Panoramic

En disposant difficilement de Berdych, Murray a fait un pas de plus vers le trône de numéro 1

Murray a fait un pas de plus vers le trône

Le 04/11/2016 à 21:44Mis à jour Le 04/11/2016 à 22:20

MASTERS 1000 PARIS-BERCY - Andy Murray s'est un peu plus rapproché de la place de numéro un mondial vendredi soir en disposant de Tomas Berdych en quart de finale du tournoi de Paris-Bercy (7-6, 7-5). Une victoire obtenue de haute lutte pour le Britannique qui a sauvé la bagatelle de sept balles de set dans la 1re manche. Murray n'est désormais plus qu'à une victoire de détrôner Novak Djokovic.

Cette pression s’est déjà un peu ressentie dans la raquette de Murray vendredi soir. Logiquement, l’Ecossais aurait même dû perdre la première manche face à Berdych. Le Tchèque, qui devait gagner ce match pour espérer aller au Masters, se demande d’ailleurs encore comment il a fait pour laisser filer sept balles de set. Pas une, pas deux, mais bien sept, après avoir mené 6-1 dans le jeu décisif. Autant d’occasions manquées qui ont frustré le 11e mondial, au point d’en mordre le filet, et lancé le Britannique vers la victoire.

Murray flanche un peu mais Berdych fait toujours des cadeaux

Le premier set en poche après plus de quinze minutes jouées dans le tie-break, Murray a enfoncé le clou en breakant Berdych d’entrée de seconde manche sur ses premières balles de break du match. De quoi se prendre la tête à deux mains. Son avantage sera jalousement gardé jusqu’à 5-4, moment où cette fameuse pression a repointé le bout de son nez au moment de servir pour le match. Un jeu de service raté a procuré trois balles de débreak au Tchèque, qui a attendu un coup droit dans le filet de Murray pour recoller au score.

Mais ce vendredi soir était le soir de Murray. Le retour miraculeux de Berdych n’a pas tenu très longtemps : sur le jeu de service suivant, le Tchèque a de nouveau offert sa mise en jeu en envoyant un smash dans le couloir et en commettant la double faute fatale sur balle de break, symbole d’une malchance décidément acharnée. Murray a eu beau gâcher trois balles de match, la quatrième a été la bonne pour le hisser en demi-finale. Oui, ce vendredi, tout a souri au dauphin de Djokovic. Samedi, tout porte à croire que c’est en nouveau roi qu’il quittera le court de Bercy.

0
0