Surréaliste ! Voilà le mot qui définit le mieux le match qui a opposé Andy Murray et Marius Copil dans la nuit de vendredi à Washington. Surréaliste car inédit. Il était près de 3h du matin, heures locales, quand le marathonien Murray a bouclé son match. Une nouvelle victoire en trois sets (6-7, 6-3, 7-6) et une qualification en quart de finale, une première pour lui depuis Wimbledon 2017. Surréaliste car, forcément, dans l'arène de la capitale américaine, les gradins s'étaient peu à peu vidés pour être clairement vides, à la fin du combat. Mais, tel un gladiateur, Murray s'est accroché. Et a gagné.
Une victoire en forme de libération. Au point qu'après sa balle de match remportée, Murray, groggy, est allé s'asseoir sur sa chaise et a fondu en larmes. Peut-être parce qu'il a pris conscience du chemin parcouru en si peu de temps. Le 832e joueur mondial (avant le début du tournoi) en a remporté d'autres des victoires symboliques. Mais, ce vendredi, c'était autre chose. Le début d'une nouvelle aventure qu'il espère la plus longue et victorieuse possible.
ATP Washington
Pouille a fini par craquer, Alexander s'offre le duel des frères Zverev, Murray respire
03/08/2018 À 05:54
Murray a néanmoins regretté le déroulement de sa journée. "Je ne pense pas que je dois être mis dans une position comme celle-là. Mon corps ne se sent pas très bien maintenant", a-t-il réagi. "J'ai déjà disputé plusieurs longs matches. Mais finir à 3 heures du matin n'est bon pour personne, ni pour le tournoi, ni pour les joueurs, la télé, les fans, personne", a-t-il fulminé. "Quand on est attendu le lendemain sur le court, je ne pense pas que cela soit raisonnable", a insisté Murray. "C'est un point que le circuit doit regarder. C'est comme jouer deux matches en un jour. Je ne sais pas comment je vais récupérer de ça", a ajouté l'Ecossais.
ATP Washington
Zverev écrase De Minaur et conserve son titre
05/08/2018 À 20:26
ATP Washington
Avec ce plongeon improbable, Tsitsipas s'est pris pour Becker
05/08/2018 À 07:45