Eurosport

Murray sobre, Federer frais

Murray sobre, Federer frais
Par Eurosport

Le 16/10/2010 à 10:22Mis à jour Le 16/10/2010 à 16:44

Roger Federer jouera Andy Murray en finale à Shanghai. Le Suisse a sorti Novak Djokovic 7-5, 6-4 au terme d'un match très serré au premier set et parfaitement maîtrisé au second. Une petite revanche après l'US Open. L'Ecossais jouera sa 4e finale de l'année en éliminant un Monaco pugnace 6-4, 6-1.

UN FEDERER TOUT FRAIS

Tout est dans le "body langage". Le "langage du corps" dont parle tous les coaches et autres gourous du circuit. Quand tu es nul, montre que tu es un winner, on ne sait jamais... Dans le cas de Roger Federer et Novak Djokovic, le problème du body langage se pose rarement. Ces deux là sont rarement "nuls" sur un court. A Shanghai, ce samedi, pour un remake de la demi-finale de l'US Open, nous avons même eu droit à un premier set de très grande qualité.

Tension, variation, lutte technique, tactique et mentale de très haut niveau. Malgré une première balle de break dès le premier jeu de service du Serbe, Federer a été en danger toute la manche. Au quatrième jeu, il a sauvé quatre balles de break de justesse. Il a globalement dû lutter sur chacun de ses engagements. Djokovic mettait du poids et de la vitesse dans ses balles. Federer a refusé de reculer, a travaillé son revers pour trouver les bonnes variations de profondeur et n'a pas plié.

A 5-5, le duel atteint son paroxysme. Federer s'est un peu énervé quelques points auparavant mais c'est Djokovic qui ne gère pas ses nerfs. Rien de spectaculaire, mais une petite crispation à peine visible qui se transforme sur le court en manque d'agressivité. Federer ne joue pas un tennis étincelant, il joue juste et vite. Djokovic perd son service et le rythme du match. Trois jeux plus tard, il avait perdu le premier set et son premier jeu de service de la seconde manche. Revenu à 4-3 après avoir concédé une deuxième fois son service, Novak n'a pas pu revenir. Le match est sous contrôle. Ça, Federer sait faire... Le voilà en finale pour sa première participation à Shanghai. Ce sera sa 6e finale de l'année après ses victoires à Cincinnati et l'Open d'Australie et ses défaites à Halle, Madrid et au Canada face à... Andy Murray, son futur adversaire.

MURRAY SOBRE ET TERRIBLEMENT EFFICACE

Et Juan Monaco, fier comme un gaucho, frappait. Et plus il frappait plus Andy Murray renvoyait les balles. Pendant deux sets ce samedi, "Pico" aka Monaco, a compris de quel métal était fait l'Ecossais. Du genre acier trempé en ce moment à Shanghai. Au premier set, Monaco a passé la plupart des échanges un mètre dans le court.

L'Argentin a distribué le jeu, trop souvent hésité il est vrai, et perdu deux fois son service sans certainement avoir la sensation de mériter un tel sort. Breaké d'entrée, Juan avait pourtant cravaché pour revenir de 5-2 à 5-4. Mais à l'image de ce point étonnant, où Monaco a claqué cinq ou six smashes pour finalement mettre son dernier coup dans le couloir alors que Murray défendait avec une corde cassée (!), le match lui a échappé.

Moins performant en retour que face à Tsonga la veille, Andy a su prendre le jeu à son compte dans la deuxième manche. Face à un adversaire écoeuré mais toujours combatif, il a souvent fait la différence latéralement en fixant le coup droit de Monaco. Après sa victoire au Canada, il pourra viser un deuxième titre cette saison ici à Shanghai. Ce sera sa 4e finale après Cincinnati, et ses défaites à Los Angeles et l'Open d'Australie face à... Roger Federer.

0
0