Panoramic

Cilic-Del Potro, le choc des tours jumelles qui se connaissent par cœur

Cilic-Del Potro, le choc des tours jumelles qui se connaissent par cœur

Le 26/11/2016 à 14:08Mis à jour Le 27/11/2016 à 13:00

COUPE DAVIS – Dimanche, le quatrième match de la finale mettra aux prises les deux leaders, Marin Cilic côté croate et Juan Martin Del Potro côté argentin. Les deux "gentils géants", véritables tours jumelles du circuit, s'apprécient depuis qu'ils sont gamins. Profils similaires, trajectoires comparables, tout les rapproche. Mais dimanche soir, un seul soulèvera le Saladier d'argent.

Il était sans doute écrit que ces deux-là, tôt ou tard, devaient en découdre pour un titre majeur. Ce sera donc dimanche. Ce sera donc en finale de la Coupe Davis. Et ce pourrait bien être un des matches de l'année. Un des matches de leur carrière, aussi. Juan Martin Del Potro et Marin Cilic ont beaucoup en commun. A vrai dire, l'Argentin et le Croate affichent une forme de gémellité. C'en est même assez saisissant. Un rapide tour de leurs (nombreux) points communs suffit à s'en convaincre.

  • Ils sont nés à cinq jours d'intervalle (23 et 28 septembre 1988)
  • Ils font la même taille (1,98m)
  • Ils sont droitiers, avec un gros service, un gros coup droit, et un revers à deux mains
  • Ils sont passés pro la même année (2005)
  • Ils ont remporté chacun un titre du Grand Chelem (tous les deux à l'US Open)
  • A peu de choses près, leurs gains en carrière sont identiques (16,3 M pour Del Potro, 16,4 pour Cilic)

Si la proximité de leurs parcours est moins connue que celle entre Novak Djokovic et Andy Murray, nés à une semaine d'écart en 1987, Cilic et Del Potro se suivent donc eux aussi depuis très, très longtemps, comme l'a rappelé le natif de Tandil jeudi. "Je connais Marin depuis que j'ai douze ans, et on a eu des carrières assez similaires", a constaté le vice-champion olympique 2016, ajoutant que Cilic était un de ses meilleurs amis sur le circuit. Sans se forcer, le Croate a renvoyé la politesse non feinte à son camarade argentin : "On se connait depuis tellement longtemps... C'est un grand joueur, et une personnalité formidable, très positive pour le tennis. On est toujours heureux de se voir sur le circuit".

L'Orange Bowl, 14 ans déjà...

On pourrait voir dans cet échange d'amabilités les habituelles conventions des conférences de presse où, à moins de se nommer Nick Kyrgios, pas un mot plus haut ne doit dépasser de la ligne de flottaison. Mais entre ces deux-là, le respect, et même un peu plus, est réel et profond. Quand Marin Cilic a triomphé à la surprise générale à Flushing Meadows en 2014, Del Potro a été un des premiers à le féliciter sur Twitter. "Merci beaucoup Juan Martin, j'espère te revoir bientôt sur le circuit".

"Bientôt", ce ne fut pas vraiment le cas mais cette fois, JMDP est bel et bien de retour. Il a été un des animateurs du second semestre, au même titre, d'ailleurs, que Cilic. D'où l'aspect savoureux de leur duel dominical. Le dernier en date d'une très longue série.

Leur histoire commune a débuté au tout début des années 2000, dans les catégories de jeune. Comme sur cette vidéo bien connue des fans de tennis, datant du mois de décembre 2002. En demi-finale de l'Orange Bowl, dans la catégorie "14 ans et moins de 14 ans", Cilic et Del Potro s'étaient affrontés. Le Croate était tête de série numéro un, mais l'Argentin était sorti victorieux de ce match, (6-2, 7-6), avant de remporter le tournoi. Les deux gamins ont alors 14 ans. On notera que Cilic était alors plus grand et plus proche de sa gestuelle chez les pros, notamment au service. Del Potro, lui, fait beaucoup plus enfantin. A l'époque, loin de la future "Tour de Tandil", son surnom était d'ailleurs "Tiny Stick" ("le bâton minuscule").

Paradoxalement, ces deux-là ont ensuite réussi à s'éviter sur le circuit ITF Juniors, lors des presque trois années qu'ils y ont passé. Cilic avait alors pris le dessus dans leur duel à distance, devenant numéro un mondial juniors, Del Potro stoppant sa progression au troisième rang. Contrairement au Croate, l'Argentin n'a d'ailleurs jamais gagné de majeur chez les juniors.

Qui rejoindra la constellation ?

Mais depuis leur passage chez les pros, comme à l'Orange Bowl en Floride, Del Po a nettement pris le dessus sur sa vieille connaissance : Dix confrontations, pour un total de huit victoires de l'Argentin. Il faut même remonter à 2011 pour trouver trace d'un succès de Marin Cilic. Curieusement, tous leurs duels n'ont eu lieu que dans des cadres prestigieux. Quatre en Grand Chelem, cinq dans des Masters 1000 et un en... Coupe Davis.

C'était en 2012, en quarts de finale. Del Potro avait balayé Cilic 6-1, 6-2, 6-1. Leur duel le plus déséquilibré à ce jour. "Mais dimanche, tout ce qui s'est passé avant n'aura aucune importance, a assuré le vainqueur de l'US Open 2009. Marin est 6e mondial, il est très en confiance, je n'aurai aucun avantage sur lui". La récente victoire du Croate contre Djokovic, après 14 échecs, semble donner du crédit à cette analyse.

Quoi qu'il arrive, ce 11e affrontement aura en tout cas un impact majeur sur leurs carrières respectives. Il pourrait leur offrir le Saladier d'argent, ou à tout le moins y contribuer si l'affaire argentino-croate se dénoue sur le cinquième match décisif. Or, en la matière, Del Potro et Cilic forment une drôle d'association. Depuis 10 ans, tous les joueurs ayant triomphé au moins une fois en Grand Chelem, de Federer à Wawrinka, de Nadal à Djokovic en passant par Murray, ont en effet également remporté la Coupe Davis. Tous, sauf deux joueurs : Del Potro et Cilic. Dimanche soir, l'un des deux rejoindra la constellation exposée ci-dessus, isolant, une fois n'est pas coutume, l'une des deux tours de sa jumelle.

Del Potro-Cilic, une si longue histoire

Del Potro-Cilic, une si longue histoirePanoramic

0
0