Le sursaut madrilène a été de courte durée. Après avoir bénéficié du soutien d'une poignée de supporters à Madrid où il avait décroché une victoire face à Nikoloz Basilashvili, Benoît Paire a concédé lundi sa 8e défaite d'entrée en 10 tournois disputés en 2021. Tombé sous les coups de Stefano Travaglia (6-4, 6-3), l'Avignonnais n'est pas parvenu à rester dans son match, perturbé par un point litigieux dans le second set. Mais surtout, le retour du huis clos a semblé l'affecter, une thèse que l'intéressé a confirmée en conférence de presse.
"Pour moi, ça reste un match, j’ai fait ce que j’ai pu, le résultat n’est pas tant important, le plus important c’est d’avoir été sur le court, d’avoir tapé des balles. Comme je l’ai déjà dit, un stade vide, je le ressens un peu comme un entraînement. Surtout en connaissant l’ambiance à Rome en temps normal", a-t-il fait observer après son revers. Paire est d'autant moins affecté qu'il a évoqué une autre circonstance atténuante : vacciné il y a deux jours, il n'a pas pu s'entraîner avant le tournoi et l'organisation ne lui a pas accordé une programmation adaptée en conséquence.
ATP Rome
Smash dunk, passing, amortie rétro... Le top 5 du Masters 1000 de Rome
17/05/2021 À 11:39

Un point litigieux et Paire a déchanté au point de prendre la marque en photo

Récemment vacciné, Paire n'a été épargné par la programmation

Sur le pont dès 10 heures ce lundi alors qu'il réclamait un début de tournoi plus tardif, Paire n'était pas dans les meilleures conditions pour donner le meilleur de lui-même. "J’ai encore un peu mal à ma piqûre du vaccin, c’est un peu lourd pour lever le bras, mais je le savais. C’est pour ça que j’avais demandé à jouer tard. Pas grave, c’est comme ça. Je prends semaine après semaine. La semaine prochaine je vais à Genève, après à Parme, après à Roland. Ça ira mieux quand il y aura du monde, je ne suis pas trop inquiet quant à mon tennis. C’était un bon entraînement aujourd’hui, ça reste positif pour la suite."
Alors qu'attendre de lui pour la suite ? La réforme du classement ATP en ces temps de pandémie lui permet en tout cas d'enchaîner les contre-performances sans en subir réellement les conséquences. De semaine en semaine, Paire continue d'intégrer sans grande difficulté les tableaux des tournois sur le circuit ATP. Et il en est bien conscient. "Quand tu vois que j’ai gagné deux matchs en deux ans et que je suis toujours 35, ça va. Je profite du système. J’entends souvent parler de classement, mais je vais garder ma finale de Marrakech, un 3e tour à Wimbledon, mon résultat à Lyon... Même si je descends, je serai 50e. Il faudra juste retrouver un peu de plaisir sur le court quand la pandémie sera passée."

Un coup exceptionnel à l'aveugle : Paire a fait le spectacle malgré ses errances

A Roland, j’ai envie de bien faire parce que j’aime ce tournoi et parce que c’est à la maison, mais moi ce que j’aime c’est l’ambiance
Est-ce à dire que l'Avignonnais va continuer à enchaîner les défaites sans saveur dans les semaines à venir ? A l'entendre, seul un retour à la normale sur le circuit pourrait l'aider à remonter la pente. Dans cette perspective, Roland-Garros, qui accueillera des spectateurs même en jauge réduite, apparaît comme une lumière au bout du tunnel.
"A Roland il va y avoir un peu de monde, donc là je vais aller m’entraîner, essayer de prendre un peu sur moi pour aller faire un peu de physique. Et si je ne suis pas prêt, ce sera pour les tournois d’après. Ce n’est pas grave. J’ai envie de bien faire parce que j’aime ce tournoi et parce que c’est à la maison, mais moi ce que j’aime c’est l’ambiance", a-t-il réaffirmé. Sur ce point difficile de lui donner tort : il suffit de voir son changement d'attitude à Madrid pour en être convaincu.
ATP Rome
Jeu, set et maths : Rafael Nadal vole sur la terre, les Français trébuchent
17/05/2021 À 00:07
ATP Rome
Djokovic a retrouvé la flamme : "Je ne m'étais pas senti comme ça sur terre depuis longtemps"
16/05/2021 À 21:45