Getty Images

Simona Halep, qui a éliminé Angelique Kerber : "Je n'ai pas eu peur de perdre"

Halep : "Je n'ai pas eu peur de perdre"

Le 25/01/2018 à 14:52Mis à jour Le 26/01/2018 à 09:23

OPEN D'AUSTRALIE - Simona Halep s'est imposée en trois manches, jeudi à Melbourne, face à Angelique Kerber (6-3, 4-6, 9-7). Après une entame manquant de rythme, le match a atteint des sommets d'intensité et de suspense. La Roumaine, tête de série N.1 du tournoi, a dû sauver deux balles de match pour rallier la finale, en montrant un style plus offensif qu'à son habitude. Une volonté affichée.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

13 minutes. 5-0 pour Simona Halep, qui ne joue pourtant pas de manière exceptionnelle. De l'autre côté du filet, Angelique Kerber ne montre aucun signe de rébellion. Dans les tribunes, les spectateurs de la Rod Laver Arena se demandent sûrement s'ils vont en avoir pour leur argent… deux heures plus tard, la question ne se pose plus. Avant que cette demi-finale de l'Open d'Australie ne devienne passionnante, Kerber a-t-elle eu peur de prendre une déculottée ? Non, selon ses dires, en conférence de presse : "Ce n'était que le début, les premiers jeux. Je savais que je reviendrai !"

L'Allemande, titrée ici en 2016, est revenue, certes, mais a fini par s'incliner (6-3, 4-6, 9-7), malgré deux balles de match sur son service. Des balles de matches sur lesquelles Halep a dicté le tempo. "Je n'ai pas eu peur de perdre, a déclaré la numéro 1 mondiale. Je pense que je les ai très bien jouées." Un constat partagé par Kerber, qui n'a témoigné d'aucun regret : "Elle a frappé fort et pris des risques (…) J'ai fait de mon mieux mais elle a gagné ces points." La Roumaine ne s'est pas crispée lors de ces moments clés. Elle estime le devoir en grande partie à son coach, Darren Cahill : "Il m'aide à être plus relax. J'avais tendance à être un peu négative dans ces matches très serrés, a-t-elle ainsi précisé. Mais je dois encore m'améliorer dans ce domaine."

" 50 coups gagnants, c'est beaucoup n'est-ce pas ! "

Globalement, entre Simona Halep et Angelique Kerber, c'est celle qui a pris le plus d'initiatives qui s'est imposée. Tendre vers un jeu plus offensif est une volonté assumée par la numéro 1 mondiale. Et c'est aussi ce qui a fait le sel de cette rencontre aux deux visages, d'abord insipide avant d'être emballante : une opposition de style s'est progressivement dessinée. Interrogée sur ses 50 coups gagnants (contre 33 pour Kerber), Halep a d'abord joué la carte de l'humour : "Mon frère vient de me l'apprendre, c'est beaucoup n'est-ce pas ! J'ai même du mal à y croire…" Elle a ensuite développée sa stratégie : "J'ai joué de manière agressive, avec l'objectif de terminer rapidement les points."

Ce schéma de jeu n'a pas fait que sourire à Simona Halep : au niveau des fautes directes, il n'y a pas eu photo non plus (50 pour elle, 34 pour Kerber). Logique face à une telle adversaire : "Cela n'a pas été facile avec elle, qui bouge si bien", a ainsi concédé Halep. Elle s'est enfin déclarée satisfaite de son service (6 aces, 3 doubles fautes, 67% de points gagnés derrière sa première balle). La Roumaine, réputée excellente contreuse plus que redoutable cogneuse, ne s'est pas transformée en Serena Williams,ce jeudi à Melbourne, mais c'est effectivement par l'attaque, et la confiance, que son salut est passé.

Vidéo - Halep et Kerber ont offert un monument : Les temps forts de leur demi-finale

03:32
0
0