Getty Images

Usé et fatigué, Dimitrov fait un constat lucide : "Je n'ai pas bien joué depuis le début du tournoi"

Dimitrov plaide coupable

Le 23/01/2018 à 13:38Mis à jour Le 23/01/2018 à 16:54

OPEN D'AUSTRALIE - Passé à côté de son quart de finale face à Kyle Edmund, mardi à Melbourne, Grigor Dimitrov a affiché une déception certaine après ce tournoi inabouti. Fatigué après une intersaison raccourcie, le Bulgare pense qu'il peut continuer à évoluer à un très haut niveau durant l'année. Même si cela va demander beaucoup de travail.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Ce n'était pas encore l'heure pour Dimitrov. Battu de manière logique par Kyle Edmund en quart de finale du tournoi, mardi à Melbourne, le Bulgare a manqué une belle opportunité de repointer son nez dans le dernier carré d'un tournoi du Grand Chelem. Un faux pas qu'on redoutait, mais qu'on n'espérait pas alors que sa dernière sortie face à Nick Kyrgios avait laissé entendre une montée en puissance qui aurait pu devenir phénoménale. Un Grigor en forme, ça en fait des dégâts.

Forcément, deux mois après son premier sacre au Masters qui laissait espérer une confirmation grandeur nature en Grand Chelem, le niveau de jeu affiché par le N.3 mondial n'a pas été à la hauteur des attentes. En mode Lionel Jospin, Dimitrov ne s'est pas caché derrière tel ou tel détail pour expliquer sa prestation. "J'assume l'entière responsabilité de mon match d'aujourd'hui. Il n'y a pas de problème de mon côté pour dire que j'ai mal fait les choses car je suis assis ici (en conférence de presse, ndlr) pour en parler", a souligné l'intéressé.

" Je n'ai pas réussi à trouver la clé"

Bon prince, Dimitrov a rendu un hommage appuyé à son bourreau du jour. "C'est Kyle qui a gagné. Il mérite tout le respect qui lui est dû. Il a mérité de gagner, c'est aussi simple que ça. Il a travaillé tellement dur lors des derniers mois. Je l'ai vu faire", a-t-il souligné.

Le constat est clair. Dimitrov, trop prudent, mal réglé et lâché par son service, est dans l'ensemble passé à côté de son quart de finale où il a juste fait un coucou dans le deuxième set. Mais il a affiché ce niveau d'irrégularité tout au long du tournoi. Ce match face à Edmund n'en a été qu'une prolongation. Un Dimitrov branché sur courant alternatif qui a retrouvé une pleine autonomie le temps d'un seul match et quel match face au redoutable Kyrgios.

Ce constat lui sied d'ailleurs. "Je dirais que lors de tous mes matches depuis le début du tournoi, spécialement depuis le premier match, je n'ai pas bien joué", a-t-il reconnu. "Il me faudra beaucoup de travail pour recommencer à jouer un match complet une nouvelle fois. Aujourd'hui est un de ces jours ou je n'ai tout simplement pas pu trouver la clé. C'est aussi simple que ça. Vous avez droit à des jours comme ça."

Vidéo - Dimitrov est retombé dans ses travers, Edmund l'a stoppé net

04:49

Une semaine de vacances depuis le Masters

Partagé entre sa déception d'avoir perdu un match largement à sa portée et d'avoir survécu au jour sans - notamment au 2e tour face au surprenant Mackenzie McDonald - Dimitrov a voulu penser positif. Tout ne va pas si mal dans sa vie de sportif. "Je tire du positif d'avoir atteint les quarts de finale", a-t-il ajouté. "Je suis très critique envers moi-même. Quand je n'arrive pas à atteindre certains objectifs, cela m'affecte. Cela me rend triste. Mais ce sont avec ce genre de moments que j'ai le plus appris au fil des années. Spécialement, la saison dernière après ma défaite en demi-finale ici. Mais encore une fois, je dois encore me relever, avancer et me refaire une santé."

Auteur d'une pré-saison très courte dans la foulée de son succès au Masters, Dimitrov, qui s'est dit un peu usé mentalement, a reconnu payer la note de cette pause raccourcie. Ce qui avait été son moteur l'an dernier, l'a irrémédiablement condamné un an plus tard. "Je n'ai pas le souvenir d'avoir eu un match facile où je suis resté 1h20 sur le court. Tous mes matches ont duré plus de deux heures, presque trois", a-t-il souligné. "Je n'ai eu qu'une semaine de repos complet. Je n'ai pas arrêté de jouer depuis novembre, ce qui est quand même un bon signe. Je prends aussi comme chose positive que mon corps a bien répondu. Je suis encore capable de gagner ce genre de matches. Ce qui m'offre une belle perspective pour le futur."

Grigor Dimitrov lors du Masters de Londres

Grigor Dimitrov lors du Masters de LondresGetty Images

Un besoin de rythme chez Dimitrov

Quelle suite pour le numéro trois mondial ? Actif à Sofia et Rotterdam dans la foulée de son immense demi-finale perdue face à Rafael Nadal il y a un an, le Bulgare va prendre un peu le large pendant quelques jours, histoire de reposer la machine et de se projeter. "Je vais essayer de me relaxer un peu et faire des choses que je n'ai pas le temps de faire pendant les tournois et tirer un bilan de l'ensemble de la tournée australienne. Dans l'ensemble ce n'était pas une mauvaise tournée (1/2 finale à Brisbane, 1/4 à Melbourne, ndlr) mais ce n'était certainement pas celle que je voulais faire."

En quête de meilleures sensations dans le jeu et de plus de continuité quand ça compte, Dimitrov estime qu'il va retrouver ce supplément d'âme. "Je sens que je peux améliorer plusieurs choses lors des prochaines semaines. Je me dois d'être intelligent dans ma façon de m'entraîner désormais, et d'éviter de l'exagérer à nouveau. Mais en même temps, je dois être sûr de pouvoir retrouver à nouveau mon rythme et les éléments de base de mon jeu." Un sacré programme en perspective.

Grigor Dimitrov lors de l'Open d'Australie 2018
0
0