Nick Kyrgios n'est pas vraiment un adepte de la langue de bois. Alors quand on lui pose une question, il y répond souvent avec une franchise désarmante. Ces 11 derniers mois sans compétition l'ont-ils frustré ? Pas vraiment à l'en croire. Ses facéties et son talent ont beau avoir cruellement manqué à bien des mordus de la petite balle jaune devant leurs téléviseurs, à défaut d'être dans les tribunes, l'Aussie, très préoccupé par la situation sanitaire mondiale, a joué la prudence et n'a pas eu à forcer pour différer son retour sur le circuit.
"Je ne vais pas mentir, le jeu ne m'a pas manqué tant que ça. Je suis un compétiteur dans tout ce que je fais. J'ai beaucoup joué aux jeux vidéo, ce genre de truc, et ça m'a permis d'entretenir cet état d'esprit. Mais le tennis ne m'a pas vraiment manqué", a ainsi affirmé l'intéressé avant de reprendre la raquette mardi au 1er tour du Murray River Open (Melbourne 2, ATP 250) face au Français Alexandre Müller, 208e à l'ATP.
Tennis
Djoko-Nadal, Bleus, Kyrgios, Wawrinka : reprise en ordre dispersé avant l'Open d'Australie
31/01/2021 À 10:20
Personne ne sait réellement qui est forme et qui ne l'est pas
Ce n'est pas la première fois que Nick Kyrgios tient de tels propos, il a souvent assumé ne pas être passionné par son sport. Mais plus que le jeu en lui-même, c'est le côté itinérant du cirque tennistique et l'hypocrisie qui l'entoure parfois dont l'Australien s'est très bien passé. "Il n'y a pas beaucoup de personnes qui me manquent sur le circuit pour être honnête, à l'exception de tous les Australiens et d'une poignée de bons amis", a-t-il encore ajouté.

Les Hits 2020 : "Quand on voit ça, Federer, Kyrgios et le public nous manquent"

Mais cette apparente indifférence ne signifie pas pour autant que le loustic n'est pas motivé à l'idée de reprendre du service. Bien au contraire. "Je me sens complètement frais mentalement, prêt à m'y remettre. Personne ne sait réellement qui est en forme et qui ne l'est pas. Je vais prendre chaque jour comme il vient et essayer d'en profiter au maximum", a-t-il enfin indiqué.
Avant d'arriver à Melbourne, Kyrgios avait partagé quelques séances d'entraînement intenses avec son compatriote Jordan Thompson dans sa ville natale de Canberra où il avait passé le plus clair de son temps ces derniers mois. Dithyrambique à l'égard des autorités de son pays pour leur gestion de la crise, il s'en était pris aux joueurs qui se plaignaient de la quarantaine, ciblant particulièrement Novak Djokovic (qui avait eu le tort selon lui de rassembler les propositions pour en alléger les conditions dans une lettre) et la compagne de Bernard Tomic. Il pourrait d'ailleurs retrouver ce dernier au 2e tour de ce Murray River Open pour une explication entre les deux enfants terribles du tennis australien.
Open d'Australie
Zverev au secours de Djokovic : "On l'a encore fait passer pour le méchant..."
29/01/2021 À 17:59
Open d'Australie
Kyrgios : "Les joueurs connaissaient les restrictions, il n'y a pas à se plaindre"
26/01/2021 À 11:13