Le contexte

Que celui ou celle qui avait misé sur une telle affiche voici deux semaines se fasse connaître. Car un tel nez ne relève pas de la stricte analyse des forces en présence mais bien d’un certain don pour la divination. Certes, comme nous le disions en préambule de cet Open d’Australie, il n’y avait pas de favorite et les prétendantes au titre ne manquaient pas à l’appel. Mais pour imaginer qu'aucune joueuse du top 10, d’Ashleigh Barty à Serena Williams, en passant par Naomi Osaka, Karolina Pliskova ou encore Simona Halep, ne se glisserait parmi les finalistes, il fallait être inspiré.
Pourtant, les deux dernières protagonistes de ce tournoi méritent amplement leur place : pour se disputer le titre, elles ont fait bien des dégâts dans le tableau. Melbourne consacrera donc soit une renaissance, soit une révélation. Le phénix, c’est évidemment Garbine Muguruza. Depuis deux ans, l’ex-numéro 1 mondiale, sacrée à Roland-Garros 2016 et Wimbledon 2017, n’était plus que l’ombre d’elle-même. Retombée à la 32e place mondiale, elle n’avait pas dépassé les huitièmes de finale en Grand Chelem en 2019 avec un seul titre décroché à Monterrey et un quart de finale à Indian Wells comme seules performances notables.
WTA Doha
La tornade Kvitova balaie Muguruza et retrouve sa couronne au Qatar
06/03/2021 À 16:23

Halep - Muguruza : le résumé

A l’intersaison, Muguruza a donc décidé de reprendre sa carrière en main et a rappelé comme coach sa compatriote Conchita Martinez qui l’avait déjà accompagnée lors de son sacre sur le gazon anglais. Et les effets n’ont pas tardé à se faire sentir. Demandez à Elina Svitolina, Kiki Bertens ou encore Simona Halep, toutes écartées en deux sets à Melbourne, ce qu’elles en pensent. L’Espagnole a retrouvé tout son punch, et surtout, sa redoutable détermination. Jamais plus motivée que sur les plus prestigieuses scènes du monde en Majeur, elle est prête à frapper un grand coup d’entrée en 2020.
Mais de l’autre côté du filet, Sofia Kenin ne l’entend pas de cette oreille. Déjà 15e joueuse mondiale à 21 ans, l’Américaine n’est ni la joueuse la plus puissante, ni la plus douée du circuit, mais certainement l’une des plus accrocheuses. Dotée d’un sacré caractère, elle ne se fixe aucune limite. Pour l’anecdote, elle avait affirmé à l’âge de 5 ans pouvoir retourner le service d’Andy Roddick, une vidéo largement partagée en Australie ces derniers jours. Après avoir franchi un premier cap d’importance en dominant Cori Gauff en huitième de finale, elle ne s’est plus arrêtée, douchant même les espoirs de tout un peuple face à Ashleigh Barty dans le dernier carré. Et elle n’a aucune envie de redescendre de son nuage.

Kenin, la surprise que personne n'avait vu venir

Face-à-face

Il s’agira de la deuxième confrontation entre les deux joueuses. Et c'est Kenin qui avait triomphé lors de leur premier duel au 1er tour à Pékin (6-0, 2-6, 6-2) l’automne dernier déjà sur dur. Difficile pour autant d’en faire un réel avantage pour l’Américaine : le contexte sera bien différent samedi dans une finale de Grand Chelem avec une Muguruza de retour à son meilleur niveau.

