AFP

Serena Williams : "Je n'ai pas de chiffre en tête, je veux simplement continuer à gagner"

Serena Williams : "Je n'ai pas de chiffre en tête, je veux simplement continuer à gagner"

Le 28/01/2017 à 15:23Mis à jour Le 28/01/2017 à 15:56

OPEN D'AUSTRALIE 2017 - En s'adjugeant son 23e titre du Grand Chelem à Melbourne, Serena Williams a laissé définitivement Steffi Graf derrière elle. Il ne lui reste plus qu'un titre pour égaler la référence en matière, Margaret Court-Smith. Mais la question n'est pas de savoir si elle dépassera la légende australienne, mais plutôt : quand le fera-t-elle ?

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Jusqu'où ira-t-elle ? A 35 ans passés, Serena Williams s'est relancée dans sa quête inlassable vers les sommets de la gloire. Après avoir gravi les monts Evert et Navratilova, salué le monde sur le pic Steffi Graf, voici l'Américaine en route vers l'Everest de la WTA : Margaret Court. Ses 24 titres majeurs n'ont qu'à bien se tenir, la soeur cadette des Williams n'est plus très du record absolu et de dominer la discipline comme jamais. Cette ascension n'a pas été de tout repos, bien entendu, mais maintenant qu'elle a atteint le 23e à l'Open d'Australie, la question n'est plus si elle finira par l'atteindre et la dépasser, mais quand ?

Vidéo - "Tous les records historiques ont été difficiles à battre par Serena"

02:32
" Un Serena Slam ne commence pas en Australie"

A Melbourne, Serena est parvenue à réaliser une performance remarquable : elle a remporté le titre sans perdre le moindre set. Cela lui est arrivé 5 fois en Grand Chelem dans sa carrière : à Wimbledon 2002 et 2010 et à l'US Open 2002, 2008 et 2014. En Australie cette année, le réussir n'a pas relevé d'un exploit démesuré de sa part : elle n'a rencontré qu'une seule joueuse du Top 10, Johanna Konta (9e) en quart de finale, et une deuxième du Top 20, sa soeur Venus (17e) en finale. Les Kerber, Muguruza et Pliskova qui l'avaient contrariée l'an passé ont toutes été sorties avant de croiser la route de l'Américaine.

Vidéo - Mouratoglou: "Je pense que Venus a quand même surpris Serena"

02:30

Si la concurrence peine à confirmer un certain renouveau sur le circuit, il n'y aura donc que Serena qui pourra s'arrêter elle-même, quand elle l'aura décidé. Ce qui est très loin d'être le cas. L'élimination d'Angelique Kerber, qui a connu un gros passage à vide en Australie en huitième de finale, a en tout cas facilité son retour au premier plan. L'Allemande, double vainqueur en Grand Chelem l'an passé, laisse ainsi le trône à Serena, désormais la numéro un mondiale la plus âgée de l'histoire. "C'est un bonus, j'aime être au sommet".

Pour elle, en tout cas, l'heure n'est pas à penser au 24e titre, voire aux suivants éventuels. Mais à savourer celui-là, auquel elle pense depuis la fin de la saison dernière. "C'est une chose que j'ai apprise l'an passé. J'ai tout le temps de penser à Roland-Garros. Heureusement, il y a encore du temps avant !" Avec Patrick Mouratoglou à ses côtés, elle a conquis dix titres du Grand Chelem en quatre ans et demi. En aligner quatre sur une seule saison reste tout de même son objectif ultime, même si elle aime rappeler, comme pour chasser le "mauvais oeil" : "Un Serena Slam ne commence pas en Australie" .

Vidéo - Un set pour évacuer la pression, un autre pour s'envoler : les temps forts de la victoire de Serena

02:32
0
0