Il tournait autour depuis quelques années, sans pouvoir s’en emparer. C’est désormais chose faite : Dominic Thiem compte un Masters 1000 à son palmarès. Et l’Autrichien, spécialiste de l’ocre, s’est payé le luxe d’accomplir cette magnifique performance sur dur, même si les conditions à Indian Wells lui ont rappelé celles d’un court en terre battue comme il l’avait expliqué au cours de la semaine. Ce triomphe ouvre forcément des perspectives, surtout après avoir pris le dessus sur l’un des membres du fameux "Big Three" (Roger Federer en l’occurrence) qui n’a laissé que des miettes à la concurrence ces dernières années.
"C’était un plaisir de jouer contre Roger dans cette super finale. J’avais perdu les deux précédentes dans cette catégorie de tournoi, donc gagner celle-là pour moi, c’est aussi fort qu’un Grand Chelem", n’a pas hésité à déclarer l’Autrichien dans la foulée. Des paroles sous le coup de l’émotion mais qui en disent long sur le prestige qui entoure ces fameux Masters 1000 qui réunissent l’élite du tennis mondial et accordent moins le droit à l’erreur en raison de leur format court et de l’absence ou presque de tours de chauffe (avec un match de moins à disputer pour les cadors qu’en Majeur).

Lobs, amorties, retours cinglants : Thiem et Federer ont fait le show en finale

Masters Indian Wells
L'ATP confirme : Indian Wells aura lieu en octobre
20/05/2021 À 17:44

Thiem a étoffé son registre de terrien

Mais Thiem a sûrement parlé trop vite, tant cette victoire a comblé ce qu’il estimait comme un manque à son palmarès, étant donné la régularité de ses performances depuis plusieurs saisons. Il ne sait pas (encore ?) ce qu’une victoire en Grand Chelem signifie et ce qu’elle déclencherait émotionnellement chez lui. S’il a déjà été en finale à Roland-Garros l’an passé, la domination outrancière de Rafael Nadal, qui l’avait balayé en trois sets (6-4, 6-3, 6-2), a donné l’impression paradoxale qu’il était à la fois proche (à une victoire) et loin du Graal que représente pour tout joueur de tennis un titre en Grand Chelem.
A Indian Wells, l’Autrichien de 25 ans s’est peut-être donné les moyens d’y parvenir, en se prouvant d’abord sur le plan mental qu’il pouvait jouer à son meilleur niveau quand la circonstance d’une finale de grand tournoi et la qualité de l’adversaire l’exigeaient. Il a aussi montré qu’il n’était pas la caricature d’un simple spécialiste de la terre battue. Oui, il a utilisé sa puissance, ses qualités physiques et la lourdeur de son lift pour faire vaciller Federer. Oui, il a profité de montées hasardeuses du Suisse pour le crucifier en passing et renverser la dynamique dans le deuxième set. Mais le désormais 4e joueur mondial ne s’est pas limité à ce registre pour l’emporter, cela n’aurait pas suffi.
Dans la manche décisive, Thiem est ainsi allé chercher le break fatidique en jouant de manière très agressive en deux coups de raquette : d’abord très rapide et profond en retour de revers pour faire reculer Federer, puis définitif en coup droit croisé gagnant. Il s'est donc étoffé tactiquement, à l’image de sa capacité à prendre tôt la balle à la relance face à des bombardiers de l’envergure d’Ivo Karlovic ou Milos Raonic. "S’il y a un nouveau vainqueur en Grand Chelem cette année, il fait clairement partie des candidats sérieux", a ainsi estimé notre consultante Marion Bartoli au moment d’analyser cette première finale de l’année en Masters 1000.

Il a mis le temps mais Thiem a contenu Raonic : sa victoire en vidéo

Capable de jouer les trouble-fête ?

"Gagner un Grand Chelem sera dur, mais je pense que c’est possible", déclarait le principal intéressé il y a quelques semaines, alors même que son début de saison n’était pas très encourageant. En l’espace de dix jours, il vient de lui donner une nouvelle dimension, après s’être également adjoint les services du Chilien Nicolas Massu qui compte un titre olympique à Athènes en 2004 comme fait de gloire de sa carrière tennistique. "Je m’envole vers Miami demain et la préparation pour le tournoi commence déjà. Nicolas a su me remettre en forme avec des entraînements très intensifs avant Indian Wells. J’ai été très fort sur le plan mental, je veux que ça dure et il m’aidera dans ce domaine aussi", a confié l’Autrichien.
Alors que Novak Djokovic domine implacablement le circuit depuis l’été dernier, que Rafael Nadal compte bien rester l'ogre de l'ocre, et que Roger Federer montre qu’il est encore très compétitif à 37 ans, Dominic Thiem a les qualités pour devenir le quatrième homme fort de la saison (il l’est d’ailleurs déjà au classement mondial) et bouleverser cette sacro-sainte hiérarchie tennistique. "Ce titre à Indian Wells restera pour toujours. Mais ce serait sympa si j’arrivais à garder cette forme et toutes ces émotions positives dans chaque tournoi que je vais jouer maintenant", a-t-il glissé. Une façon comme une autre de faire comprendre qu’il s’agissait aussi d’un tremplin pour atteindre d’autres hauteurs, pourquoi pas du côté de la porte d’Auteuil, sur sa terre battue chérie en juin.
Masters Indian Wells
Vers un report d'Indian Wells ?
14/12/2020 À 18:11
Masters Indian Wells
Le passing de Federer face à Edmund est pour vous le plus beau point du Masters d'Indian Wells
18/03/2019 À 09:57