AFP

Bartoli paie l'addition

Bartoli paie l'addition
Par Eurosport

Le 28/06/2011 à 19:07Mis à jour Le 28/06/2011 à 22:34

Eliminée en quarts de finale de Wimbledon par l'Allemande Sabine Lisicki (6-4, 6-7, 6-1), Marion Bartoli a "payé les efforts accomplis depuis un mois". Mais la Française assure qu'elle "n'a pas de regret". Et promet de ne plus "jouer de tournoi juste avant un Grand Chelem".

La tête répondait toujours. Mais les jambes ne suivaient plus. Marion Bartoli l'avoue aisément: elle "n'avait plus d'essence dans le moteur". Ce qui n'était qu'une crainte légitime avant les quarts de finale de WImbledon s'est mué en évidence face à l'Allemande Sabine Lisicki (6-4, 6-7, 6-1). "A la fin, mon mental était toujours là, mais mon corps ne pouvait plus rien faire", a reconnu la N. 1 française après la rencontre.

Les efforts consentis la veille face à Serena Williams (6-3, 7-6), la double tenante du titre, avaient laissé des traces. Mais plus généralement, elle a lâché des forces ces dernières semaines. "J'ai payé les efforts accomplis depuis un mois, tous les matches longs que j'ai joués. J'ai essayé de me battre et je n'ai pas de regret car il n'y avait rien à faire." Comme d'habitude, elle n'a pourtant pas rendu les armes avant l'heure. "Quand j'ai pris ce deuxième set, je pensais vraiment que j'allais prendre le match. Et puis la fatigue m'a rattrapée. Toute l'énergie que j'avais mise depuis un mois a fait que je n'en pouvais plus. C'est arrivé d'un coup." Et c'était, finalement, prévisible.

"Si j'avais eu le même niveau d'énergie..."

A Strasbourg, elle avait renoncé prématurément en finale. A Roland-Garros, elle s'était frayée un chemin jusqu'au dernier carré. A Eastbourne, elle avait dû puiser dans ses réserves pour s'imposer sur le gazon anglais. Deux jours seulement avant Wimbledon. Résultat : elle n'était "pas dans une forme olympique" à l'heure de se présenter sur le gazon londonien. "La fatigue physique et mentale pourrait jouer en sa défaveur, prédisait ce matin Patrick Mouratoglou. Je trouvais assez risqué d'aller jouer à Eastbourne après son bon parcours à Roland-Garros. Elle pourrait le payer." Elle l'a effectivement payé.

Bartoli s'en était miraculeusement sortie face à l'Espagnole Lourdes Dominguez Lino (4-6, 7-5, 6-2) puis contre l'Italienne Flavia Penneta (5-7, 6-4, 9-7). Face à Lisicki, Bartoli ne pouvait plus bouger, parce qu'elle commençait à avoir "des crampes dans les jambes". "Si j'avais eu le même niveau d'énergie que les jours précédents, je pense que j'aurais pu gagner. Il faut rester positive et retenir les bonnes choses que j'ai faites depuis un mois. Je crois que je peux être fière de moi." Elle a déjà tiré la leçon de cette expérience: "Ne pas jouer de tournoi juste avant un Grand Chelem." A 26 ans, elle n'a pas fini d'apprendre.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0