20. Masters 2010 : Le doublé magistral

Date : 5 juillet 2009
Tour : Demi-finale et Finale
Adversaire : Novak Djokovic puis Rafael Nadal
Score : 6-1, 6-4 puis 6-3, 3-6, 6-1
Curieuse année 2010 pour Roger Federer. Entamée en fanfare par un 16e titre en Grand Chelem à Melbourne, elle marque ensuite un assez net retrait du Bâlois, sorti en quarts de finale à Roland-Garros et Wimbledon puis en demie à l'US Open. Le nouveau patron se nomme Rafael Nadal, auteur d'un Petit Chelem. Mais lors du Masters de fin d'année à Londres, il ressort le grand jeu. Pour la première fois, il atteint les demi-finales sans perdre un set. Là, c'est l'enchaînement magistral : il dévore Novak Djokovic en demi-finale puis dompte Nadal en finale, en trois sets. Il égale le record de victoires de Sampras, qu'il battra un an plus tard.
Laver Cup
Djokovic, l'hommage poignant à Federer : "L'un des plus beaux moments de ma vie"
24/09/2022 À 21:37

19. Bâle 2019 : Une dernière fête à la maison

Date : 27 octobre 2019
Tour : Finale
Adversaire : Alex de Minaur
Score : 6-2, 6-2
Si l'histoire retiendra que Roger Federer a donné ses derniers coups de raquette sur le Centre Court de Wimbledon, son jardin, c'est à Bâle, chez lui, qu'il a remporté son dernier titre. Le 103e, excusez du peu. Symbole et clin d'œil magnifiques, plus que la finale d'ailleurs. Parce que ce jour-là, Roger Federer a expédié Alex de Minaur en deux sets (6-2, 6-2) et 68 minutes de jeu. En larmes - l'une des marques de fabrique de l'émotif Suisse -, RF a soulevé ce trophée pour la dixième fois. Ce sera le dernier de sa vie.

Rapide, incisif et ultra-solide en revers : Federer a foncé vers sa "decima" à domicile

18. Wimbledon 2015 : Le récital

Date : 10 juillet 2015
Tour : Demi-finale
Adversaire : Andy Murray
Score : 7-5, 7-5, 6-4
Ici, pas de combat acharné, de lutte à couteaux tirés et jusqu'au crépuscule. Non, une démonstration et le sublime au bout du compte. Ce jour-là, Roger Federer s'est qualifié pour sa dixième finale à Wimbledon en surclassant Andy Murray. Et pourtant, le Britannique n'a pas démérité. Il s'est battu comme un diable, à l'image de ce dixième jeu de la deuxième manche qu'il a fini par remporter. Mais pour le reste, le Suisse était tout simplement injouable. Une balle de break écartée en début de match et puis, plus rien, sinon la maestria absolue. Magnanime à sa manière, Federer reconnaîtra après coup avoir disputé "l'un des meilleurs matches de (sa) carrière".

17. Wimbledon 2016 : Federer version résilient

Date : 6 juillet 2016
Tour : Quart de finale
Adversaire : Marin Cilic
Score : 6-7, 4-6, 6-3, 7-6, 6-3
On a trop souvent souligné l'exceptionnel talent et la facilité apparente de Federer pour ne pas parler, également, de sa résilience. Tout a toujours paru simple avec lui. Or, rien ne l'est jamais véritablement. En tout cas, rien ne le fut ce jour-là face à Marin Cilic. Durant un bon bout de temps, on s'est dit que c'était terminé. Que Roger Federer rangerait ses raquettes et quitterait le Centre Court tête basse. Deux sets de débours, une, puis deux, puis trois balles de match contre lui, "Rodgeur" a fini par gagner un match qu'il aurait dû perdre. Symbole ultime de ce duel : le jeu décisif de la quatrième manche, arraché par le Suisse (11-9). A l'arrivée, une 307e victoire en Grand Chelem. Une de plus qu'une autre légende du coin, Martina Navratilova.

16. Milan 2001 : Le premier trophée

Date : 4 février 2001
Tour : Finale
Adversaire : Julien Boutter
Score : 6-4, 6-7, 6-4
Dans une carrière, le premier titre tient toujours une place à part. Même quand 102 autres s'apprêtent à suivre... C'est donc à Milan, au cœur de l'hiver 2001, que Roger Federer ouvre son palmarès sur le circuit. Julien Boutter aura pour toujours l'honneur d'avoir été le témoin de ce titre inaugural dont personne n'imagine à l'époque qu'il ouvre une page majeure de l'histoire du tennis moderne. Le Suisse porte déjà l'étiquette du "Futur Sampras", qu'il peine parfois à domestiquer. Mais dans la raquette, tout ce qui fera que Federer sera Federer transpire déjà.

