barcelone, en refusant de mourir alors qu’il était sous la menace d’un double break dans le troisième set notamment. Mentalement donc et tennistiquement, il a retrouvé le feu sacré qui l’animait en Australie en début de saison.
Mieux, il a aussi acquis des certitudes très importantes sur le plan physique avant le défi des cinq sets à relever à Roland-Garros. Non seulement le Serbe est sorti victorieux de sa journée marathon de samedi, renversant Tsitsipas avant de résister en soirée à Lorenzo Sonego et à la furia du public italien, mais il a remis le couvert sans problème apparent en finale le lendemain, malgré ses 5 heures d’efforts. "La fatigue n'a joué aucun rôle dans ma défaite en finale. Au contraire, je me sentais bien. Je suis sur la bonne voie. Ces deux derniers jours m’ont donné un boost de confiance pour la terre battue. J’ai trouvé mon jeu", a-t-il même fait remarquer.

Clément : "Djokovic est peut-être celui qui s'est le plus rassuré"

J'ai emmagasiné beaucoup de confiance cette semaine, c'est bon pour Roland-Garros
Et les statistiques confirment que Djokovic était bien prêt au combat, alors qu'il l'avait refusé en finale de l’édition 2020 de Roland-Garros (6-0, 6-2, 7-5) voici plus de six mois. C’est bien lui qui a eu le dessus sur les longs échanges - il en a gagné 20 sur 25 quand ils ont dépassé les 9 frappes de balle – face au Taureau de Manacor, référence quasi-indépassable dans les bras de fer en fond de court. S’il n’a pas gagné, il ne s’est donc pas reposé sur des circonstances défavorables pour fuir l’affrontement. Au contraire, il s’est prouvé qu’il pouvait rivaliser à nouveau avec l’ogre de l’ocre.
Serein donc, Djokovic s’est remis dans les temps pour son objectif Grand Chelem. "Je vais prendre une semaine de repos car j'ai passé assez de temps raquette en main sur un court. Je vais travailler la récupération. Je jouerai aussi à Belgrade et j'espère être prêt pour Paris. J'ai emmagasiné beaucoup de confiance cette semaine, c'est bon pour Roland-Garros." La concurrence est prévenue, le pic de forme du Djoker arrive bien comme il l’espérait. Loin de concéder un quelconque ascendant psychologique à son rival majorquin, le voilà remonté comme un coucou.

Jeu, set et maths : Rafael Nadal vole sur la terre, les Français trébuchent

ATP Rome
Jeu, set et maths : Rafael Nadal vole sur la terre, les Français trébuchent
17/05/2021 À 00:07
ATP Rome
Un bras de fer remporté contre un Djoko remonté : Nadal a fait le plein de confiance avant Roland
16/05/2021 À 21:07