AFP

Monfils a fait pschitt...

Monfils a fait pschitt...

Le 01/06/2015 à 14:28Mis à jour Le 01/06/2015 à 14:45

ROLAND-GARROS - La coupure n'a pas été bénéfique à Gaël Monfils, qui n'était visiblement pas réveillé en ce début de journée. Lundi, le Français a été balayé par Roger Federer, qui a remporté sans coup-férir les deux manches qui lui manquaient (6-3, 4-6, 6-4, 6-1). Voici le Suisse en quart où il défiera Stan Wawrinka.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Le rêve de Gaël Monfils est passé. Encore bien vivace dimanche soir lorsque le Français est rentré aux vestiaires à un set partout face à Roger Federer, il s'est vite évaporé lundi sous le frais soleil du Chatrier. Il n'a fallu qu'un peu plus d'une heure au Suisse pour boucler les troisième et quatrième sets (6-4, 6-1) et s'imposer au cumul des deux jours en seulement 2h10. Monfils, étrangement absent, n'a presque jamais existé dans cette seconde moitié de match. Il laisse Federer retrouver Stan Wawrinka pour un quart de finale 100% suisse, mardi.

Au-delà du résultat, c'est surtout la manière qui laisse un immense arrière-goût de frustration. Le public avait envie de connaitre le grand frisson. Au crépuscule, dimanche soir, les deux joueurs avaient donné un petit aperçu de ce que leur duel pouvait offrir en termes d'intensité. Mais ce lundi, rien du tout. Monfils a mené 40-0 dans le tout premier jeu du jour. Puis il s'est perdu, concédant un peu bêtement un break évitable. Comme au premier set la veille, il lui fallait courir après le score. Comme au premier set la veille, il n'allait jamais revoir Federer, malgré une balle de debreak à 4-3. Sa seule occasion du jour.

Federer n'est pas Cuevas

Une fois ce bref danger écarté, le numéro deux mondial a déroulé. Et une fois le troisième set en poche, le match était en réalité plié. A nouveau breaké d'entrée, un mal récurrent, Monfils a définitivement perdu pied, demandant même un rapide temps mort médical. Cette fois, il n'y eut pas de miracle. Federer n'est pas Cuevas et avec un double break d'avance, le Suisse n'est pas du genre à ouvrir la porte. Il s'est même payé le luxe de finir en prenant une dernière fois le service d'un Monfils qui, sur ce demi-match, sort par la petite porte.

Pour la 10e fois en 11 ans, Roger Federer est en quarts de finale à Roland-Garros, reprenant ses bonnes habitudes après son élimination en huitièmes de finale l'an dernier contre Gulbis. Sur ce qu'il a montré dans ce huitième de finale en forme de test, il peut nourrir de légitimes ambitions. Stan Wawrinka lui posera d'autres types de problèmes et ses trois derniers rivaux dans le bas du tableau (Wawrinka, donc, mais aussi Tsonga et Nishikori), sont tous capables de le battre. Mais il faudra passer sur le corps de ce "Rodgeur"-là, appliqué et serein sur la terre parisienne. 

0
0