AFP

Serena Williams bat sa soeur Venus et décroche son 23e titre du Grand Chelem

Serena entre un peu plus dans la légende

Le 28/01/2017 à 11:01Mis à jour Le 28/01/2017 à 12:04

Serena Williams a remporté samedi son 7e Open d'Australie en battant sa soeur Venus en finale de l'édition 2017 (6-4, 6-4), samedi. Au terme d'une finale à sens unique (1h22), l'Américaine décroche son 23e titre du Grand Chelem, dépasse Steffi Graf et se rapproche du record de Margaret Court (24). Elle retrouvera la première place mondiale lundi.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Comme dans un rêve. En Australie, Serena Williams s’est offert un titre après lequel elle court depuis longtemps : son 23e trophée en Grand Chelem, la meilleure marque de l’ère Open. Au cours d’une quinzaine parfaite où elle n’aura pas perdu un set, l’Américaine a remporté la finale de Melbourne pour la 7e fois de sa carrière en battant Venus dans un match aussi tendu que particulier (6-4, 6-4). Le tout à 35 ans et 4 mois, ce qui fait d'elle la femme la plus âgée à le faire en Australie depuis le début de l'ère Open.

Vidéo - Un set pour évacuer la pression, un autre pour s'envoler : Serena a été impériale

02:32

Mais jusqu'ici, le temps ne semble toujours pas avoir d'effet sur elle. C’est ici il y a 14 ans qu’elle avait bouclé un Grand Chelem à cheval sur deux saisons face à sa soeur. C’est ici qu’elle aura donc dépassé Steffi Graf pour de bon pour se rapprocher encore plus du record absolu de Margaret Court-Smith (24 titres). Vu son rythme et sa marge sur la concurrence - l’Américaine reprenant au passage la place de numéro mondiale - ce n’est plus qu’une question de temps.

La place de numéro un mondiale récupérée

Ce match pouvait-il vraiment échapper à Serena ? La réponse, sans grand suspense, n’a pas tardé à venir. Il a fallu moins d’une heure et demie pour plier cette finale, où les deux finalistes ont quand même eu du mal à entrer. Entre Venus qui jouait sa première finale de Grand Chelem depuis 7 ans et demi et Serena en quête de son 23e majeur, la tension était palpable et les coups de raquette souvent imprécis, à l’image des multiples breaks qui se sont succédé en début de partie. La raquette de la cadette a même été explosée par terre au bout de 11 minutes de jeu lors du troisième jeu.

Sa frustration passée, la machine s’est mise en route. Un dernier break dans le septième jeu a propulsé la soeur cadette loin devant son aînée. A grands coups de premières balles, faute d'avoir des secondes plus efficaces, Serena a confirmé son avance pour empocher la première manche 6-4 en 41 minutes. Un avantage qu’elle allait faire fructifier plus sereinement dans le second, dans un laps de temps similaire.

Sans concéder la moindre balle de break cette fois-ci dans l’ultime manche, la numéro deux mondiale a confirmé son ascendant en prenant le service de sa sœur, encore une fois dans le 7e jeu, avant de conclure sur sa mise en jeu. Assise par terre, Serena laissait éclater sa joie fort justement. Un an après sa défaite face à Angelique Kerber, elle récupère la coupe et la couronne de numéro un mondiale. Et semble plus que jamais partie pour ne plus lâcher sa place de choix. Ni sa place dans l'Histoire qu'elle ne cesse d'écrire. "Je n'en serais jamais à 23 titres sans Venus. Je n'en serais nulle part en fait, car c'est elle qui me motive." On avait remarqué...

0
0