15. Australie 2018 : La touche finale

Date : 28 janvier 2018
Tour : Finale
Adversaire : Marin Cilic
Score : 6-2, 6-7, 6-3, 3-6, 6-1
Melbourne et Marin Cilic ne pouvaient pas dire qu'ils n'étaient pas prévenus. Un an après le spectaculaire retour au premier plan de Roger Federer, ce dernier a remis le couvert en Australie. Eu égard à sa tête de série, la 2, Federer a connu un parcours sans embuche et sans set perdu jusqu'en finale. Cilic lui a alors opposé une tout autre adversité mais le Bâlois avait envie, ce soir-là, d'étirer un peu plus l'éternité. Si les deux joueurs ont rarement joué leur meilleur tennis en même temps, Federer a su hisser son niveau de jeu au moment opportun : lors d'une manche finale à sens unique. L'Helvète ne le savait pas encore mais il remportait là son 20e et dernier titre du Grand Chelem.

14. Coupe Davis 2014 : Pour lui et pour tout un pays

Date : 23 novembre 2014
Tour : Finale
Adversaire : Richard Gasquet
Score : 6-4, 6-2, 6-2
Il a beaucoup gagné pour lui et sa gloire personnelle. Mais en cette fin d'automne 2014, Roger Federer rappelle qu'il est aussi un joueur d'équipe. Si certains le critiquaient pour quelques impasses en Coupe Davis, il avait longtemps permis seul le maintien de son pays dans le groupe mondial. Epaulé par un Stan Wawrinka devenu monstrueux lui aussi, le Bâlois saisit alors une occasion inespérée et refroidit les 27 000 spectateurs du stade Pierre-Mauroy. Malgré un dos douloureux et une défaite face à Gaël Monfils le vendredi, il finit par donner la leçon à Richard Gasquet le dimanche. Avec une conclusion et une amortie soyeuse digne du Maestro.

13. Miami 2005 : Le premier "Fedal" en finale

Date : 3 avril 2005
Tour : Finale
Adversaire : Rafael Nadal
Score : 2-6, 6-7, 7-6, 6-3, 6-1
Ils s'étaient croisés au même endroit, un an plus tôt, pour leur première confrontation sur le circuit, remportée par Rafael Nadal au 3e tour (6-3, 6-3). L'Espagnol, âgé de 18 ans et 31e à l'ATP, passe à deux points de faire chuter une nouvelle fois son rival suisse, n°1 mondial. Il mène 2 sets à rien et 5-3 dans la troisième manche. Mais Federer ne lâche pas. Il revient, gagne ce set au tie-break, puis déroule pour remporter la première finale entre les deux hommes. Le Suisse ne le sait pas encore, mais il vient de réaliser un petit exploit. Il faudra en effet attendre dix ans et l'US Open 2015 pour revoir Nadal perdre un match après avoir eu deux sets d'avance.

12. JO 2012 : Un monument pour une médaille

Date : 3 août 2012
Tour : Demi-finale
Adversaire : Juan Martin Del Potro
Score : 3-6, 7-6(5), 19-17
Elle lui a longtemps échappé, mais Roger Federer a bien conquis une médaille olympique en simple. Pour ce faire, il aura dû cravacher. Un mois après avoir reconquis Wimbledon et la place de n°1 mondial, le Suisse se présente ambitieux sur le gazon du All England Club. En demi-finale, il doit faire face à une montagne : Juan Martin Del Potro, son bourreau de l'US Open 2009. Malmené, le Suisse s'accroche en arrachant le tie-break du 2e set. Puis la partie bascule dans l'épique dans un ultime acte fou qu'il arrache après 4h36 de jeu, record pour un match au meilleur des trois sets. L'argent est assuré, il manquera logiquement de gaz pour espérer mieux.

11. Hambourg 2007 : La statue déboulonnée

Date : 20 mai 2007
Tour : Finale
Adversaire : Rafael Nadal
Score : 2-6, 6-2, 6-0
Le compteur, surréaliste, s'est arrêté à 81. Oui, 81 victoires de suite sur terre battue. Et ce jour-là, c'est Roger Federer qui a mis fin à l'exceptionnelle série de Rafael Nadal, en lui infligeant même un 6-0 dans la troisième et dernière manche. Plus de deux ans après sa dernière défaite sur l'ocre, Nadal est tombé sur un Federer qui, largué dans la première manche, a trouvé la bonne distance et la carburation idéale par la suite. Fatigué, Rafa a perdu pied sur la lourde terre hambourgeoise et face à un Federer qui remportera là la première de ses deux seules victoires sur terre face à l'Ibère. Un petit morceau d'histoire.

