Panoramic

Battu par Raonic à Rome, Tsonga est renvoyé à ses doutes avant Roland-Garros

Battu par Raonic, Tsonga est renvoyé à ses doutes

Le 15/05/2014 à 14:48Mis à jour Le 15/05/2014 à 17:07

Après deux sorties convaincantes, Jo-Wilfried Tsonga n'a pas concrétisé cela face à Milos Raonic, jeudi au troisième tour du Masters 1000 de Rome (7-6, 6-4). Le Français s'incline pour la cinquième fois de la saison face à un joueur du Top 10, sans aucune victoire marquante encore à se mettre sous la dent à dix jours de Roland-Garros.

Pour la cinquième fois cette saison, Jo-Wilfried Tsonga s’est incliné face à un membre du Top 10. Après Roger Federer (deux fois), Tomas Berdych et Andy Murray, le Français a perdu contre Milos Raonic, dixième mondial jeudi, en huitièmes de finale du Masters 1000 de Rome (7-6, 6-4). Pas très rassurant à dix jours du début de Roland-Garros. En quart de finale, le Canadien rencontrera un autre Français, Jérémy Chardy tombeur du Croate Ivan Dodig (6-3, 6-2) .

Là où le Français pourra s'en vouloir, c'est de n’avoir pas su convertir ses balles de break. La tête de série numéro 11 en a eu cinq au total, au troisième jeu du premier set. A 1-1, 0/40 sur sa mise en jeu, Raonic parvient à revenir grâce à son service-volée. Malgré deux nouvelles balles de break, Tsonga n’a pas réussi à prendre le service du Canadien. Il n'aura pas d'autres occasions.

Autre preuve de son inconstance et de son manque de réalisme, le Français a de nouveau "fauté" en fin de premier set. Alors qu’il menait 5 points à 4 dans le jeu décisif, une double faute a plombé son élan, Raonic s'adjugeant la première manche dans la foulée. Auteur de 23 fautes directes et de trois doubles fautes, Raonic a pourtant confirmé son statut de Top 10 mondial par son opportunisme. De son côté, Tsonga peut s’en vouloir de ne pas avoir été performant dans les moments-clés. Alors que ces deux premiers matches face à Dolgopolov (6-3, 7-6) et Anderson (7-6, 7-6) avaient été plutôt convaincants, il a perdu de son réalisme. Alors que Roland-Garros arrive à grands pas, le Manceau s'en serait bien passé.

0
0