Clément, l'élu des joueurs

Clément, l'élu des joueurs

Le 22/06/2012 à 17:58Mis à jour Le 18/09/2014 à 16:10

Nommé officiellement par la FFT vendredi à Roland-Garros, Arnaud Clément est devenu capitaine de Coupe Davis d'abord sous l'impulsion des joueurs en exercice avant de s'imposer comme une évidence aux yeux des dirigeants de la Fédération.

Jean Gachassin voulait éviter le "copinage" pour désigner le capitaine de Coupe Davis. Avec la nomination d'Arnaud Clément, plébiscité par les joueurs et confirmé par la Fédération Française, la FFT n'a pas donné l'impression de dépasser son ancien mode de désignation. Si l'Aixois réfute avoir effectué du "lobbying" auprès des Tsonga et compagnie, la proximité de l'ex-dixième joueur mondial avec ses congénères a joué un rôle prépondérant dans sa nomination. Le fidèle soldat qu'il était depuis longtemps dans cette compétition et son accessibilité ont finalement fait de lui le parfait candidat, puis finalement le capitaine idéal aux yeux du monde du tennis français.

D'après la Direction Technique Nationale, la Fédération Française n'a fait que confirmer le desiderata des membres de l'équipe de France. "Ce sont les joueurs qui ont décidé de faire ce choix, a assuré Patrice Hagelauer. Tous les candidats étaient des bons candidats. C'était la première fois depuis une trentaine d'années qu'il y avait autant de choix de qualité". Cette décision était attendue au mois de septembre mais finalement, le suspense n'a pas tenu jusque là. "J'aurais pu prendre de longs mois de vacances mais la transition avec la fin de ma carrière de joueur va être beaucoup plus rapide. Cela s'est passé assez naturellement et assez tranquillement", s'est d'ailleurs réjoui Clément. Son nom a pourtant circulé rapidement et la rumeur n'a fait qu'enfler de mois en mois autour de ce joueur "consensuel", le plus proche des joueurs et qui saura porter les valeurs héritées de Noah et Forget... Avec autant de qualités recherchées regroupées en un seul homme, il est vite devenu une évidence.

Gachassin : "La confiance des joueurs, c'est le plus important à mes yeux"

Sa nomination a été grandement facilitée par l'approbation de l'ensemble des joueurs consultés (Tsonga, Simon, Monfils, Gasquet, Llodra et Benneteau). Car Arnaud Clément fut d'abord l'un de leur coéquipier, disputant entre 2000 et 2010 dans cette compétition 31 rencontres en simple et en double (20 victoires dont 8 sur 10 en double). Un atout déterminant comparé aux Nicolas Escudé, Sébastien Grosjean, Henri Leconte, Amélie Mauresmo ou encore Cédric Pioline qui étaient notamment évoqués, mais qui n'ont pas su convaincre les actuels membres de l'équipe de France. "Je ne pense pas que le choix dicté par les joueurs ne donne pas de légitimité", a assuré le principal intéressé. Je trouve que c'est une force. Je suis quelqu'un qui prend ses responsabilités. Les joueurs n'en attendent cela de ma part. Il y aura peut-être des problèmes, du fait que les joueurs sont en majorité mes amis. Mais mon but sera de prendre les meilleures décisions pour gagner la Coupe Davis. C'est cela qui me motivera à trancher sans arrière pensée".

"Il faut de la confiance entre eux et le capitaine. C'est le plus important à mes yeux", a simplement résumé le Président de la Fédération. Cette confiance, Michaël Llodra n'a pas hésité à venir l'illustrer en personne à Roland-Garros. Venu saluer son ami, avec qui il disputera le double messieurs à Wimbledon la semaine prochaine, comme un clin d'oeil à sa fin de carrière de joueur, le Parisien n'a pas hésité à lui démontrer sa joie de le voir endosser ce rôle de choix. "C'est une immense fierté pour moi, d'avoir à la fois le soutien des joueurs et de la FFT, a déclaré encore tout ému le nouveau capitaine. Cette nomination, c'est aussi une grande responsabilité. Le but que je me fixe, c'est que la France regagne la Coupe Davis. A moi de mettre toute mon énergie pour qu'on atteigne cet objectif-là. L'équipe en a le potentiel. Je vais avoir beaucoup de domaines à explorer. Le challenge m'excite énormément."

Si sa nomination est effective depuis ce vendredi 22 juin, il étrennera son nouveau rôle lors de la campagne 2013 face à un adversaire qui n'est pas encore connu. Ce qui lui laisse le temps de prendre la pleine mesure de son nouveau rôle, chose qui lui reste encore à appréhender. " Je n'ai pas encore étudié le manuel du capitaine idéal. Mais il n'y aura pas de cassures avec les ancien capitaines. Mais je ne ferai pas du Noah ou du Forget, j'essaierai de trouver ma propre voie. Dans un premier temps, il y aura beaucoup de discussions et d'échanges avec les joueurs. J'ai déjà eu beaucoup de réflexions à propos de ce poste, je suis déjà assez avancé sur la manière avec laquelle je vais l'aborder." Le plus dur commencera pour lui en février 2013 où il tentera de faire mieux que son prédécesseur qui a disputé quatre finales (pour une seule victoire) au cours de son long mandat, et la toute première dès sa première année en 1999.

0
0