AFP

Open d'Australie : Gilles Simon éliminé par David Ferrer, il n'y a plus de Français

Simon a vraiment tout donné mais pour lui aussi, c'est fini

Le 24/01/2015 à 12:45Mis à jour Le 24/01/2015 à 13:35

Dernier Français en lice à Melbourne, Gilles Simon s'est incliné en quatre sets face à David Ferrer, au troisième tour de l'Open d'Australie. Le Niçois n'a pas démérité mais il a fini par céder sous les coups de boutoir de l'Espagnol.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

C'est fini pour Gilles Simon et c'est terminé pour le tennis français dans cet Open d'Australie. Après l'élimination d'Alizé Cornet plus tôt dans la journée, le Niçois était le dernier représentant tricolore à Melbourne, hommes et femmes confondus. Mais face à un David Ferrer extrêmement solide, sauf au moment de conclure, il a plié en quatre sets (6-2, 7-5, 5-7, 7-6). Simon a tout donné, il n'a rien voulu lâcher, jusqu'au dernier point, et il a longtemps retardé l'échéance. Mais après 3h35 de jeu et d'un sacré combat, il a fini par rendre les armes. Les siennes et celles d'un tennis tricolore bien tristounet en ce début d'année...

Au moins, Simon peut-il quitter les Antipodes avec la satisfaction d'avoir livré un vrai gros match. Il pourra regretter d'avoir démarré son match trop tard, laissant filer trop facilement le premier set (6-2). Les trois suivants ont été extrêmement accrochés. Epiques, même, parfois. Trop friable au service (il a concédé neuf breaks au total sur la rencontre et s'est retrouvé presque constamment en danger sur sa mise en jeu), le Français a eu le mérite de pousser David Ferrer dans ses derniers retranchements. Et il n'a pas été loin de signer un invraisemblable retournement de situation.

Nishikori attend Ferrer

Ferrer a d'abord servi pour le match à 5-4 dans le troisième set. Mais Simon, une première fois, a refusé de mourir. Il a débreaké puis, à 6-5 en sa faveur, a chapardé une fois encore la mise en jeu du Valencien pour revenir à deux sets à un. Touché physiquement, Simon a ensuite été mené 5-1 dans la quatrième manche. L'affaire semblait pliée mais, plus relâché dans ses frappes avec la fatigue, et bien aidé par la fébrilité de son adversaire à l'heure de conclure, "Gillou" est revenu, une fois encore, alignant cinq jeux. Finalement, il a cédé au jeu décisif, à la… troisième balle de match de Ferrer.

Dommage car, outre le coup psychologique qu'il n'aurait pas manqué de prendre, l'ancien numéro 3 mondial commençait lui aussi à sérieusement tirer la patte. Un cinquième set aurait pu donner une sacrée dimension à cette rencontre. Malgré tout, en dépit du caractère très accrocheur de Simon, la victoire de Ferrer est on ne peut plus logique. Plus agressif, plus entreprenant, l'Espagnol était un peu au-dessus. Le courage est et la volonté de Simon forcent l'admiration, mais ils ne font pas tout. Bon courage en tout cas au vainqueur de ce combat acharné, en l'occurrence Ferrer, car un Kei Nishikori fringant l'attend en huitièmes de finale...

0
0