Getty Images

Mladenovic a repris les rênes

Mladenovic a repris les rênes

Le 09/11/2019 à 09:56Mis à jour Le 09/11/2019 à 10:11

FED CUP - En dominant nettement Ajla Tomljanovic (6-1, 6-1), Kristina Mladenovic avait parfaitement lancé l’équipe de France dans la finale samedi. Après une période creuse, elle s’impose comme la valeur sûre des Bleues et une candidate sérieuse pour relever le défi Ashleigh Barty dimanche.

Elle était attendue, elle n’a pas déçu. Sur la lancée de son titre au Masters en double et d’une fin de saison convaincante en simple - demi-finaliste à Moscou en battant Kiki Bertens notamment -, Kristina Mladenovic a assumé à merveille son statut de numéro 1 tricolore en ouvrant le bal de la meilleure des manières face à Ajla Tomljanovic (6-1, 6-1), 51e joueuse mondiale. Légèrement favorite mais sous pression, tant la tâche s’annonçait compliquée pour Caroline Garcia ensuite (et cela s’est vérifié), elle a apporté un point qui fera peut-être toute la différence pour les Bleues.

"La Fed Cup, c'est difficile parce que vous ne jouez pas que pour vous mais pour votre équipe, tout le pays. J'étais très concentrée sur moi et sur mon plan de jeu. Je suis fière de la manière dont j'ai joué, c'est toujours un défi de jouer le premier match d'une rencontre aussi importante mais plus il y a de challenge et de pression, plus j'apprécie", s’est félicitée la Française après son match. Arrivée seulement lundi à Perth après son sacre à Shenzhen au côté de Timea Babos, elle n’a pas mis longtemps à s’acclimater et a même semblé beaucoup plus prête que son adversaire qui avait pourtant remporté leurs deux seules confrontations sur le circuit voici cinq ans.

Et maintenant, la montagne Barty l'attend

Mais Mladenovic avait prévenu : l’expérience d’une finale dans la compétition (même perdue à domicile contre la République tchèque en 2016) pouvait lui être d’une grande aide pour aborder l’événement. Tomljanovic, qui disputait son premier match avec l’Australie après avoir joué sous les couleurs croates, l’a d’ailleurs reconnu. "Oui, j'ai ressenti la pression. C'était vraiment une expérience et des sentiments particuliers. Je ne pense pas que je m'étais sentie comme cela auparavant. J'aurais vraiment aimé faire mieux, mais j'ai tout donné et ça ne s'est juste pas passé comme prévu. Si j'ai l'opportunité de rejouer, je saurai plus à quoi m'attendre en termes de ressenti", a estimé l’Australienne.

Bien que pertinentes, ces considérations n’ont pas ému Mladenovic qui s’est montrée satisfaite, à raison, de la qualité de son tennis. "Fière", elle a rendu hommage aux 200 supporters français qui ont fait le (très) long déplacement aux antipodes pour soutenir les Bleues. "Personnellement, je ne m'attendais pas à ce qu'ils soient aussi nombreux. Je les en remercie. (…) J'ai gagné ici pour la France avec Richard Gasquet (en Hopman Cup en 2017, ndlr), sur le court j'étais comme à la maison. C'est génial, on est à l'autre bout du monde, et dans l'autre équipe il y a la n°1 mondiale, que demander de plus ?", s’est-elle réjouie.

Expéditive, comme Ashleigh Barty face à Caroline Garcia malheureusement pour les Bleues, Mladenovic sait désormais qu’elle a un rôle clé à jouer dans la suite et la fin de ce week-end de finale. Et elle se dit prête à relever le défi. "Jouer un match assez rapide, c'est sûr que c'est du bonus pour moi en vue de demain (dimanche, ndlr). Mais que ce soit une heure ou trois heures, physiquement j'ai extrêmement confiance dans ma préparation." Et de la confiance, il en faudra pour tenter de faire vaciller la numéro 1 mondiale, invaincue depuis 15 matches en Fed Cup et soutenue par tout un peuple.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0