Getty Images

Federer, une fausse note pour achever la symphonie

Federer, une fausse note pour achever la symphonie

Le 18/11/2017 à 19:59

MASTERS 2017 – Battu à la surprise générale par David Goffin en demi-finale samedi, Roger Federer est en vacances un jour plus tôt que prévu. En dépit de la déception, le Suisse gardera un souvenir particulier de cette cuvée 2017, qui a dépassé toutes ses espérances. Même cette fausse note finale ne saurait la ternir.

Ce n'était pas ce qu'il espérait. Ni ce que la logique et le passé respectif des protagonistes laissaient entrevoir. Mais Roger Federer a bouclé samedi sa saison 24 heures plus tôt que prévu en s'inclinant à la surprise générale face à David Goffin en demi-finales du Masters de Londres (2-6, 6-3, 6-4). Une vraie grosse surprise, compte tenu du passif du Belge contre le Suisse (6 matches 6 défaites) et du passé de celui-ci dans ce tournoi. D'autant plus étonnant que le premier set avait viré à la démonstration bâloise. Puis la machine s'est enrayée, et Goffin s'est mis à tutoyer les étoiles. "J'ai un jour de vacances en plus, mais je suis déçu", a-t-il soufflé.

S'il a un regret, c'est d'avoir cédé aussi vite en début de deuxième set, alors que tout allait bien pour lui. "Ça a été difficile de se faire breaker à 1-0 pour lui, alors que j'ai eu des occasions d'égaliser à 1 partout, et de maintenir la pression. Je n'ai pas été assez précis au service. A ce moment-là, il a très bien retourné, ce qui lui a permis de se maintenir dans le match. Avec le recul, je pense que ça a été un moment clé. Après, il n'a plus raté grand-chose." Et Federer n'a plus vraiment eu l'occasion de renverser le cours de cette demi-finale.

Roger Federer a pour la première fois calé sur David Goffin

Roger Federer a pour la première fois calé sur David GoffinGetty Images

" David a simplement été le meilleur sur le court aujourd'hui"

Il l'assure en tout cas, s'il a perdu samedi, ce n'est pas à cause d'un problème physique. "Je n’ai pas d’excuse, tranche le Bâlois. Je n’étais pas fatigué, je n’étais pas blessé, la programmation du Masters avait été idéale pour moi… David a simplement été le meilleur sur le court aujourd'hui". Mais en dépit de ses trois victoires en phase de groupe, il n'a jamais vraiment réussi à trouver son rythme dans ce tournoi. "J'ai eu de la peine toute la semaine. Est-ce que c'est à cause des balles ? De la surface ? je ne sais pas, mais en tout cas j'ai eu du mal."

S'il aurait aimé terminer sur une note triomphale, un 7e Masters et un 8e titre en 2017, sa saison n'en reste pas moins exceptionnelle. Presque inespérée. Il y a un an, il regardait le Masters à la télé et avait mis le tennis entre parenthèses depuis le mois de juillet. "J'ai vécu une année fantastique, rappelle-t-il. Je suis tellement content d'avoir joué à ce niveau du début jusqu'à la fin, jusqu'à aujourd'hui. C'est décevant de finir là-dessus. Mais ce n'est pas si important si je regarde toute ma saison, pour laquelle je suis particulièrement content."

Deux semaines de coupure

Deux titres en Grand Chelem, ses premiers depuis 2012, trois Masters 1000, une deuxième place au classement ATP, c'est plus qu'il n'en demandait. "Si je compare avec la saison dernière, sourit RF, on peut dire que c'était parfait cette année". Roger Federer se projette maintenant sur le prochain exercice. A Melbourne, il arrivera pour la première fois depuis sept ans dans la peau du tenant du titre. "Avec le retour de Novak, Andy, Stan et tous les jeunes qui poussent, ça devrait être sympa", savoure-t-il déjà.

Maintenant, après ce 57e et dernier match de l'année (sans compter le week-end en Laver Cup), Federer aspire à un peu de repos. "Je vais prendre deux semaines off, deux vraies semaines de vacances, explique le Suisse. Je crois que c’est une chose dont nous avons tous besoin en cette fin de saison. Moi, ma femme et mes enfants. On a besoin de passer du temps en famille. Ce sont les moments les plus importants de nos vies." Ensuite il sera temps de s'y remettre. Sa rentrée est programmée le 30 décembre prochain lors de la Hopman Cup. Là où tout avait redémarré pour lui l'an dernier...

0
0