Getty Images

Alerte ambiance glaciale : Garcia n'ira pas boire un café avec Cornet "ni avant ni après" leur match

Ambiance glaciale : Garcia n'ira pas boire un café avec Cornet "ni avant ni après" leur match

Le 03/06/2017 à 17:26Mis à jour Le 03/06/2017 à 18:31

ROLAND-GARROS 2017 – Lundi, Caroline Garcia et Alizé Cornet vont s'affronter pour une place en quarts de finale, qui sera le premier en Grand Chelem pour la gagnante. Ce duel à l'enjeu pas comme les autres est pimenté par la relation conflictuelle entre les deux jeunes femmes. Et si Cornet est prête à enterrer la hache de guerre, la réciproque n'est pas vraie...

A l'échelle du tennis féminin français, la journée de lundi aura un petit quelque chose d'historique. Si, si... Un duel 100% tricolore, chez les filles, à Roland-Garros, pour une place en quart de finale, stade que ni l'un ni l'autre des protagonistes n'ont jamais atteint en Grand Chelem, c'est forcément spécial. Cela aurait suffi à faire de ce huitième entre Alizé Cornet et Caroline Garcia un match pas comme les autres. Mais la nature des relations et le climat de tension entre les deux joueuses ces dernières semaines lui confère un sel plus particulier encore.

Le tennis féminin français, ces temps-ci, c'est à mi-chemin entre House of Cards et Dallas. Petit rappel des épisodes précédents : le 10 avril, Caroline Garcia publie un communiqué expliquant qu'en raison d'une douleur au nerf sciatique, elle ne jouera pas pendant plusieurs semaines. Une heure après cette annonce, toutes en chœur, Kristina Mladenovic, Alizé Cornet et Pauline Parmentier postent un tweet de trois lettres, en capitales : LOL. Un message laconique qui sera interprété comme une réaction à la blessure de Caroline Garcia, alors que le match de barrage contre la Fed Cup était deux semaines plus tard. Match pour lequel Garcia sera sélectionnée… au lendemain de son annonce, ajoutant à la confusion.

Cornet : "Le temps efface toujours les choses"

"J'ai l'impression qu'elles pensent que ma blessure est fausse", réagira Caroline Garcia dans les colonnes de L'Equipe. Et Pauline Parmentier aura beau démentir tout lien entre leurs tweets et l'annonce de la blessure de Garcia, il était difficile de croire à une coïncidence. La suite le confirmera. Deux mois plus tard, le climat ne parait pas franchement apaisé et c'est tout de même une sacrée coquetterie du destin que de placer Garcia et Cornet face-à-face pour ce qui s'annonce comme le match le plus important de leur carrière jusqu'ici. Rien de moins.

Samedi, Alizé Cornet a été la première à se qualifier. La Niçoise a donc été la première à parler. Si elle a admis que c'était "un peu froid" entre elles, elle a aussi voulu laisser une ouverture quant à une possible réconciliation : "On n'a jamais passé beaucoup de temps ensemble avec Caro, mais il y a eu des relations amicales et cordiales. Elle nous en veut et je peux le comprendre. J’ai ouvert la porte à la discussion. Là on s’affronte, ça ne sera pas forcément le moment idéal pour le faire. Mais j’ai bon espoir que dans les prochains mois on en discute et on pose tout à plat. Le temps efface toujours les choses."

Vidéo - Cornet a donné une leçon à Radwanska : les temps forts de la rencontre en vidéo

03:22

Garcia : "Tant qu'il n'y aura pas d'excuses..."

Mais ce temps-là ne parait pas venu, à en croire la réplique glaciale de Caroline Garcia. Cornet est prête à ouvrir la porte ? Sa "camarade" la lui claque sur les doigts. "Est-ce que vous allez discuter et prendre un café avec Alizé avant la rencontre?", a-t-on demandé à la Francilienne. Réponse cinglante : "non, ni avant ni après." Visiblement blessée par l'épisode du mois d'avril, Garcia n'est pas prête à passer l'éponge. "Tant qu'il n'y aura pas d'excuses, ça n'ira pas, assène-t-elle. J'ai reçu un sms d'Alizé dans lequel elle me disait qu'elle assumait son tweet, donc à partir de là..."

C'est donc dans ce contexte spécial que va se tenir ce huitième de finale. "Un huitième entre deux Françaises, c'est forcément spécial et je comprends que pour vous, vu ce qui s'est passé ces dernières semaines, ce le soit encore plus", glisse Caroline Garcia, malicieuse. Mais elle s'en tient à l'aspect sportif des choses. "Attention, prévient-elle, Alizé, c'est une très bonne joueuse, une grande combattante et c'est certain que ce ne sera pas un match facile." Il le sera d'autant moins si l'une des joueuses peine à faire abstraction de tous les à-côtés. Tout comme il sera intéressant, d'ailleurs, de guetter l'attitude du public de Roland-Garros, s'il observe une forme de neutralité ou prend fait et cause pour une des deux joueuses. En tout cas, ça promet...

0
0