A chaque jour son rebondissement inattendu dans l'affaire Djokovic. Alors que la tendance semblait en faveur du numéro 1 mondial ces dernières heures à la suite de sa libération sur décision du juge australien Anthony Kelly, de nouvelles investigations pourraient compromettre à nouveau sa participation à l'Open d'Australie (17-30 janvier). Selon les médias australiens, la police aux frontières du pays le soupçonne ainsi d'avoir menti dans un document rempli lors de son arrivée à Melbourne la semaine dernière. Une infraction grave qui pourrait lui valoir une nouvelle annulation de son visa.
A la question "Avez-vous voyagé dans un autre pays dans les 14 jours précédant votre arrivée en Australie ?", la case "Non" a été cochée dans un formulaire d'information. Le 4 janvier, le Serbe s'est envolé d'Espagne pour l'Australie, ce qui signifie donc selon ses déclarations qu'il aurait dû quitter la Serbie le 22 décembre ou avant. Or, plusieurs publications sur les réseaux sociaux semblent attester du fait qu'il était encore à Belgrade le 25 décembre.
Open d'Australie
L’heure des adieux pour Serena Williams : L’hommage des joueurs
29/08/2022 À 16:47

Une enquête à l'origine du délai de réflexion supplémentaire des autorités australiennes ?

L'erreur pourrait toutefois ne pas avoir été commise par Djokovic lui-même. Le 5 janvier lors de son arrivée à l'aéroport, interrogé par l'officier des frontières, le Serbe avait ainsi indiqué que Tennis Australia avait rempli le document pour lui. Mais ses réponses sur le sujet étaient confuses, puisqu'un peu plus tard, lors du même entretien, il affirmait que le gouvernement australien l'avait fait en son nom, avant de finalement désigner son... agent. Reste que ce formulaire le concernant, il reste responsable des informations divulguées, même s'il n'a pas accompli la tâche lui-même.
Autre sujet d'interrogation : si le numéro 1 mondial a bel et bien été testé positif au Covid-19 le 16 décembre, n'aurait-il pas dû s'isoler au moins une semaine, ce qui l'aurait empêché de fait de quitter la Serbie avant le 22 décembre ? En scannant le QR-code de son test-PCR, certains médias internationaux ont d'ailleurs remarqué ces dernières heures que des résultats positifs et négatifs étaient obtenus alternativement. Si ce constat peut être expliqué par un bug informatique, tout ceci s'ajoute aux apparitions publiques de Djokovic les 17 et 18 décembre, alors même qu'il était censé connaître son état de santé.
Ces faits troublants font donc l'objet d'une enquête qui pourrait expliquer la décision du ministre de l'Immigration australien Alex Hawke de retarder encore sa décision quant à Djokovic. Rien ne sera officiel concernant la situation du Serbe ce mardi. Par ailleurs, le Premier ministre australien Scott Morrison et son homologue serbe Ana Brnabic se sont entretenus au téléphone pour tenter d'apaiser les tensions diplomatiques nées de cette affaire entre les deux pays.
Open d'Australie
Bruno Kuzuhara, balle de match lunaire, référence nadalesque
03/02/2022 À 13:18
Open d'Australie
Djokovic donnera sa "version" de son expulsion dans "7 à 10 jours"
03/02/2022 À 12:32