AFP

Contre Isner, Zverev ne s'est même pas rendu compte qu'il avait sauvé une balle de match

Contre Isner, Zverev ne s'est même pas rendu compte qu'il avait sauvé une balle de match

Le 18/01/2017 à 12:33Mis à jour Le 18/01/2017 à 12:34

OPEN D'AUSTRALIE – Mischa Zverev, qui a si longtemps galéré ces dernières années, a décroché une superbe victoire mercredi au deuxième tour contre John Isner, qu'il a fini par terrasser 9-7 au 5e set. L'Allemand est passé par tous les états, au point de ne pas toujours avoir réalisé ce qui était en train de se passer sur le court…

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Sacrée perf' pour Mischa Zverev. Le grand frère d'Alexander a sorti John Isner mercredi au deuxième tour, après un match assez fou. Cinq sets, trois jeux décisifs, un handicap de deux manches et 4h10 de jeu pour une victoire à l'arraché (6-7, 6-7, 6-4, 7-6, 9-7) qui est sans doute une des plus belles de la carrière de l'Allemand. Une des plus folles, aussi. Car Zverev a dû sauver une balle de match dans le quatrième set... sans s'en rendre compte. Si, si, c'est possible.

"En fait cette balle de match à 5-4 dans le quatrième, je ne savais pas que c'était une balle de match, a assuré Zverev après la rencontre. Je pensais qu'il y avait 4-3, pas 5-4." Et ce n'est pas le seul moment de la rencontre où il a paru ne plus trop savoir où il en était. "Je me suis senti... bizarre. Je ne pensais pas trop à ce qui était en train de se passer. Par moments, je ne savais même pas le score. Je crois que dans le quatrième, il y a aussi eu un moment où j'ai mené 0-40 sur son service et je ne le savais même pas !"

Vidéo - Isner - M.Zverev, les temps forts

02:21
" Franchement, à la fin, je ne savais pas s'il y avait 9-7 ou 10-8 "

Mais de son propre aveu, cette forme "d'absence" lui a été bénéfique. "Je pense que ça m'a beaucoup aidé, a-t-il expliqué, parce que j'étais juste focalisé sur mon jeu, essayer de conserver mon service, et essayer de relancer le sien. Ça demande un énorme effort de retourner contre John Isner, de tenter de lire son service." C'est donc plus une extrême concentration qu'un quelconque détachement qui permet de comprendre que Zverev ait pu, par moments, délaisser le tableau d'affichage.

"Il y a des moments, raconte encore l'Allemand, où tu écoutes les annonces de l'arbitre. Donc tu sais quel est le score. Mais dans le cinquième, par exemple, 2-2, 3-3, 4-4, c'est toujours la même chose. Il sert fort, t'essaies de retourner, de tenir ton service... Franchement, à la fin, je ne savais pas s'il y avait 9-7 ou 10-8. Je m'en foutais. Je savais juste que je devais le breaker et ne pas perdre mon service, je n'ai pensé qu'à ça dans ce dernier set". Et tout s'est donc bien terminé pour lui. Cette victoire, cette qualification pour le troisième tour, elle veut dire beaucoup.

Mischa Zverev

Mischa ZverevAFP

Une première depuis Wimbledon 2008

Pensez en effet que Mischa Zverev n'avait plus atteint le troisième tour d'un tournoi du Grand Chelem depuis... huit ans et demi. Et s'il a pu s'éloigner du score mercredi, il a toujours eu à l'esprit cet élément-là. "Wimbledon 2008. Je n'ai plus atteint le troisième tour d'un tournoi du Grand Chelem depuis Wimbledon 2008. Ça faisait longtemps… J'ai du mal à y croire. J'étais tellement heureux que j'ai commencé à sentir les larmes monter." Il faut dire qu'entre son hernie discale en 2010, sa blessure au tendon rotulien en 2013 et son poignet gauche en vrac en 2014, il n'a pas été épargné. Entre Roland-Garros 2012 et l'US Open 2016, il n'a d'ailleurs pas joué le moindre majeur, échouant en qualifications ou étant absent sur blessure.

Mais depuis qu'il a retrouvé la santé, Zverev est transfiguré. Retombé au-delà de la 1000e place au printemps 2015, 171e mondial il y a encore un an, il devrait réintégrer le Top 50 à l'issue de cet Open d'Australie. Cette épique victoire contre Isner, c'est donc un juste retour des choses après des années de poisse. "Je n'avais jamais gagné un match en cinq sets sans avoir gagné les deux premiers !, a-t-il plaisanté. Vraiment, c'est pour ce genre de moments qu'on s'entraîne et que je me suis accroché." Alors, s'il n'a peut-être pas réalisé qu'il était sur le point de perdre ce match, Mischa Zverev mesure bien ce que vaut le fait de l'avoir gagné.

0
0