Leur parcours

Garbine Muguruza
1er tour : bat Shelby Rogers 0-6, 6-1, 6-0
2e tour : bat Ajla Tomljanovic 6-3, 3-6, 6-3
3e tour : bat Elina Svitolina [N.5] 6-1, 6-2
1/8e de finale : bat Kiki Bertens [N.9] 6-3, 6-3
1/4 de finale : bat Anastasia Pavlyuchenkova [N.30] 7-5, 6-3
1/2 finale : bat Simona Halep [N.4] 7-6(8), 7-5
Sofia Kenin
1er tour : bat Martina Trevisan 6-2, 6-4
2e tour : bat Ann Li 6-1, 6-3
3e tour : bat Shuai Zhang 7-5, 7-6(7)
1/8e de finale : bat Cori Gauff 6-7(5), 6-3, 6-0
1/4 de finale : bat Ons Jabeur 6-4, 6-4
1/2 finale : bat Ashleigh Barty [N.1] 7-6(6), 7-5

Barty - Kenin : le résumé

Elles ont dit

Garbine Muguruza
J’ai l’expérience de trois finales de Grand Chelem et c’est important parce que ce n’est pas le cas pour beaucoup de joueuses. Mais en fin de compte, c’est la raquette qui parle. Sofia joue super bien, ses résultats le montrent et elle progresse au classement. Elle mérite d’être là.
Sofia Kenin
Quand j’entre sur le court, je suis là pour gagner. Je suis là pour faire mon travail et faire de mon mieux. Peu importe qui je joue, où je joue, je vais me battre. J’ai joué Garbine à Pékin, c’était dur. Elle joue très bien en ce moment, elle est vraiment agressive.

3 stats à avoir en tête

3. Garbine Muguruza n’avait battu que trois membres du top 10 en 2019, elle en a déjà dominé autant sur cette seule quinzaine australienne (Svitolina, Bertens et Halep) pour démarrer 2020.
6. L’Espagnole est la 6e joueuse non tête de série à atteindre la finale à Melbourne. Chris O’Neil, Mary Pierce, Amélie Mauresmo, Serena Williams et Justine Henin avaient réalisé pareille performance avant elle.
5. Sofia Kenin a passé cinq petites minutes de moins sur le court que Garbine Muguruza. L’Américaine a eu besoin de 9h43 pour atteindre la finale contre 9h48 pour l’Espagnole. Les deux joueuses joueront donc pour le titre dans le même état physique, à peu de choses près.

Notre avis

Cette quinzaine australienne nous a réservé son lot de surprises, et ce n’est peut-être pas terminé. Bien que mieux classée que son adversaire, Sofia Kenin n’abordera pas cette finale avec l’étiquette de favorite, et ce pour une raison très simple : son inexpérience à ce niveau en Grand Chelem. Comment abordera-t-elle l’événement ? Le subira-t-elle ou restera-t-elle dans "la zone", cet état de confiance si cher aux joueuses et joueurs de tennis ? Assurément, l’Américaine a une personnalité de championne, mais une première est une première et les émotions pourraient s’en mêler.

Martinez : "Toute la détermination de Muguruza se voit sur son visage"

Dans ce domaine, Garbine Muguruza offre plus de certitudes : elle a déjà vécu trois finales de Grand Chelem, une à Roland-Garros (2016) et deux à Wimbledon (2015, 2017) et a soulevé deux fois le trophée. Sa joie toute contenue après son combat victorieux sur Simona Halep en dit long sur son ambition : l’Espagnole est en mission et ne sera satisfaite qu’une fois le trophée soulevé. Kenin, elle, avait du mal à réaliser après avoir terrassé Ashleigh Barty.
Les deux joueuses ne semblent donc pas aborder la finale dans les mêmes dispositions mentales. Si l’Américaine entre bien dans cette finale, nous aurons sûrement droit à un sacré match, d’autant que ses qualités de contreuse pourraient payer dans les conditions lentes de la "night session". Il le faudra pour contenir la puissance et le punch de Muguruza qui a aussi montré contre Halep qu’elle couvrait très bien son terrain.
Notre pronostic : Muguruza en deux sets.

Garbiñe Muguruza

Crédit: Getty Images

Roland-Garros
Swiatek, une première avec la manière
10/10/2020 À 14:37
Roland-Garros
Swiatek-Kenin, une finale inattendue pour une jeunesse triomphante
09/10/2020 À 21:12