Elle ira au bout de sa quinzaine de rêve aux antipodes. Sofia Kenin a douché les espoirs de tout un peuple jeudi en prenant le meilleur sur la numéro 1 mondiale australienne Ashleigh Barty en deux manches (7-6, 7-5) et 1h45, en demi-finale de l’Open d’Australie. La jeune Américaine de 21 ans a montré une détermination sans faille pour sauver quatre balles de set (deux dans le premier et deux autres dans le second) et s’offrir sa première finale en Grand Chelem. Elle y retrouvera soit Simona Halep, soit Garbine Muguruza.

La déception sera difficile à encaisser. Ashleigh Barty ne sera pas au rendez-vous de la finale devant son public à Melbourne et on peut imaginer qu’elle aura de sacrés regrets. Car s’il ne faut rien enlever au mérite de sa jeune adversaire, très accrocheuse et sans complexe, c’est bien l’Australienne qui avait les clés du match. Bien que légèrement dominatrice dans le jeu, elle n’a jamais vraiment su se libérer, sûrement en partie prise par les attentes de tout un pays. Elle a ainsi craqué dans le "money time" de chaque set.

Roland-Garros
Swiatek, une première avec la manière
10/10/2020 À 14:36
https://i.eurosport.com/2020/01/30/2765442.jpg

Trop tendue, Barty a laissé passer ses chances

A un peu plus de deux mois d’intervalle, la numéro 1 mondiale aura donc encaissé deux coups durs à domicile. Déjà défaite à Perth en finale de Fed Cup face à l’équipe de France en novembre dernier, elle n’ira pas au bout d’un Open d’Australie qui semblait pourtant lui sourire jusqu’ici. Après les sorties de route précoces de Naomi Osaka, Serena Williams ou encore Karolina Pliskova, son adversaire en demi-finale, Sofia Kenin, semblait bien plus abordable. Mais elle n’a pas su gérer ce statut de grande favorite dans une Rod Laver Arena anesthésiée par une chaleur extrême (40 degrés), une première dans cette quinzaine.

Assez conservatrice dans ses choix, Barty ne s’est ainsi risquée que très peu au filet (3 points marqués sur 11 montées), pourtant une de ses grandes forces. Il faut dire que les qualités de contreuse de Kenin, d’une grande précision au passing, ont eu de quoi la refroidir. Dans le premier set, aucune des deux joueuses n’a cédé son engagement et le tie-break les a donc départagées. C’est à ce moment précis que la numéro 1 mondiale a laissé passer une première chance : en tête 6/4, elle n’a pu convertir aucune de ses balles de set, concédant même quatre points consécutifs et la manche 7-6 (6).

Sentant l’affaire mal engagée, Barty s’est rebellée en début de deuxième acte. Son slice de revers dévastateur a alors payé pour lui permettre de réaliser le break rapidement et mener 3 jeux à 1. On se dirigeait alors vers un troisième set, un moindre mal pour l’Australienne. Mais à 5-4, elle a encore coincé, manquant deux occasions de remettre les compteurs à zéro sur son service, avant de complètement craquer sur une volée haute liftée de coup droit dans le filet, synonyme de débreak pour Kenin. C’en était trop pour la numéro 1 mondiale qui a perdu les trois derniers jeux et le match. Incrédule, son adversaire américaine pouvait laisser éclater sa joie. Si elle ne retombe pas de son nuage samedi, elle se verrait bien créer la surprise jusqu’au bout.

Barty - Kenin : le résumé

Roland-Garros
Swiatek-Kenin, une finale inattendue pour une jeunesse triomphante
10/10/2020 À 11:00
Roland-Garros
Kenin, c'est de la dynamite
08/10/2020 À 16:35