10. Masters 2003 : Maître Roger

Date : 16 novembre 2003
Tour : Finale
Adversaire : Andre Agassi
Score : 6-3, 6-0, 6-4
Juan Carlos Ferrero à Roland-Garros. Roger Federer à Wimbledon. Andy Roddick à l'US Open. En cette année 2003, la jeune garde a pris le pouvoir mais la hiérarchie entre les trois n'est pas encore clairement établie. Au Masters, dans le cadre si peu glamour de Houston, le Suisse apporte la réponse : il lamine Ferrero en phase de poules puis domine Roddick en deux sets en demie. En finale, c'est l'ancien, Andre Agassi, qui lui fait face. Federer avait battu l'Américain à l'arraché pour son premier match de poules mais en finale, c'est une boucherie. C'est son premier Masters. Roddick termine l'année numéro 1 mais c'est au Texas que l'on a compris que Federer irait beaucoup plus haut que les autres.

9. US Open 2004 : Un Petit Chelem royal

Date : 12 septembre 2004
Tour : Finale
Adversaire : Lleyton Hewitt
Score : 6-0, 7-6, 6-0
Une soirée inoubliable. Roger Federer entre dans la légende par la grande porte en devenant le quatrième joueur de l'histoire de l'ère open à réaliser le Petit Chelem, après Rod Laver (1969), Jimmy Connors (1974) et Mats Wilander (1988). Il le signe en lettres majuscules, avec une véritable démonstration face à un Lleyton Hewitt pourtant irrésistible jusque-là. L'Australien n'avait pas perdu un set de la quinzaine, il encaisse deux "roues de vélo" contre un Federer au sommet de son art. Le Suisse entame ainsi un quinquennat de suprématie à Flushing Meadows. Il faudra attendre 2009 pour le voir tomber à New York, face à Juan Martin del Potro.

8. Australie 2007 : La démonstration ultime

Date : 27 janvier 2007
Tour : Demi-finale
Adversaire : Andy Roddick
Score : 6-4, 6-0, 6-2
Combien de fois Roger Federer a-t-il écœuré ses rivaux ? Par sa vitesse, sa virtuosité et son coup de raquette hors normes, il a éparpillé bien des audacieux, et ce sur les plus grandes scènes. La démonstration du "FedExpress" en demi-finale à Melbourne en 2007 est peut-être la plus marquante. Andy Roddick, sa victime, est celui qui en a le mieux parlé. "Comment je me sens ? Mal. C'est terrible. Je ne m'attendais pas à ça. J'ai reçu une fessée ce soir. Après 4-4, il m'a breaké une fois, puis encore une fois, encore une fois, encore... et c'était fini 24 minutes après. (…) Les chances de son adversaire en finale ? Minces." Plus lucide, tu meurs.

7. Wimbledon 2007 : Les cinq à la suite

Date : 8 juillet 2007
Tour : Finale
Adversaire : Rafael Nadal
Score : 7-6, 4-6, 7-6, 2-6, 6-2
Si la finale 2008 est incomparable, celle de 2007 n'était pas mal non plus. En qualité pure, elle n'a même absolument rien à lui envier. Le tennis masculin vit alors au rythme des confrontations entre "Rodgeur" et "Rafa". C'est leur deuxième finale de rang à Wimbledon. Sur un Centre Court éventré par les travaux destinés au futur toit, les deux rivaux livrent un combat superbe et l'Espagnol se montre bien plus menaçant que l'année précédente. Lorsqu'il obtient des balles de break en début de 5e set, la fin du règne de Federer semble proche. Mais il sauve sa mise en jeu et finit en trombe. Cinq titres consécutifs à Londres, comme Borg. Une des plus belles pages de son livre d'or.

6. Wimbledon 2003 : Le sacre, enfin

Date : 6 juillet 2003
Tour : Finale
Adversaire : Mark Philippoussis
Score : 7-6, 6-2, 7-6
Enfin, oui. Avec le recul, cela peut sembler outrancier. Lorsqu'il tombe à genoux sur le Centre Court (image iconique en dépit de ce catogan qui a plus mal vieilli que lui), Roger Federer se libère d'un énorme poids et arrache une étiquette peu enviable : celle du surdoué incapable de mettre en adéquation son potentiel et ses résultats. Quelques semaines plus tôt, il a chuté au 1er tour à Roland-Garros. Après les points d'exclamation des débuts, place aux points d'interrogation. Mais à Wimbledon, magistral, il balaie tous les doutes à son endroit en battant Andy Roddick et Mark Philippoussis en trois sets, en demie puis en finale. Wimbledon devient son royaume.

