On le savait déjà, mais il le confirme match après match : Carlos Alcaraz est un phénomène. Après avoir écarté au tour précédent un Andy Murray revenu à un haut niveau, il s'est offert Matteo Berrettini, numéro 7 mondial, en quart de finale à Vienne. Au terme d'un combat formidable, l'Espagnol de 18 ans s'est imposé en trois sets (6-1, 6-7, 7-6) et 2h40 de jeu. Il s'agit déjà de sa deuxième victoire sur un membre du Top 10. Pour sa première demi-finale en ATP 500, il affrontera soit Alexander Zverev, soit Felix Auger-Aliassime.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Bondissant, puissant, rapide et d'une solidité mentale déjà exceptionnelle, Carlos Alcaraz n'en finit plus d'éblouir. Dans une partie d'une qualité assez exceptionnelle, l'Espagnol n'a rien cédé, a bluffé par son audace constante, alors même que la perte du deuxième set au tie-break aurait pu le miner. Dans sa bulle, il a produit un tennis d'une telle constance et d'un tel niveau qu'on se demande bien déjà où sont ses limites.
Open d'Australie
"Je ne dirais même pas que j'apprends, j'encaisse"
25/01/2022 À 15:54

Mentalement, Alcaraz a toujours gardé le cap

Complètement injouable d'entrée, Alcaraz a infligé un 5-0 en à peine plus de 20 minutes à un Berrettini incrédule, avant de virer en tête en un éclair 6-1. Et la partie aurait pu tourner à la démonstration totale si l'Italien n'avait pas grandement amélioré sa qualité et son pourcentage de première balle pour écarter pas moins de 4 balles de break dans le deuxième set. Entré pleinement dans le combat, le numéro 7 mondial a su se montrer le plus solide pour chaparder la manche et remettre les compteurs à zéro (6-1, 6-7).
Mais nullement atteint par la tournure des événements, Alcaraz est reparti de plus belle dans le dernier acte, menant rapidement 4-1 à grand renfort de coups droits hallucinants. Avant de connaître l'un de ses rares passages à vide : 4 fautes directes d'affilée pour offrir le débreak à Berrettini (4-4). Ce qui ressemblait à un gros coup dur a été balayé d'un revers de main. Plus offensif et explosif que son rival, il a vu son audace payer dans le tie-break décisif. Décidément, ce gamin est fait d'un autre bois.
Open d'Australie
Le rêve est passé
25/01/2022 À 13:44
Open d'Australie
Monfils en veut plus : "Un bel accomplissement, mais ce n'est pas encore fini"
24/01/2022 À 14:49