Il débarquera à Paris en pleine confiance. Depuis les Jeux Olympiques de Tokyo, Alexander Zverev n'a perdu que deux petits matches et a indéniablement franchi un cap. Désormais, le numéro 4 mondial répond quasi-systématiquement présent quand il est attendu, et dimanche il en a apporté une nouvelle preuve à Vienne. Il a ainsi ramené à la raison Frances Tiafoe en deux sets accrochés mais fort bien maîtrisés (7-5, 6-4) et 1h35 de jeu, pour s'adjuger son 5e trophée en autant de finales cette saison, le 18e titre de sa jeune et déjà prolifique carrière.
Large favori de cette finale, Alexander Zverev a donc bien assumé son rang, même si ce ne fut pas de tout repos. Et c'est peut-être un mal pour un bien pour l'Allemand qui a prouvé cette semaine qu'il était capable de gagner quand tout ne tournait pas exactement comme il l'aurait souhaité. Ni le retour de Frances Tiafoe dans le premier set, ni ses difficultés à convertir ses occasions de break dans le second n'ont (profondément) affecté le champion olympique, conscient de sa marge.
Roland-Garros
Nadal, la voie royale vers le 22e Grand Chelem ? "J'ai un peu d'expérience…"
02/06/2022 À 22:24

Amortie-lob, amortie-lob... Tiafoe fait courir Zverev et se lever le public

Tiafoe a tout tenté, mais Zverev était trop solide

Sur la lancée de sa démonstration contre Carlos Alcaraz la veille en demie, Zverev a débuté la partie sur les chapeaux de roue, avec un break rapide faisant craindre un scénario à sens unique. Mais c'était oublier que Tiafoe avait plus d'un tour dans son sac. Après avoir fait rire son adversaire qui s'est légèrement déconcentré, commettant quelques erreurs, l'Américain a immédiatement refait son retard d'un retour croisé de coup droit gagnant. Et les débats se sont équilibrés.
Plus en difficulté à l'échange en raison des changements de rythme adverses - Tiafoe a notamment utilisé l'amortie à très bon escient -, Zverev a néanmoins pu se reposer sur un service encore exceptionnel (82 % de premières et même 89 % dans le premier set, 19 aces et aucune double faute) pour se remettre à l'endroit et faire la différence par sa constance en fin de première manche.

Tiafoe fait... n'importe quoi à la relance, mais ça ne déconcentre pas Zverev

Une fois devant, l'Allemand s'est fait pressant à la relance dans la seconde manche, obtenant une balle de break d'entrée puis trois à 3-2, sans parvenir à les convertir. Une inefficacité qui aurait pu lui coûter cher à 4-4 quand Tiafoe est sorti de sa boîte et a obtenu sa seule opportunité du set à la relance, mais il a encore pu compter sur son arme fatale : sa première balle.
Emoussé par sa folle semaine - c'était son 7e match à Vienne après être sorti des qualifs -, l'Américain a finalement rendu les armes dans le jeu suivant, achevé par un ultime retour de revers supersonique. Malgré sa belle résistance, Zverev était bien trop fort.
Roland-Garros
La tradition ou la révolution
02/06/2022 À 22:22
Roland-Garros
Zverev, tel qu'on voudrait le voir tout le temps
31/05/2022 À 19:42