5. Roland-Garros 2009 : La quête achevée

Date : 7 juin 2009
Tour : Finale
Adversaire : Robin Soderling
Score : 6-1, 7-6(1), 6-4
Peut-être pas son plus grand match, mais à coup sûr l'une de ses victoires les plus importantes, sinon la plus importante. Sans elle, Roger Federer n'aurait pas accompli le Grand Chelem en carrière, ce qui aurait paru bien incongru pour un champion de sa trempe. A la différence d'une quinzaine où il a parfois évolué sur un fil comme en huitième ou en demi-finale, il maîtrise tout ou presque en ce dernier dimanche. A l'image d'un tie-break survolé dans le 2e set avec quatre aces notamment. Vainqueur enfin, il tombe à genoux de joie et de soulagement sur cette terre qui s'était tant refusée à lui à cause de Rafael Nadal. La boucle est bouclée.

4. Wimbledon 2001 : L'acte de naissance

Date : 2 juillet 2001
Tour : Huitième de finale
Adversaire : Pete Sampras
Score : 7-6, 5-7, 6-4, 6-7, 7-5
Il est à quelques semaines de son 20e anniversaire, ne compte encore qu'un seul titre sur le circuit. Roger Federer est encore un "bébé" lorsqu'il défie sur le Centre Court Pete Sampras, septuple vainqueur et quadruple tenant du titre du tournoi. Un match colossal, acharné, où il ne baisse jamais la tête pour finir par s'imposer 7-5 au 5e set. C'est son acte de naissance de grand champion. Même s'il lui faudra deux années supplémentaires pour enterrer définitivement ses démons de jeunesse, chacun a compris ce jour-là que ce huitième de finale avait valeur de passation de pouvoir symbolique.

3. Wimbledon 2009 : Un pas de plus dans l'histoire

Date : 5 juillet 2009
Tour : Finale
Adversaire : Andy Roddick
Score : 5-7, 7-6, 7-6, 3-6, 16-14
Federer - Roddick, acte IV en finale de Grand Chelem, acte III en finale de Wimbledon. Le plus grand crève-cœur de la carrière de l'Américain, qui va livrer un match immense, au cours duquel il ne sera breaké qu'une seule fois, sur le 30e et dernier jeu du 5e set. Terrible. On ne distribue pas de victoire au mérite, encore moins en finale de Grand Chelem, mais Roddick ne l'aurait pas volée, celle-ci. Mais comme presque toujours entre les deux hommes, à la fin, c'est Federer qui gagne. C'est son 6e Wimbledon et surtout son 15e Grand Chelem. Après avoir égalé Sampras un mois plus tôt, il le dépasse désormais.

2. Roland-Garros 2011 : Si symbolique "finger wag"

Date : 3 juin 2011
Tour : Demi-finale
Adversaire : Novak Djokovic
Score : 7-6, 6-3, 3-6, 7-6
Une éblouissante masterclass dans la grisaille parisienne. D'un côté, Novak Djokovic, invaincu depuis 43 matches et sa défaite en demi-finale du Masters contre… Roger Federer. De l'autre, le Suisse, a priori sur le déclin du haut de ses 30 ans. C'est du moins ce que l'on croit. Pas du tout ce que l'on voit. Au bout d'un combat inoubliable, d'un niveau incroyable et d'une intensité presque insoutenable, Federer réalise l'impossible. Il multiplie les coups de génie et met le Serbe à terre sur un ace à la tombée de la nuit. Sa célébration tout en sobriété veut tout dire. Pas d'effusion, juste un index levé vers le ciel. Un "finger wag" pour répondre à tous ceux qui en doutaient : Federer est loin d'être fini.

1. Australie 2017 : Le retour du roi

Date : 29 janvier 2017
Tour : Finale
Adversaire : Rafael Nadal
Score : 6-4, 3-6, 6-1, 3-6, 6-3
Possiblement l'accomplissement le plus exceptionnel d'une carrière déjà hors-norme. 30 janvier 2017. Roger Federer, tête de série numéro 17 de l'Open d'Australie, décroche son dix-huitième titre en Grand Chelem. Quatre ans et demi après son dernier sacre majeur, à Wimbledon en 2012, le Suisse effectue un prodigieux retour sur le devant la scène. Inattendu pour le moins, inimaginable pour beaucoup. Pourtant, à 35 ans et après six mois d'inactivité, "Rodgeur" va réussir son coup en battant quatre Top 10 et gagner trois matches en 5 sets dont le dernier, inoubliable, face au rival et ami Rafael Nadal. Avec, en point d'orgue, une dernière manche dans la légende. Eternelle. Comme lui.

Federer-Nadal, qui est le plus fort sur "surface neutre" ? Djokovic répond par une pirouette

Laver Cup
Courier et les adieux de Federer : "Ça prendra du temps d'encaisser ce qu'on a vécu"
24/09/2022 À 16:09
Les grands récits
Federer, la marche triomphale du "loser"
20/09/2022 À 22:13