dpa

"Inoubliable"

"Inoubliable"
Par AFP

Le 24/11/2008 à 06:50Mis à jour

Rafael Nadal n'a pas joué la finale de Coupe Davis, mais il se souviendra de cette étonnante victoire de l'Espagne en Argentine. Les héros espagnols de Mar del Plata sont aux anges, marqués à vie par leur exploit. Pour les Argentins, cette troisième défai

COUPE DAVIS - FINALE (Mar del Plata)
Argentine-Espagne : 1-3

LES REACTIONS D'APRES-MATCH

Fernando Verdasco (ESP, vainqueur de Jose Acasuso/ARG):
"C'est une sensation incroyable, c'est incomparable avec tout ce que j'ai pu vivre jusque-là. C'est la victoire la plus importante de ma vie. Inoubliable. C'est le plus grand jour de ma vie. Je n'oublierai jamais ce que j'ai ressenti sur la balle de match. Pour moi la clé du match a été lorsque j'ai fait le break dans le quatrième set et que je me suis calmé. A ce moment, j'ai commencé à sentir que la victoire n'était plus très loin."

Emilio Sanchez (capitaine de l'équipe d'Espagne):
"Je sais à quel point c'est difficile de perdre une finale de Coupe Davis à la maison et c'est pour ça que nous allons partager notre victoire avec les Argentins. Je veux qu'on fête comme il se doit cette victoire loin de nos terres. On la doit beaucoup au fait d'avoir constitué une équipe de double compétitive. Et Feliciano (Lopez) nous a donné un élan formidable avec sa victoire le premier jour. Que viva Espana !"

Feliciano Lopez (vainqueur de Juan Martin Del Potro vendredi):
"J'ai donné tout ce que j'avais et on a réussi quelque chose de grand. On a fait quelque chose d'important pour tout le pays."

Rafael Nadal (numéro un mondial, absent de la finale en raison d'une blessure, interrogé à Majorque par la télévision espagnole):
"On ne peut pas être plus heureux, c'est un moment inoubliable, ils ont fait l'histoire. Ce qu'ils ont réussi est impressionnant dans une atmosphère difficile. Fernando (Verdasco) a été brillant et génial à partir du 4e set. Feliciano (Lopez) a été très grand. Emilio (Sanchez, le capitaine espagnol) a su former un groupe au sein duquel il y a une ambiance phénoménale".

Jose Acasuso (ARG, battu par Feliciano Lopez):
"Il y avait énormément de tristesse dans le vestiaire après la défaite. Et le fait qu'on soit trois (Nalbandian, Calleri et lui-même) à avoir déjà perdu une finale, il y a deux ans en Russie, rend les choses deux fois plus cruelles."

0
0