Reuters

Federer : "Mon meilleur match"

Federer : "Mon meilleur match"
Par Eurosport

Le 31/01/2010 à 15:56Mis à jour

Roger Federer a disputé selon lui "un des meilleurs, voire le meilleur match" de sa carrière face à Andy Murray pour remporter son seizième titre du Grand Chelem, dimanche à l'Open d'Australie.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

OPEN D'AUSTRALIE - Finale messieurs
Roger Federer (SUI, 1) bat Andy Murray (GBR, 4) 6-3, 6-4, 7-6 (13/11)
Face-à-face : 6/5 pour Murray.

    ROGER FEDERER , quelle saveur a ce seizième titre du Grand Chelem?

    R.F. : "C'est fort, surtout lorsqu'on regarde la façon dont s'est terminé cette finale. 13-11 au tie-break, ce n'est pas la même chose que si on remporte son dernier jeu blanc. Là, tout à coup, c'était fini. Un peu comme l'année dernière à Wimbledon. Quand c'était terminé, je me suis dit: voilà c'est fait."

    C'est votre premier titre majeur en tant que papa...

    R.F. : "Oui, ça change un peu. Je suis content d'avoir réussi à gérer tout ça. Honnêtement, c'était plus fort encore lorsque j'avais gagné à Cincinnati (en août). A l'époque les filles avaient à peine trois semaines. Ici c'est le premier Grand Chelem, mais là-bas c'était encore tellement frais."

    On a le sentiment que vous contrôliez cette finale?

    R.F. : "Mouais, c'était serré quand même. Andy est sans doute le meilleur relanceur du circuit et il sert bien. Il fallait vraiment pousser. J'ai dû jouer mon meilleur tennis pour le battre. C'était un des meilleurs matches de ma carrière, peut-être même le meilleur."

    Avant la finale, vous avez dit que la pression était sur ses épaules. Pensez-vous avoir gagné la guerre psychologique?

    R.F. : "Il ne faut pas exagérer. Si j'ai dit que ce n'était pas facile de gagner son premier Grand Chelem ce n'était pas pour l'embrouiller mais parce que c'est vrai. Ce ne sera pas facile la prochaine fois pour lui non plus. Mais je suis certain qu'il va y arriver un jour."

    Depuis votre finale ici il y a un an, tout a changé!

    R.F. : "Mais moi j'ai toujours dit que j'avais joué un super tennis l'année dernière, surtout vu les circonstances avec mon dos et tout ça. J'étais parti en vacances en me disant: "Rafa" (Nadal) a été trop fort. Mais je pouvais vivre avec ma performance. Je pensais que j'allais pouvoir faire une bonne année. J'ai gagné ensuite Roland-Garros et Wimbledon mais je savais déjà avant que c'était faisable."

    Vous continuez à chasser les records, vous pouvez désormais viser celui de Sampras au nombre de semaines en N.1 mondial....

    R.F. : "C'est incroyable, même pour moi qui ai l'habitude d'en parler depuis des années déjà. Mais ce n'est pas une obsession. Je ne me dis pas qu'il me reste encore tel ou tel record à battre. Ce qui arrive, arrive. Si je peux battre record de Sampras, magnifique! Mais en même temps je serai triste pour lui car c'était mon idole."

    Quel est le record qui compte le plus à vos yeux?

    R.F. : "Probablement mes seize victoires en Grand Chelem car cela témoigne d'une régularité qui n'était pas mon point fort quand je suis arrivé sur le circuit."

    Comment faites-vous?

    R.F. : "Il n'y a pas de secret. Je suis définitivement un joueur très talentueux (sourire). J'ai toujours su que j'avais quelque chose de spécial mais je ne savais pas que ça allait être aussi fou. J'ai toujours su que je l'avais dans mes mains. Mais je ne savais pas si je l'avais dans la tête et les jambes. J'ai dû travailler très dur dans ces domaines. Et aujourd'hui, les jeunes comme Andy qui arrivent me poussent et ça m'aide énormément."

    Combien de temps pensez-vous encore durer à ce niveau?

    R.F. : "Il n'y a aucune garantie. Mais mon jeu est plus économique que celui de beaucoup d'autres et je suis très tranquille dans ma tête aussi. Je prends beaucoup de plaisir sur un court. Je suis toujours sur cette route incroyable, je n'ai aucune idée où elle va se terminer. Mais j'espère que ce n'est pas de sitôt."

    Comment allez vous fêter ce titre ce soir?

    R.F. : "Comme d'habitude avec les amis et la famille, autour d'une bonne table, avec quelques verres. J'espère que les enfants sont couchés!"

    0
    0