S'il n'avait pas reconnu dimanche que son dos l'inquiétait, s'il ne s'était pas retiré de l'ATP Cup par précaution, le premier tour de Rafael aurait été attendu, oui ; mais comme une simple formalité. Les doutes, le numéro 2 mondial les a levés sur le court. Tout ne fut pas parfait face à Laslo Djere mais cette victoire en trois sets n'était pas la plus pénible de sa carrière. Sa conférence de presse, où il allait être question de son dos, était d'autant plus attendue. L'Espagnol a été sincère, comme à son habitude.

"Nous faisons tout ce qui est possible. Tout le monde m'aide autant que possible, j'espère être prêt". C'est ce que disait Nadal dimanche. Deux jours plus tard et une victoire en trois sets de plus dans les jambes, "Rafa" a un peu modifié les paroles mais l'air reste le même. "Mon dos n'est pas parfait comme je l'ai dit il y a quelques jours. Chaque jour qui passe est une occasion d'aller mieux." Comprenez, oui, la douleur a diminué mais, non, elle n'a pas disparu. On ne passe pas, surtout quand on s'appelle Rafael Nadal, d'un muscle qui vous fait souffrir depuis 15 jours à rien en un claquement de doigts.

Open d'Australie
Nadal carbure et rassure
09/02/2021 À 06:15

Trois sets pour démarrer : La machine Nadal est lancée

"Je le sens plus raide que d'habitude. C'est difficile de jouer avec une vraie liberté de mouvement", détaillait encore le deuxième homme aux 20 titres du Grand Chelem. Questionné à ce propos ce mardi, Nadal ne s'est pas appesanti sur les détails de ses douleurs, à peine a-t-il reconnu qu'il avait dû changer sa mécanique au service. Un point tout sauf neutre, surtout quand il faudra affronter les monstres du circuit (Djokovic, Thiem, Medvedev…). Face à Djere, Nadal n'a pas vraiment été mis en difficulté sur son engagement : cinq occasions offertes et un break concédé sur 13 jeux de service. On peut néanmoins noter un pourcentage de points gagnés sur seconde balle en baisse par rapport à ses standards (46%).

Une mécanique modifiée au service

"Je devais juste survivre aujourd'hui, demain j'ai un jour de repos et le jour d'après un autre match. J'ai besoin de prendre les choses jour après jour et de rester positif", insiste finalement Nadal toujours honnête et donc véritablement engagé dans une course contre-la-montre pour que son dos le laisse tranquille avant que les choses se corsent. Jeudi, ce sera Michael Mmoh sur sa route. De quoi voir venir encore. "Chaque jour de plus passé ici est une chance d'être meilleur au final. J'essaye de faire toutes ces choses qui permettront d'être compétitif."

Les problèmes surviendront si les choses ne s'améliorent pas avec son dos ou si les raideurs, même minimes, persistent au fur et à mesure du tournoi. Franchir les premiers tours est à la portée d'un Nadal diminué, jouer les premiers rôles non. A la question de savoir si son dos pouvait endurer cinq sets, Nadal a d'ailleurs lâché un "je ne sais pas" qui en dit beaucoup sur les questions qu'il se pose actuellement.

Un coup de fusil en bout de course qui a pris la ligne et Djere a impressionné Nadal

Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44
Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22