AFP

Monte-Carlo: Jo-Wilfried Tsonga bat Stanislas Wawrinka et se hisse en demi-finales

Tsonga, première princière
Par Eurosport

Le 19/04/2013 à 12:56Mis à jour Le 19/04/2013 à 17:31

Pour la première fois, Jo-Wilfried Tsonga est en demi-finales d'un Masters 1000 sur terre battue. Il a battu Stanislas Wawrinka (2-6, 6-3, 6-4) en trois sets à Monte-Carlo, en quarts de finale.

Mine de rien, Jo-Wilfried Tsonga est en train de réaliser le meilleur début de campagne terrienne de toute sa carrière. Impeccable en Coupe Davis en Argentine, il continue sur le même rythme à Monte-Carlo. Et si sa double victoire face à Berlocq et Monaco n'avait pas suffi à sauver la France à Buenos Aires, sa semaine princière lui permet de se hisser pour la tout première fois de sa carrière en demi-finales d'un Masters 1000 sur terre battue. C'est même seulement la deuxième fois qu'il se retrouve dans le dernier carré d'un tournoi sur terre battue, cinq ans après Casablanca. Et son dernier succès, acquis vendredi face à Stanislas Wawrinka, n'est pas le moins convaincant.

Après la démonstration de Stanislas Wawrinka jeudi face à Andy Murray, éparpillé façon puzzle aux quatre coins de la Principauté (6-1, 6-2), ce n'était pas gagné. Et après la première manche, ça ne sentait franchement pas bon pour Tsonga, en passe de subir le même sort que le Britannique la veille. Après un début de rencontre accroché, le Manceau a cédé cinq jeux de suite, dont deux breaks, pour se retrouver mené 6-2, 1-0. Inconstant au service, en délicatesse côté coup droit, notamment lorsqu'il a cherché à le jouer décroisé, JWT ne semblait alors pas avoir les armes pour se sortir des griffes de Wawrinka. Puis le match s'est inversé. Brusquement. Un mauvais jeu de service du Suisse, un break du Français et la rencontre était relancée. Tenant tant bien que mal sa mise en jeu, Tsonga est revenu à hauteur de son adversaire (2-6, 6-3) après deux sets au cours desquels les deux joueurs ont eu toutes les peines du monde à jouer bien en même temps.

Richard Gasquet décevant face à Fabio Fognini

Plus tendue, plus intense aussi, la manche décisive a tourné à la guerre des nerfs. Le grand mérite de Tsonga, c'est d'avoir fait preuve d'un sacré opportunisme. Wawrinka n'a converti que deux balles de break sur douze. Le numéro un tricolore a presque constamment été sous pression sur sa mise en jeu mais il ne l'a jamais cédée dans les deux derniers sets. Et lorsque l'occasion s'est présentée à lui de chaparder le service de Wawrinka au milieu du troisième, il l'a saisie. Frustrant pour le Suisse, forcément, qui a payé cher son manque de réalisme vendredi. Tsonga a eu beau manquer une première occasion de tuer le match à 5-3 lorsque son adversaire a écarté trois balles de match, ce ne fut qu'un sursis: derrière, Jo a conclu fermement sur son service (6-4).

Quoi qu'il arrive désormais, cette semaine monégasque restera donc comme une très belle réussite pour Jo-Wilfried Tsonga. Quart de finaliste l'an dernier, il va conforter sa place parmi les huit premiers au classement ATP. Soit l'assurance d'éviter un gros client dès les huitièmes à Roland-Garros. Plus intéressant encore, il a réussi à battre Wawrinka sans produire son meilleur tennis, loin s'en faut. Mais ces deux-là se connaissent si bien (ils s'entrainent souvent ensemble et c'était encore le cas en début de semaine ici, sans parler de leurs deux duels à Roland-Garros en 2011 et 2012) qu'ils ont parfois du mal à se lâcher quand ils se croisent. Tsonga retrouvera Rafael Nadal samedi en demi-finales et devra singulièrement hausser son niveau de jeu pour avoir ne serait-ce qu'une toute petite chance de battre l'Espagnol sur terre. Pour le coup, ce serait une première d'une autre envergure pour Tsonga. Un vrai tremblement de terre...

En revanche, c'est fini pour Richard Gasquet, battu en deux sets par Fabio Fognini (7-6, 6-2). C'est la première fois que Fognini, vainqueur de Tomas Berdych au tour précédent, atteint le dernier carré dans un Masters 1000. Pour Gasquet, il s'agit d'une grosse déception, d'autant que le N.2 français s'est procuré une balle de premier set avant de s'écrouler dans le tie-break. Il n'a pas su trouver les ressources pour renverser la situation au deuxième set et atteindre une huitième demi-finale en Masters 1000, un mois après la dernière à Miami où il a souffert d'une entorse à la cheville droite. C'est d'autant plus décevant qu'il avait gagné ses deux premières rencontres contre Fognini en ne lâchant que quatre jeux en route. Mais le N.2 italien lui a cette fois posé énormément de problèmes en proposant un jeu flamboyant. Très encouragé par le public, en grande majorité italien, il a enflammé la partie avec 37 coups gagnants.

0
0