Imago

Montréal : Nishikori donne la leçon à Nadal, Djokovic revient de loin

Nishikori donne la leçon à Nadal, Djokovic revient de loin
Par AFP

Le 15/08/2015 à 08:04Mis à jour Le 15/08/2015 à 11:05

M1000 MONTREAL - Kei Nishikori a signé sa première victoire face à Rafael Nadal en quarts de finale du tournoi québécois. Novak Djokovic, lui, a dû sauver deux balles de match avant de battre Gulbis.

La huitième aura été la bonne pour Kei Nishikori. Battu sept fois par Rafael Nadal lors de ses sept premières confrontations avec le Majorquin, le Japonais a signé vendredi soir sa première victoire face à l'ancien numéro un mondial. Un succès qui plus est très tranquille, puisqu'il s'est imposé en deux petits sets, 6-2, 6-4, pour se hisser en demi-finales du Masters 1000 de Montréal.

"Aujourd'hui j'ai dominé presque tout, je suis content de la manière avec laquelle j'ai joué", s'est légitimement réjoui le Japonais. La rencontre n'a duré que 82 minutes et Nishikori s'est montré d'un redoutable opportunisme, convertissant ses quatre balles de breaks. Nadal, lui, s'est retrouvé en panne totale de premières balles au service et il a fini par le payer. "J'ai pu me montrer agressif sur ses secondes balles. tout a marché si bien, c'était presque le match parfait. Il n'est peut-être toujours pas à 100%, mais c'est Rafa", a jugé Nishikori, qui affrontera Andy Murray samedi.

Djokovic a eu chaud

Novak Djokovic, de son côté, a connu beaucoup plus de difficultés pour se défaire d'un Ernests Gulbis revigoré cette semaine au Québec. Sorti des qualifications, le fantasque letton a failli signé un énorme coup contre le numéro un mondial. Ombre de lui-même dans les deux premiers sets, Djokovic a sauvé deux balles de match avant de se ressaisir et de clore la partie en 2h30 en déroulant dans le dernier set (5-7, 7-6 (9/7), 6-1).

"Ernests méritait de gagner cette partie ce soir. Il était le meilleur dans les deux (premiers) sets. Je ne suis pas content de mon jeu", a commenté en français le N.1 mondial, triple vainqueur du tournoi canadien (2007, 2011, 2012). "Il faut donner du crédit à Gulbis, il m'a toujours obligé à jouer un coup supplémentaire, il m'a mis beaucoup de pression, je m'en sors vraiment bien" a estimé le Serbe, lucide. Il sera opposé en demi-finales à Jérémy Chardy, qu'il a toujours battu en neuf rencontres.

0
0