Gerard Piqué a levé le mystère. A l’origine de la nouvelle formule de la Coupe Davis avec son groupe Kosmos, le Catalan a livré les raisons qui l’ont poussé à accorder une invitation, réclamée par le président de la Fédération française de tennis (FFT) Bernard Giudicelli, à l’équipe de France en 2020. Eliminés dès la phase de poules la semaine dernière dans la Caja Magica de Madrid, les Bleus ne s’imposaient pas forcément comme un choix sportif évident. Ce sont donc d’autres considérations qui ont présidé à ce choix.

S’il défend bec et ongles son bébé, Piqué n’en est pas pour autant devenu sourd. Il sait très bien que cette mutation de l’épreuve centenaire (qui ne conserve quasiment que son nom) a fait beaucoup de sceptiques de l’autre côté des Pyrénées. "La France était le pays le plus opposé au changement. C’est très traditionnel et ils ont senti que la Coupe Davis leur ressemblait avec l’ancien format. Dès les premiers instants, tous les fans et la presse étaient très opposés", a ainsi estimé dans le journal espagnol AS le défenseur central du FC Barcelone.

Coupe Davis
"La Coupe Davis a été annulée car Piqué a surtout perdu 30 millions d'euros en 2019"
15/07/2020 À 13:10

Di Pasquale : "C'est la rareté qui fera la valeur de l'événement Coupe Davis"

Le changement a été acté pour 25 ans et je préfère qu'ils s'adaptent

De ce constat, le Catalan a donc opté pour une sorte de main tendue au tennis français. "Il a été décidé d’accorder à la France une wild-card pour 2020 afin qu’ils se sentent impliqués dans cette compétition, car le format continuera ainsi. Les Français ont exprimé un malaise, mais le changement a été acté pour 25 ans et je préfère qu’ils s’adaptent. C’est un pays très important et nous espérons que beaucoup plus de gens viendront l’an prochain", a-t-il ajouté fermement.

Si Piqué semble faire un pas vers les Bleus en leur accordant cette invitation, sur le fond, il ne cède donc rien. Il n’évoque aucune piste d’amélioration par rapport à cette première édition de la nouvelle Coupe Davis qui pourrait convaincre ses opposants d’un éventuel rapprochement. En mettant sur le même plan "ancien" et "nouveau" formats, il oublie sciemment de mentionner que le premier a duré plus d’un siècle et que le second n’a pas été boudé que par les supporters français, à en juger par l’affluence dans la Caja Magica quand l’Espagne ne jouait pas. A noter que la seconde wild-card pour l'édition 2020 a été attribuée à la Serbie, éliminée en quart de finale de l’épreuve la semaine dernière.

"Si Paris voulait accueillir la nouvelle Coupe Davis, elle ne pourrait même pas"

Coupe Davis
Bernard Giudicelli : "Pourquoi ne pas accueillir la Coupe Davis à Roland en 2023 ?"
03/07/2020 À 09:22
Coupe Davis
La Coupe Davis n'aura pas lieu en 2020
26/06/2020 À 12:16