AFP

Bernard Tomic, des paroles et des actes ?

Tomic, des paroles et des actes ?

Le 24/01/2016 à 19:51Mis à jour Le 25/01/2016 à 06:49

OPEN D'AUSTRALIE 2016 - Depuis quelques mois, Bernard Tomic a remis sa carrière sur les bons rails. Installé dans le Top 20, l'Australien vise beaucoup, beaucoup plus haut. Et se sent capable de battre les meilleurs. Ça tombe bien, Andy Murray se dresse sur son chemin lundi en huitièmes de finale.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Pour un peu, on oublierait que Bernard Tomic n'a que 23 ans. Cela fait si longtemps qu'on entend parler de lui. Vainqueur de l'Open d'Australie juniors à tout juste 15 piges, quart de finaliste à Wimbledon chez les grands à 18 en ne perdant qu'en 4 sets contre le futur vainqueur Novak Djokovic, il devait être le futur grand crack du tennis australien. De blessures à répétition en errements extra-sportifs, on avait fini par ne plus trop croire en lui, et la jeune garde aussie a pris pour noms et visages Kokkinakis et surtout Kyrgios. C'était oublier qu'on n'enterre pas un gamin de 21-22 ans, surtout quand il a son talent.

Aujourd'hui, le numéro un australien, c'est bien lui. Tomic revient de loin, c'est vrai. Au cœur d'une année 2014 noire pour lui, il était retombé à la 124e place au classement ATP. Il y a un an, juste avant l'Open d'Australie, il n'était encore que 66e. Cette fois, c'est avec un statut de tête de série et le meilleur classement de sa carrière (17e) qu'il a abordé son "Australian". Et le voilà, en toute logique, uniquement survivant de la colonie jaune et verte à l'entame de la seconde semaine. Tomic a tenu son rang, mais avec ce huitième de finale contre Andy Murray, il se prend à rêver d'un peu plus que le service minimum.

" Top 8, ça devrait être ça mon classement "

Battre Murray, numéro 2 mondial et quadruple finaliste ici à Melbourne, en session de nuit, sur la Rod Laver Arena, constituerai à coup sûr le classement de sa déjà longue carrière. Il prend ce rendez-vous comme un défi et ne s'en cache pas. "J'attends ça avec une grande impatience, assure-t-il. La manière dont je joue depuis plusieurs mois me donne une grande confiance sur le court. Je pense que je suis capable de battre tout le monde. Je vais aborder ce match avec la conviction que je peux gagner. Je dois me concentrer sur mon service. Et j'aurais des occasions sur les siennes."

Un discours résolu et une ambition que ne masque pas non plus le natif de Stuttgart. Il est "fier et content d'être dans le Top 20", mais ce n'est à ses yeux qu'une étape. Il voit déjà plus haut, plus loin. "Quand je joue mon meilleur tennis, estime-t-il, je suis un joueur du Top 8. Ça devrait être ça, mon classement. Je travaille tous les jours pour intégrer le Top 10. Et pas seulement pour y rentrer, mais pour m'y installer, et y rester un bon moment. Des gars comme Kei (Nishikori) ont réussi à le faire, il faut que ce soit mon tour maintenant."

Bernard Tomic à l'Open d'Australie

Bernard Tomic à l'Open d'AustralieAFP

L'attaque de Federer, la parade-riposte de Tomic

Or le Top 10 passera par des perfs dans les très grands tournois. Dans son cas, elles tardent à venir. En Grand Chelem, son mémorable quart de Wimbledon en 2008 a pour l'heure été sans suite. En Masters 1000, il n'a encore jamais atteint les demi-finales. Deux lacunes qu'il devra combler, et qui ont peut-être contribué à ce rappel signé Roger Federer, en début d'année. "Il est bon, mais le Top 10, c'est une autre histoire, avait déclaré Federer, à qui on demandait son avis sur le cas Tomic. Une saison, ce n'est pas un mois ou une semaine. C'est toute l'année. C'est tous les jours. C'est avec ça qu'il a eu du mal". Un jugement qui n'a pas tout à fait plu à l'intéressé.

Du coup, samedi, alors qu'un confrère australien lui rapportait les propos de Federer, dont il avait de toute façon probablement eu vent, l'ami Tomic a déclenché une parade-riposte tranchante : "Chacun peut faire les analyses et les prédictions qu'il veut. Lui, je pense qu'il est très loin de Djokovic par exemple. S'il pense que je suis loin du top 10, je pense que je peux dire qu'il est loin du niveau de Djokovic." Piqué au vif, l'Australien a aussi avoué que ce genre de commentaires ne pouvait que le motiver. Il a besoin de prouver. De passer des paroles aux actes. Le choc face à Murray lui en donne l'occasion. "Ce sera dur, mais c'est une incroyable opportunité pour moi", conclut-il. Tomic le sait, c'est un de ces matches qui peuvent vous changer une carrière.

0
0