"Fantastique. C’est un super sentiment." Voilà à peu près tout ce que nos confrères en salle de presse à Melbourne ont pu tirer d’Aslan Karatsev après sa "remontada" exceptionnelle face à Félix Auger-Aliassime dimanche en huitièmes de finale de l’Open d’Australie. On l’aura compris, le Russe de 27 ans, premier qualifié à aller aussi loin aux Antipodes depuis un certain Goran Ivanisevic en 1989, préfère laisser parler sa raquette pour lui. Et jusqu’ici, ça lui réussit plutôt bien.
L’Open d'Australie est diffusé sur Eurosport. Profitez d’une offre exceptionnelle : abonnez-vous pour seulement 0,99 euro pendant un mois
Cette manière de contenir ses émotions, de ne céder ni au désespoir, ni à l’euphorie, constitue d’ailleurs peut-être le secret de son succès pour le moins inattendu. Inattendu, c’est le mot, ou peut-être est-on encore bien éloigné de la réalité. Car avant cette quinzaine folle, Karatsev n’avait remporté que trois minuscules matches sur le circuit ATP depuis ses débuts professionnels il y a huit ans. Soit un de moins que lors de la semaine écoulée.
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44

Toujours plus fou : Comment Karatsev a renversé Auger-Aliassime en cinq sets

Transformé à la reprise du circuit l'été dernier

Lui-même d’ailleurs ne s’explique pas cette aventure australienne, ou du moins ne cherche pas à en trouver les raisons. "J’ai beaucoup travaillé et c’est juste arrivé. On ne sait jamais quand ça peut arriver et c’est arrivé", se borne-t-il à commenter. Inutile de revenir à la charge, il n’en dévoilera pas plus. Mais le vrai changement dans la carrière du bonhomme date plutôt de l’été dernier. A la reprise des compétitions, après cinq mois d'arrêt du circuit, c’est un Karatsev transformé qui a repris ses matches en Challenger.
Interrogé par nos confrères de L’Equipe, Pierre-Hugues Herbert, qui avait perdu contre lui en demi-finale sur la terre battue de Prague en août, raconte. "Il m'avait fait forte impression. Très difficile à maîtriser. Au service, en coup droit ou en revers, la balle sort hyper bien de la raquette. Il trouve des angles étonnants en coup droit. Avec sa manière de te fixer, tu as du mal à savoir où la balle va aller. Sa vitesse de poignet est assez dingue. J'avais aussi été surpris par son sang-froid." Il avait fallu un Stan Wawrinka très appliqué pour le battre en finale. Mais l’animal a alors pris confiance et il a plus que confirmé les deux semaines suivantes en s’adjugeant onze victoires consécutives et deux titres dans les Challengers de Prague 2 et Ostrava.
Sa série s’est finalement arrêtée à treize succès d’affilée, Sebastian Korda le privant d’un premier tableau principal en Grand Chelem au 3e tour des qualifications à Roland-Garros à l’automne. Ses 2e et 3e victoires sur le circuit ATP sont arrivées par la suite en indoor à Saint-Petersbourg contre Tennys Sandgren (alors 48e à l’ATP) et à Sofia face à Taro Daniel (115e mondial). Pour matérialiser le cap franchi, un rapide coup d’œil au classement vaut mieux que mille développements : de janvier à novembre 2020, Karatsev est passé de la 293e à la 111e place mondiale.

Confiance absolue et agressivité totale : comment Karatsev a laminé Schwartzman

Repéré par Cervara lors de l'ATP Cup

L’ascension est phénoménale et le loustic a alors accumulé la quantité d'assurance suffisante pour le faire brutalement changer de catégorie. Son jeu puissant et à risques lui avait déjà permis de battre Mikhail Youzhny (ancien numéro 8 mondial, alors 150e) voici six ans à Moscou. Mieux canalisé, il a fait des ravages dans le tableau de qualifications de l’Open d’Australie, emportant au passage un autre Français, Alexandre Müller, qui a eu néanmoins la chance de s’aligner, lui aussi, à Melbourne en tant que "lucky loser".
Sa participation en double à la victoire russe lors de l’ATP Cup aux côtés des stars et membres du Top 10 Daniil Medvedev et Andrey Rublev a peut-être été l’étincelle qui lui a permis de prendre définitivement feu. Il n’attirait alors pas l’attention, laissant ses compatriotes répondre à sa place, mais Gilles Cervara avait bien senti l’affaire. "Je le regardais jouer à l'entraînement pendant l'ATP Cup pour savoir qui on allait mettre en double, et je leur dis tout de suite : 'Faites jouer Karatsev avec Rublev !' Je le voyais et je me disais : 'Le mec, il est très solide, il a l'air calme, il a l'air de contrôler ce qu'il fait'", a encore confié le coach de Medvedev à L’Equipe.

Star en Challenger et cogneur invétéré : attention à la surprise Karatsev

Prévenu, Dimitrov ne le prendra pas à la légère

La suite, on la connaît : des victoires expéditives, 50 coups gagnants en 3 sets contre un Schwartzman totalement dépassé, et une remontée improbable face à Félix Auger-Aliassime. Plus que jamais, celui qui est désormais assuré de faire une entrée fracassante dans le Top 100, au pire à la 63e place, aura tout à gagner face à Grigor Dimitrov. Il n’a aucune raison de dévier de sa stratégie ultra-offensive qui lui donne l’impression de maîtriser son destin. Surtout sur cette surface. "J’ai un jeu agressif, avec un gros service et j’essaie de raccourcir le point au maximum. Je ne veux pas m’embarquer dans de longs échanges et j’essaie de rester le plus proche possible de ma ligne de fond", a-t-il confirmé.
Dimitrov sait donc ce qui l’attend et ne fera pas l’erreur de le sous-estimer. "Je traite chaque adversaire de la même façon et garde la même approche avant chaque match. Je vais rester dans ma routine, et faire mon travail. Je ne vais penser à ce que le gars en face à fait, à ce qu’il a accompli. Pour qu’il soit à ce stade, il a fait les choses bien et il joue du super tennis en ce moment. C’est un joueur dangereux bien entendu. On parle d’un quart de finale en Grand Chelem, ce n’est pas à prendre à la légère. Il faut juste se concentrer sur soi, son plan de jeu, contrôler ce qu’on peut de son côté du filet." Toute la question est de savoir si ce sera suffisant. Surtout si Karatsev reste sur son nuage.
Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59