Le suspense n’a pas duré bien longtemps. Rafael Nadal a rapidement pris la mesure de Daniil Medvedev, dimanche soir, en finale du Masters 1000 de Montréal. L’Espagnol a éparpillé son adversaire en deux sets (6-3, 6-0) et 1h10 de jeu seulement, s’adjugeant son 83e titre en carrière, le troisième de sa saison et le cinquième au Canada. Pour la première fois, il a ainsi défendu un titre sur dur, améliorant son record en Masters 1000 avec 35 trophées décrochés, soit deux de plus que Novak Djokovic (33). Ce triomphe lui permet enfin de conserver la deuxième place mondiale et même d’assurer son statut de tête de série numéro 2 à l’US Open au détriment de Roger Federer.
Wimbledon
Surprise sur le Centre Court : Hurkacz s'offre Medvedev
06/07/2021 À 13:24
Cette finale de Montréal suscitait une certaine curiosité, car Daniil Medvedev et Rafael Nadal ne s’étaient jamais affrontés jusqu’alors. Le Russe, qui sortait d'un beau tournoi à Washington où Nick Kyrgios l’avait privé du sacre, avait affiché un niveau de jeu impressionnant tout au long de la semaine, ne laissant pas le moindre set en route. Mais dimanche, la marche s’est révélée (beaucoup) trop haute pour lui. Dans le vent, il n’a finalement tenu le choc qu’un petit quart d’heure, le temps d’obtenir une balle de break sur le premier jeu de service de son adversaire.

Medvedev a vite baissé la tête

Nadal a tenu son engagement, et une fois ce test inaugural passé, il a mis en marche la machine à broyer. Plutôt bien entré dans sa partie, Medvedev a baissé de pied à 2-1 contre lui, offrant littéralement le break sur une double faute. L’Espagnol n’en demandait pas tant et s’est livré à un de ses exercices favoris : imposer son rythme infernal à l’échange malgré le vent parfois gênant qui balayait le court central du stade IGA. De plus en plus en confiance à mesure que le match avançait, il a verrouillé ses jeux de services en servant un haut pourcentage de premières balles (72 %).
Le premier set en poche, le "Taureau de Manacor" n’a plus lâché sa proie. Si le niveau de jeu du Majorquin a impressionné, notamment par rapport à ce qu’il avait montré en quart de finale face à Fabio Fognini, Medvedev a manqué de combativité. Sûrement en manque de solutions, il s’est tiré une balle dans le pied en concédant trop facilement le break d’entrée de second acte sur un coup droit d’attaque expédié dans le bas du filet après une belle défense adverse. Perdu sur le plan tactique, le Russe a accumulé les fautes directes (22 en tout pour 10 petits coups gagnants) et les cadeaux. Les points et les jeux ont alors défilé.

Rafael Nadal et Daniil Medvedev à Montréal en 2019

Crédit: Getty Images

Nadal n'ira pas à Cincinnati

Si Nadal avait perdu les deux premiers longs échanges du match dans le jeu inaugural, il a ensuite totalement retourné la tendance, infligeant un cinglant 12-4 à son adversaire dans les rallyes de plus de 9 frappes. Visiblement en pleine possession de ses moyens physiques, le Majorquin a aussi soigné ses statistiques au filet, couronnant de succès 11 de ses 13 montées. En remportant les sept derniers jeux de la finale, il a expédié les affaires courantes et montré que son tennis était déjà (très) bien en place avant l’US Open.
Interrogé sur sa participation au Masters 1000 de Cincinnati, en conférence de presse, Nadal a annoncé qu'il ne ferait pas le voyage dans l'Ohio. Une décision qui fait sens et qu'il avait déjà prise l'année dernière après son sacre à Toronto. Au Canada, il n’a finalement dépensé que peu d’énergie, jouant même un match de moins que prévu grâce au forfait de Gaël Monfils en demi-finale. A deux semaines du coup d’envoi du dernier Grand Chelem de l’année, Nadal se donne donc toutes les chances de bien figurer sur le ciment de New York.
https://i.eurosport.com/2019/08/12/2654235.jpg
Wimbledon
Tout proche de la sortie, Medvedev a renversé Cilic
03/07/2021 À 19:49
ATP Santa Ponsa
Premier titre sur gazon : avant Wimbledon, Medvedev se découvre la main verte
26/06/2021 À 15:18