Il fait désormais partie du prestigieux club des cinq. Comme Jimmy Connors, Ivan Lendl, Roger Federer et Rafael Nadal avant lui, Novak Djokovic a atteint samedi soir la barre mythique des 1000 matches gagnés sur le circuit ATP. Et le numéro 1 mondial l'a fait avec la manière en imposant sa loi à Casper Ruud, 10e à l'ATP pourtant accrocheur, en deux manches (6-4, 6-3) et un peu plus d'une heure et demie de jeu (1h42 exactement) en demie du Masters 1000 de Rome. Dimanche, il tentera ainsi d'aller chercher son 6e titre pour sa 12e finale dans la capitale italienne, face à Stefanos Tsitsipas, tombeur d'Alexander Zverev (4-6, 6-3, 6-3).
ATP Genève
Paire est tombé sur un os
18/05/2022 À 17:11
Il n'a plus qu'une victoire à conquérir pour aborder Roland-Garros (22 mai-5 juin) dans des conditions idéales. Venu à Rome pour protéger sa place de numéro 1 mondial et surtout confirmer sa montée en puissance, Novak Djokovic a d'ores et déjà réussi sur les deux tableaux. Dans la lignée de son quart de finale impressionnant contre Félix Auger-Aliassime, le Serbe a montré qu'il se rapprochait clairement de son tout meilleur niveau ce samedi soir en demie. Face à un Casper Ruud qui a livré un combat d'une belle intensité physique, il a ainsi donné le sentiment d'accélérer quand il le désirait.

Ruud a été courageux, mais Djokovic a admirablement géré son affaire

A vrai dire, le score aurait d'ailleurs pu être plus sévère tant Djokovic a impressionné dans le premier quart d'heure de ce match. Trop rapide, trop précis et trop agressif pour un Ruud baladé d'un bout à l'autre du court, il s'est offert un double break d'entrée. La différence était telle entre les deux joueurs que le patron du circuit semblait toujours avoir un temps d'avance et réciter son tennis. Complètement dominé par les prises de balles précoces du Serbe, le Norvégien a alors fait preuve de beaucoup de courage pour ne pas sombrer et rentrer de plain-pied dans la partie, récupérant même un de ses deux services de retard.

Novak Djokovic

Crédit: Getty Images

Tant et si bien qu'il a quand même fallu à Djokovic près d'une heure pour virer en tête. Davantage gêné par le volume des frappes et les angles courts croisés de Ruud, il s'est d'ailleurs reconcentré sur l'essentiel en début de second set : gagner ses jeux de service. De plus en plus agressif, son adversaire a alors manqué de précision pour réellement l'inquiéter. Et comme s'il avait soudain refait le plein d'énergie, le numéro 1 mondial a ressurgi à 3-3. Malgré la résistance acharnée de Ruud, il s'est attaché à soigner davantage encore la qualité et la longueur de ses retours, à ne pas rater à l'échange et à exploiter la moindre balle courte pour prendre l'avantage. A sa 4e opportunité, ce travail de sape a fini par payer.
Un grand cri a alors retenti dans la Foro Italico. Celui d'un champion affamé, à la rage de vaincre intacte et même peut-être renforcée par les péripéties de son début d'année. Il a ainsi enlevé les trois derniers jeux pour plier l'affaire en un clin d'oeil alors que le bras de fer était féroce quelques minutes plus tôt. Djokovic semble fin prêt à conclure en beauté pour ses retrouvailles avec Stefanos Tsitsipas quasiment un an après leur finale à Roland-Garros. Une chose est certaine : le Grec aura fort à faire pour prendre sa revanche et mettre fin à sa série de cinq défaites contre le Serbe.
ATP Rome
Retour de Nadal venu d’ailleurs, Djokovic et F2A partout : le Top 5 des points
15/05/2022 À 23:06
ATP Rome
Une bulle à part pour Djokovic, le plafond de verre de Tsitsipas
15/05/2022 À 22:03