On ne savait plus trop où il en était, et les nouvelles ne sont pas franchement rassurantes. Contraint au forfait à Melbourne en raison d'un bassin douloureux (os de la ceinture pelvienne plus précisément), Andy Murray se bat depuis plusieurs semaines pour faire son retour sur le circuit. Et l'Ecossais semble désormais en savoir plus sur ses douleurs persistantes qui pourraient être un effet secondaire de sa lourde opération de la hanche droite voici un peu plus d'un an (janvier 2019). Mardi, il a indiqué à nos confrères britanniques de la BBC que les prochaines semaines seraient déterminantes en vue d'une reprise lors du Masters 1000 de Miami (25 mars - 5 avril) ou... d'une éventuelle nouvelle intervention chirurgicale.

Murray, qui a repris la course et l'entraînement il y a quelques jours, est encore dans le flou quant à son avenir proche. "Je ne connais pas clairement la nature du problème, parce que c'est difficile à dire. Ce que je dois faire désormais, c'est augmenter l'intensité des séances les deux prochaines semaines pour tester ma hanche. J'espère qu'elle répondra bien. Je devrais savoir d'ici la fin du mois prochain si je peux jouer avec ou pas", a-t-il confié.

Tennis
Roland-Garros - Ferro : "Il faut s'adapter à ces nouvelles conditions"
IL Y A 3 HEURES

Pin: "Personne ne pouvait prédire un tel retour si vite pour Murray"

S'il est réopéré, il pourrait manquer Wimbledon et les Jeux

De retour en double en juin dernier au Queen's au côté de Feliciano Lopez, l'Ecossais avait ensuite repris la compétition en simple à Cincinnati en août, battu alors par Richard Gasquet. En quelques semaines, ses progrès avaient été fulgurants, aboutissant à un titre en octobre à Anvers après plus de deux ans de disette. Aligné lors d'un simple en Coupe Davis avec l'équipe britannique le 20 novembre dernier, Murray s'était blessé à l'aine et n'a plus joué depuis.

Si les examens qu’il a passés (scanner) ne permettent pas d’en être certain, l’ex-numéro 1 mondial pense que ses nouvelles douleurs seraient dues à une excroissance osseuse autour de sa nouvelle hanche en métal. La question est désormais de savoir s’il va devoir repasser sur le billard pour s’en débarrasser, ou si la situation est suffisamment stable pour lui permettre de reprendre la compétition sans danger. Or, selon le corps médical, l’os pourrait continuer de pousser dans les semaines à venir, ce qui repousserait une éventuelle opération et compromettrait sa participation à Wimbledon puis lors des Jeux Olympiques de Tokyo.

Titré à Anvers, Murray savoure "l'un des plus grands moments de [s]a carrière"

Murray espère rejouer bientôt mais "pessimiste" à plus long terme

"Le problème, c’est que si on essaie d’enlever l’os, alors qu’il pousse encore, une nouvelle excroissance risque d’apparaître après. (…) Ce n’est pas une lourde intervention en termes de rééducation, mais si on ne m’opérait pas avant mai, avec six à huit semaines pour m’en remettre, je manquerais l’été", a expliqué Murray. Reste toutefois le verre à moitié plein : si l’excroissance est maîtrisée et que sa hanche tient le choc dans les prochaines semaines, on pourrait donc revoir l’Ecossais en compétition dès fin mars en Floride pour le deuxième Masters 1000 de l’année.

"Il n’y a pas de raison de ne pas y croire. Je n’ai pas de blessure en tant que telle. Il faut juste voir si mon corps s’habitue à cette excroissance et si elle se stabilise", a ajouté l’intéressé. Il ne serait alors pas étonnant de le voir s’aligner sur terre battue, une surface moins traumatisante pour sa hanche en métal selon lui. Mais il l’admet, la question de la poursuite de sa carrière est plus que jamais en suspens. "Je veux continuer à jouer, la question est de savoir si j’en suis encore capable. (…) J’espère pouvoir le faire dans les prochaines semaines, mais à moyen terme, pour les deux années qui viennent, je suis plus pessimiste à cause de ce que l’on m’a dit."

Tennis
Roland Garros - Djokovic : "L'US Open, c'est derrière moi"
IL Y A 4 HEURES
Tennis
Hambourg - Tsitsipas dans la douleur !
IL Y A 6 HEURES