Reuters

Federer, le sacre du père

Federer, le sacre du père
Par Eurosport

Le 31/01/2010 à 12:12Mis à jour

Roger Federer a remporté le 16e titre du Grand Chelem de sa carrière en dominant le Britannique Andy Murray 6-3, 6-4, 7-6. Le N.1 mondial décroche son 4e titre à Melbourne, comme Andre Agassi. Comme l'Américain, il s'impose en tant que père. Seul l'Australien Emerson a gagné 6 titres en Australie.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

OPEN D'AUSTRALIE - Finale messieurs

Roger Federer (SUI, 1) bat Andy Murray (GBR, 4) 6-3, 6-4, 7-6 (13/11)

Il n'y avait donc personne pour empêcher Roger Federer de s'imposer une 4e fois à Melbourne. Après une leçon de tennis tactique donnée à Jo-Wilfried Tsonga vendredi, le Suisse a récidivé face à Andy Murray, encore bloqué par l'événement, pour prolonger un peu plus son hégémonie. Pete Sampras et ses 14 titres majeurs déjà derrière lui, le N.1 mondial a monté la barre encore plus haut en décrochant son 16e sacre en Grand Chelem. C'est avec la manière que le Suisse a récupéré un trophée qu'il avait abandonné ces deux dernières éditions à Novak Djokovic en 2008 et à Rafael Nadal en 2009. Vainqueur en Australie en 2004, 2006 et 2007, il devient à 28 ans le deuxième joueur de l'ère Open a remporter le tournoi à quatre reprises, après l'Américain Andre Agassi qui était également le dernier père de famille à s'être imposé à Melbourne en 2003. Roy Emerson reste le recordman de victoires avec 6 titres.

Reuters

"Je ne peux pas jouer comme lui"

Sous forte pression avec la perspective de devenir le premier Britannique à gagner un Grand Chelem depuis 74 ans, Andy n'a jamais été à la hauteur de ses déclarations d'avant-match pendant les deux premiers sets. Constamment sur la défensive, il a subi les événements, comme lors de sa première finale majeure de 2008. On retiendra tout de même une belle bagarre dans le troisième set où, enfin offensif, il a pris les devants en menant 5-2. Rattrapé par l'enjeu, l'Ecossais a manqué l'occasion de remporter la manche sur son service, avant d'être poussé au jeu décisif. Un jeu décisif qui sera le seul moment fort de cette finale car, sans ce jeu très spécial, cette finale n'aurait pas eu le même goût. Au contraire de Tsonga vendredi, l'Ecossais a eu sa chance. Avec 5 balles de set dans sa raquette pour pousser le Suisse vers une 4e manche... Mais ses ratés successifs renforçaient un peu plus Federer qui laissait Murray s'empêtrer en coup droit sur sa 3e balle de match , synonyme de sacre.

Murray avait pourtant relevé la tête dans cette manche en réalisant plus de coups gagnants que le Suisse dans la 3e manche (25 contre 22 pour le même nombre de fautes directes, 18) et se procurant deux nouvelles balles de break après un gros passage à vide lors de la 2e manche (aucune occasion de break). Mais c'est au service que l'Ecossais n'a pas été à la hauteur de l'événement (55% de premières balles), comparé à l'horloge suisse qui réussissait à revenir dans le dernier set à coups de premières balles. Un signe fort du Suisse qui reléguait l'Ecossais au rang de petit garçon, en pleurs lors de la remise des trophées. L'an passé, c'était Federer qui se laissait submerger par l'émotion. Une époque qui parait désormais lointaine.

"Au troisième set, j'avais les choses en main mais je n'ai pas réussi à aller plus loin, c'est dommage, constatait Murray en conférence de presse. J'avais une chance de revenir et ça rend la défaite encore plus difficile à encaisser. J'ai faim d'en gagner un de Grand Chelem depuis l'âge de 16 ans lorsque j'ai gagné l'US Open juniors. Ça n'a pas souri jusque-là, mais je suis sûr que ça arrivera un jour." Battu six fois sur dix par Murray auparavant, Federer a une nouvelle fois montré qu'en Grand Chelem il était un tout autre joueur. Surtout en finale où, outre Juan Martin Del Potro au dernier US Open, Nadal est le seul à avoir réussi à le battre. La question suivante mérite alors d'être posée : en 2010, qui pourra l'empêcher de réaliser le Grand Chelem ?

. LA FINALE EN CHIFFRES

FEDERER > < MURRAY
11 > Aces < 10
2 > Doubles fautes < 4
66% > Pourcentage de 1res balles < 57%
31/43 > Au filet (points/montées) < 14/23
46 > Coups gagnants < 29
42 > Fautes directes < 36
4/12 > Balles de break < 2/8
116 > Total de points gagnés < 100

. FEDERER EN CHIFFRES

PALMARES DE FEDERER : 62 tournois gagnés dont 16 du Grand Chelem
. Open d'Australie: 4 titres (2004, 2006, 2007, 2010)
. Roland-Garros: 1 victoire (2009), 3 finales (2006, 2007, 2008)
. Wimbledon: 6 titres (2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009), 1 finale (2008)
. US Open: 5 titres (2004, 2005, 2006, 2007, 2008), 1 finale (2009)
. Masters: 4 victoires (2003, 2004, 2006, 2007)

PARCOURS DE FEDERER à MELBOURNE 2010
1er tour: Igor Andreev (RUS) 4-6, 6-2, 7-6 (7/2), 6-0
2e tour: Victor Hanescu (ROU) 6-2, 6-3, 6-2
3e tour: Albert Montanes (ESP/N.31) 6-3, 6-4, 6-4
8e de finale: Lleyton Hewitt (AUS/N.22) 6-2, 6-3, 6-4
1/4 de finale: bat Nikolay Davydenko (RUS/N.6) 2-6, 6-3, 6-0, 7-5
1/2 finale: bat Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.10) 6-2, 6-3, 6-2

. TITRES EN GRAND CHELEM

1. Roger Federer (SUI) 16
2. Pete Sampras (USA) 14
3. Roy Emerson (AUS) 12
4. Bjorn Borg (SUE) 11
. Rod Laver (AUS) 11
6. Bill Tilden (USA) 10
7. Andre Agassi (USA) 8
. Ivan Lendl (CTCH) 8
. Fred Perry (GBR) 8
. Ken Rosewall (AUS) 8

. PALMARES SUR LES 10 DERNIERES ANNEES

2010: Roger Federer (SUI)
2009: Rafael Nadal (ESP)
2008: Novak Djokovic (SRB)
2007: Roger Federer (SUI)
2006: Roger Federer (SUI)
2005: Marat Safin (RUS)
2004: Roger Federer (SUI)
2003: Andre Agassi (USA)
2002: Thomas Johansson (SUE)
2001: Andre Agassi (USA)

0
0