Deux ans seulement séparent Ashleigh Barty et Sofia Kenin. Pourtant, elles sont loin d'en être au même point dans leurs carrières respectives. Cette différence tient principalement au succès de l'Australienne à Roland-Garros 2019, cinq mois seulement après son premier quart en Grand Chelem. Ce stade, Sofia Kenin vient de le passer pour la première fois. Elle est un peu dans la peau de Barty à Roland l'année dernière. Personne ne l'attendait vraiment là, mais son parcours ne souffre d'aucune contestation.

Pour en arriver là, Kenin n'a rencontré aucune tête de série, c'est vrai. Le huitième de finale face à Cori Gauff ressemblait pourtant fort à un écueil important pour elle. Face à la sensation américaine, sa compatriote, qui venait de renverser Naomi Osaka, la troisième joueuse mondiale, Kenin a fait preuve d'autorité. Elle a lâché le premier set au tie-break ? Qu'à cela na tienne, elle a pris le dessus dans les deuxième et troisième manches (6-3, 6-0). Elle aurait pu tomber dans le piège Jabeur en quart de finale, mais elle a été sérieuse pour avancer encore. Et maintenant, elle va défier une première tête de série, la plus haute. Celle à qui elle avait pris un set en huitièmes à Roland l'année dernière.

Roland-Garros
Swiatek, une première avec la manière
10/10/2020 À 14:36

Kenin - Gauff : Le résumé

Barty peut conforter sa place de numéro 1

L'Open d'Australie n'avait pas bien débuté pour la meilleure joueuse du monde. Lesia Tsurenko lui a rappelé que dans le tennis féminin, la place de numéro un mondiale ne garantit rien. Heureusement, elle a su se reprendre. Son match référence, Barty le tient depuis mardi. Face à Petra Kvitova, une joueuse qui l'avait éliminée en 2019, elle a bataillé pour prendre le premier set avant de s'envoler. La preuve que, physiquement, elle était au-dessus de son adversaire.

Dans le meilleur des cas, Ashleigh Barty serait une numéro un mondiale solide. Une élimination d'Halep en demie, un titre et elle possèderait pratiquement 3 000 d'avance sur sa poursuivante, qui sera de toute façon la Roumaine. Une avance confortable mais rien, sans doute, comparé au bonheur de triompher chez elle. Il reste deux matches pour cela.

Barty - Kvitova : le résumé

Roland-Garros
Swiatek-Kenin, une finale inattendue pour une jeunesse triomphante
10/10/2020 À 11:00
Roland-Garros
Kenin, c'est de la dynamite
08/10/2020 À 16:35