Panoramic

Roland-Garros : Tommy Robredo en héros, David Ferrer facile

Robredo le héros
Par Eurosport

Le 02/06/2013 à 12:54Mis à jour Le 02/06/2013 à 19:08

Pour la troisième fois consécutive, Tommy Robredo a remonté un retard de deux sets pour battre Nicolas Almagro dimanche. Du jamais vu à Roland-Garros.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

ROBREDO ENTRE DANS L'HISTOIRE

Incroyable Tommy Robredo. Compte tenu de la difficulté de son tableau, sa présence en quarts de finale est en soi une petite surprise, mais pas un tremblement de terre non plus. En revanche, la manière utilisée par l'Espagnol pour parvenir à ses fins est réellement fantastique. Face à Sisling au deuxième tour puis Monfils au troisième, il s'était qualifié en cinq manches en remontant un handicap de deux sets. Il a réussi l'exploit de reproduire cette performance dimanche contre Nicolas Almagro. Jamais, depuis Henri Cochet à l'époque des Mousquetaires, un joueur n'avait remporté trois matches de suite en Grand Chelem en ayant perdu les deux premières manches. Physiquement et surtout mentalement, Robredo a fini par terrasser un Nicolas Almagro décidément bien malheureux face à ses compatriotes en Grand Chelem.

Tout allait pourtant parfaitement bien pour celui-ci. Vainqueur du premier set au jeu décisif, il a ensuite enfoncé le clou dans le deuxième set (6-3). Après un peu plus d'une heure trente de jeu, Almagro tenait donc la corde et on pouvait penser que pour Robredo, les efforts consentis depuis le début du tournoi allaient s'avérer rédhibitoires. Mais le Catalan possède décidément des ressources insoupçonnées. Comme si de rien n'était, il a gardé le fil de son jeu et de son match. Il a remporté les trois derniers sets sur le même score, 6-4. Almagro peut vraiment nourrir de gros regrets. Il a souvent eu l'ascendant dans les trois dernières manches, avec un break d'avance dans le quatrième set et un autre dans le cinquième où il a mené 2-0. A chaque fois, Robredo est revenu.

Le public du court Suzanne-Lenglen, bluffé par la résistance et le courage de la tête de série numéro 32, a pris fait et cause pour Robredo. Rappelons que ce dernier, écarté des terrains de longs mois sur blessure, pointait au-delà de la 450e place mondiale il y a tout juste un an. Transcendé par la foule, Robredo a trouvé les ressources pour arracher le cinquième set au cours duquel il a pris trois fois la mise en jeu de Nicolas Almagro. Après quasiment quatre heures de combat, il a fini à genoux et en larmes sur le central. Un moment fort, pour lui comme pour cette édition 2013. Evidemment, après ce nouveau marathon physique et émotionnel de près de quatre heures, il lui sera difficile de remettre le couvert dans deux jours face à un David Ferrer frais comme un gardon.

FERRER, LA MOBYLETTE VA TOUJOURS AUSSI VITE

Le métronome a encore frappé. David Ferrer est le premier à monter dans le quart dans le tableau masculin. Programmé à 11 heures en ouverture du menu dominical sur le Suzanne-Lenglen, il n'était pas 13 heures quand il a quitté le court en vainqueur. Ferrer a balayé Kevin Anderson 6-3, 6-1, 6-1. Le gros serveur sud-africain, tombeur de Milos Raonic au tour précédent, n'a pas existé. Ferrer a rendu une copie presque parfaite. Il n'a pas concédé un seul break et commis seulement 11 fautes directes, contre 41 à Anderson ! Ce dernier aurait même pu dérouiller encore davantage s'il n'avait pas sauvé autant de balles de break (12 sur 17).

Sans grande surprise, David Ferrer est donc une fois encore au rendez-vous des quarts de finale. C'est la sixième fois consécutive qu'il atteint ce stade de la compétition en Grand Chelem. Il y retrouvera un compatriote, quoi qu'il arrive, puisque le vainqueur de la rencontre entre Nicolas Almagro et Tommy Robredo se retrouvera sur son chemin. Face à l'un ou l'autre, il s'avancera avec l'étiquette de favori. Impérial depuis le début de la quinzaine, Ferrer n'a toujours pas perdu le moindre set. Il n'est plus qu'à deux matches de sa première finale majeure et il n'aura pas à enchainer Murray puis Nadal pour jouer le match du titre à Roland-Garros comme il avait dû le faire l'an passé. Sur ce qu'il montre depuis une semaine, il peut croire en ses chances.

0
0